Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 août 2014

Être libre

Invariablement depuis 2008 la même question "alors! Les vacances?" Et systématiquement la même réponse : pas de vacances avant un bout de temps... Alex Beaupin dans sa chanson "Au départ" met en avant la 5ème semaine de congés payés : me concernant c'est quelque chose que je n'actionne pas depuis des années. Suis-je à plaindre pour autant? Certainement pas puisque c'est un choix.

Et ce choix est guidé par ma volonté d'avoir conservé, même a minima, une activité salariée dans mon entreprise surtout durant la période estivale. Comme le précise le titre de mon post de ce jour, "être libre", cela suppose de ne pas subir d'aliénation de quelque sorte que ce soit, y compris politique. Hélas, de nos jours, la politique justement est vécue comme une profession (ce qui n'est pas tout a fait faux) alors qu'elle devrait être uniquement vécue que comme un CDD dont les patrons sont les électeurs, vous. Dès lors il est difficile voire même irresponsable de quitter son entreprise pour exercer son mandat cela valant bien entendu pour les élus issus du privé. Tout comme il est illusoire de tout baser sur une hypothétique carrière : depuis les municipales de 2014 certains un peu partout en France ont déchanté se croyant à l'abri de la sanction.

Me concernant je trouve cela plutôt sain et finalement bon pour soi même : faire le choix d'être élu c'est accepter de faire des concessions, d'avoir un agenda parfois délirant mais conserver une attache salariée c'est l'assurance d'avoir les pieds sur terre et d'être en prise avec les réalités quotidiennes, j'y attache une grande importance. Pour autant de nombreuses entreprises s'asseyent joliment sur le code du travail pour des salariés qui décident d'exercer (parce que la loi le leur permet) leur mandat à temps plein et cela est condamnable : le législateur devrait, à mon sens, renforcer la loi en ce sens.

Bref, être libre c'est donc ne pas être "obligé" de courir après les mandats, c'est d'être assuré de mener une politique locale guidée par l'intérêt général et non pas par la crainte de ne pas être réélu. Je suis fier et j'assume parfaitement mon choix même si cela détonne dans le paysage politique national des élus locaux. Et croyez moi, lorsque je vais au Congrès des Maires à Paris, cela se vérifie année après année...

municipales-mairie_scalewidth_630.jpg

16:48 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Les professionnels de la politique on voit le résultat... Concevoir la politique avec un point de départ A et un point final B est une chose saine. Pas sûr que tout le monde pense comme vous; cependant vous avez un atout de taille : votre jeunesse qui vous permet de prendre votre temps. Les gens vous font confiance (on l'a vu), les gens sont proches de vous et inversement. Vous montrez une image aux antipodes de ce que l'on entend ici et là et cela change tout.
Ne jamais dire jamais, certes; mais dire que l'on vit que de la politique est une grave, très grave erreur qui peut coûter cher.

Écrit par : Pierre Kermarrec | mercredi, 06 août 2014

Je comprends mieux ton absence aux piques-niques kerhorres... dommage pour toi mais 1000 mercis pour tout ce qui est fait.
le choix que tu réalises est, physiquement parlant, courageux. Faut tenir le coup! Faut tenir jusqu'à 2020 minimum!
Bon été tout de même.

Écrit par : florence | mercredi, 06 août 2014

Donc entre vous et votre 1er adjoint il y a un monde... Vous gardez votre activité meme partielle grace a un travail qui vous permet cette facilité du point de vue des jours de travail et un adjoint qui lui peut se permettre de ne pas avoir d'emploi salarié grace a des indemnités augmentées par le conseil . Donc ce que vous dites n'est pas cohérent vis a vis de votre équipe. Serait il possible de connaitre les indemnités que vous touchez en tant que maire bien sur mais aussi vos autres indemnités telles que vice president de BMO. Votre emploi salarié ne doit pas etre divulgé bien entendu.

Écrit par : jean | vendredi, 08 août 2014

Les commentaires sont fermés.