Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 juillet 2015

Changement climatique : la Bretagne en 2053

Météo France Bretagne tenait un colloque cette semaine à Océanopolis. Les invités étaient pêle mêle, des entreprises, des associations, des professionnels de la mer, de l'agriculture, des décideurs. En tant que 2ème vice-président de Brest métropole je me suis rendu à cette heureuse invitation et initiative qui devrait en appeler d'autres...

Michel Aïdonidis, directeur de Météo France Brest et Franck Baraer, ingénieur prévisionniste ont successivement pris la parole pour, 2 heures durant, expliquer les incidences sur notre territoire si le changement climatique s'accélère. En effet, dans "un peu de prospective" les animateurs se sont projetés en 2053. Que serait la Bretagne à cette période. Le moins que l'on puisse dire c'est que cela paraît inquiétant sans que je ne me sois glissé dans une salle obscure pour visionner le dernier blockbuster américain sur la catastrophe planétaire. Non. Là j'étais à Brest, à Océanopolis, en 2015 et je vois défiler les images et traductions mathématiques des changements qui s'opèrent. Clairement il y a deux options : une mauvaise et une catastrophique. La mauvaise est l'augmentation de la température de 2°c et l'autre de 5°c. Un beau programme. Nous n'en sommes plus à savoir si le changement climatique va avoir lieu ou non : il se déroule actuellement; mais bien de savoir à quel degré (sans jeu de mot) il va se manifester sachant qu'il y a 95% de certitude pour que ce changement soit la cause de l'Homme.

Une observation a été faite, depuis 1860, sur la présence de l'Homme sur Terre ou de son absence... Le constat est effarant dans le sens où rien de ce que nous vivons n'arriverait actuellement. La France se présente comme un élève faisant des efforts, sa courbe sur le rejet de CO2 est stable voire en baisse. Globalement l'Europe se situe dans cette mouvance. C'est sans compter sans les USA et la Chine qui font exploser leurs propres manières de vivre et qui mettent en péril la viabilité de notre planète.

Sur les études qui sont faites pour notre région il se peut, d'ici 40 ans, que le littoral nord finistérien deviennent celui de l'actuel sud Bretagne. Si vous visionnez une carte, dans le sens sud-est vers nord-ouest, l'augmentation gagne du terrain et les températures moyennes d'un été classique pour Brest seront d'environ 23 à 25°c avec de sérieuses et longues phases de canicules. Le constat est alarmant. La conférence de Paris en décembre est cruciale ( visitez le site COP 21) et la président de la République l'a bien compris. La conclusion de cette formidable et instructive séquence a été la suivante : de plus en plus, les citoyens prennent garde à leur environnement. De plus en plus ils manifestent de l'intérêt. Mais comment agir concrètement? Rapidement? Comment participer au principe fondamental qui consiste à enrayer cette augmentation inexorable des températures? L'attente envers les pouvoirs publics est immense. Des solutions existent. Clairement identifiées. Pour ma part, et avec l'accord de Météo France, je souhaite décliner ces rencontres sur le territoire. Dès septembre nous organiserons cette réunion, publique, à l'Astrolabe.

Je ne me suis pas endormi "écologiste" je le suis déjà un peu finalement et je dois poursuivre ma mutation. Non, je me suis surtout endormi moins con mais beaucoup plus conscient...

Nous sommes tous menacés.

Capture d’écran 2015-07-09 à 15.59.12.png

16:04 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

J'ajouterais juste que au delà de la Bretagne , les régions du monde les plus touchées par le réchauffement climatiques sont les plus pauvres et très peuplées et que ces quelques degrés ont une influence énorme sur tout le fonctionnement de notre planète. Et que ce n'est plus du tout qu'une affaire d'écologie !!! En espérant que d'autres élus prennent aussi conscience de ce phénomène majeur qui déboule bien plus vite qu on l'imaginait !!

Écrit par : sophie | vendredi, 10 juillet 2015

Par le réchauffement climatique, il y aura surement des requins dans la rade de Brest on pourra les pêcher de l'estacade.

Écrit par : MORVAN Christian | vendredi, 10 juillet 2015

Les commentaires sont fermés.