Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 avril 2014

La quadrature du cercle

A peine le plan de Manuel Valls connu les avalanches de mécontentements tombent les unes après les autres. La gauche de la gauche crie au scandale et la droite s'oppose pour s'opposer. Je ne souhaite pas, ici, analyser ce qui semble bien ou pas. Je souhaite juste apporter mon sentiment en ramenant ces annonces sur un plan local et intercommunal.

J'ai eu l'occasion durant la campagne de poser la question de manière publique (notamment via le dépliant sur les questions/réponses) : comment gérer les attentes de plus de services en payant moins. Car là est bien la question : les impôts, la baisse des dépenses...

Sur notre commune comme sur notre communauté urbaine nous savons que nous devrons moins dépenser, moins investir (pour info, entre 2008 et 2014 nous avons investi 12 millions d'€, nous tablons sur 10 M€ de 2014 à 2020). Cela signifie t-il que nous ne ferions plus rien? La réponses vous la connaissez déjà puisque vous avez eu notre programme. Sauf que le 24 avril en conseil municipal une série de décisions sera prise afin de respecter nos engagement, et sur la fiscalité et sur les excédents de fonctionnement de notre ville. A l'inverse de l'État, je ne peux pas présenter un budget en déséquilibre. Je ne peux pas non plus emprunter pour payer les salaires ou le fonctionnement courant de votre ville, et c'est heureux ainsi.

Sauf que je doute que la population accepte que nous réduisions la toile sur les gardes liées à la petite enfance, sur l'entretien de nos espaces publics municipaux, sur l'utilisation du TrottiK, sur les subventions aux associations (93 000€ en 2013) sur la subvention de fonctionnement au CCAS (105 000€ en 2013). Le gouvernement demande aussi aux collectivités de "dépenser moins" sauf que nous sommes, collectivement, de bons gestionnaires qui respectons les deniers publics; les exceptions sont rares. La gabegie prétendue par les uns et les autres n'existe pas.

Manuel Valls a dit, à l'Assemblée Nationale, "nous devons gérer le pays en maîtrisant la dépense publique", je partage. Localement, je soumets à votre sagacité les choix qui s'opèrent : gérer en bon père de famille les + et les - ou bien faire de la politique et accompagner la ville. Je crois avoir eu la réponse le 23 mars mais il s'agit d'échanger sur ces sujets. Votre ville c'est 16 M€ de budget, environ, par an.

280px-Communauté_urbaine_de_Brest_(logo).svg.jpg

17:14 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce soir intervention du premier ministre "Nous vivons au dessus de nos moyens".
Je partage son analyse depuis quelques années déjà et vois le résultat dans l'analyse que vous faites de la situation locale: ne rien toucher au budget parce que ce sont les habitants qui le demandent, cela ressemble beaucoup a du clientélisme, mal du milieu politique.
Par ailleurs grâce à la lettre commune des présidents des conseils généraux prompt à dégainer pour défendre leur pré carré, de ce côté la aussi rien ne risque de bouger avant bien longtemps.
Comment sont gérer les structures régionales et locales dans les autres pays d'Europe de référence?
Il serait bon d'en prendre de la graine afin d'appliquer les vraies réformes de structures par obtenir une véritable gestion efficace du denier public dans l'intérêt de tous et non de clientèles particulières.

Écrit par : pacap | jeudi, 17 avril 2014

plutot d'accord avec Pacap , j'ai juste une petite observation à apporter
j'habite Kerhuon depuis 20 ans , et j'ai professionnellement partagé mon temps entre plusieurs villes bretonnes , et en 20 ans j'ai vu une ville changer de dimension : VITRE en ille et vilaine s'est développée sous l'impulsion de P Mehaignerie (écartons le volet politique au niveau local , je parle de la ville),il a un point commun avec vous : REELU au premier tour avec plus de 60% des suffrages , il fait du social comme vous , de l'associatif , etc . Et il se demene pour accueillir les entreprises je dirais meme qu'il leur déroule le tapis rouge , allier les contributeurs sociaux et les beneficiaires n'est ce pas là le point d'équilibre à trouver pour l'avenir , compte tenu de l'effondrement des participation financieres d'état , de region etc auquelles on peut s'attendre . Avoir un taux d'emploi élevé me parait aussi un parametre fondamental pour une ville , et l'avenir nous le confirmera , ne ratons pas ce train , ou nous pourrions le regretter

Écrit par : anchorage | vendredi, 25 avril 2014

Les commentaires sont fermés.