Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 avril 2014

Le commerce local : priorité de nos villes

L'étude réalisée concernant les pôles d'attractivité (le Télégramme de ce jour) met en avant le rôle essentiel de nos centres commerciaux sur Brest métropole. Parallèlement à cela, la crainte est que la périphérie mange la laine sur le dos de nos commerces de proximité dans nos villes.

Au Relecq-Kerhuon comme ailleurs.

La loi de modernisation de l'économie est venue "donner" des possibilités supplémentaires aux villes comme le droit, notamment, d'injecter de l'argent public pour maintenir le commerce de proximité le tout dans un cadre légal très précis. Bien entendu, chacun peut être fier d'avoir de grandes enseignes ici et là. Avouons que notre ville est idéalement bien placée pour jouir de cette proximité...

Cependant il est aussi du ressort des élus de rendre plus attractifs des zones ou des sites délaissés; même si c'est une initiative "privée". Le cas de l'ex Lidl est le plus éloquent après la mise sur pied de l'association des commerçants en 2008. Je l'ai annoncé pendant la campagne électorale : il y aura un repreneur de l'espace laissé vacant par le groupe allemand. Pour ce faire, la municipalité a eu un rôle moteur pour faciliter l'arrivée d'un indépendant très connu de l'autre côté de l'Élorn. Notamment sur un point, le parking souterrain de 46 places : la place de la Résistance manque cruellement de places de stationnement, c'était une problématique qui date de longtemps.

Fort de ce constat j'ai proposé aux propriétaires que la ville acquiert cet espace privé dans le but de le mettre à la disposition des habitants et des clients. Cette proposition aura permis au nouveau commerçant de diminuer ses charges (parking surdimensionné pour cette activité)  et de pouvoir ouvrir un commerce de 500m2 dès le mois de juin : le tout en étant complémentaire de ce qui se fait tout autour (primeur, boulangerie, charcuterie-traiteur...) et ainsi relancer de manière pérenne le commerce de proximité. Certes, on ne peut pas tout attendre de la puissance publique mais l'on peut être acteur et non pas simple spectateur.

Cette délibération sera soumise au vote des conseillers municipaux jeudi prochain lors du conseil. Parler c'est bien, agir c'est mieux.

Capture d’écran 2014-04-19 à 10.34.54.png

10:36 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.