Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 septembre 2015

La proximité : richesses et limites.

Depuis l'année dernière les élus s'engagent sur le terrain à venir à la rencontre des habitants. 9 secteurs ont été distingués sur la ville et des élus référents pour les animer; lesquels sont par ailleurs disponibles tout au long de l'année pour répondre aux interrogations des riverains.

Avant hier s'est tenue la réunion du secteur 9, plus précisément le secteur Gambetta/Vallaux/Jaurès/Cale. Arrivé quelques minutes en retard je laisse fort bien les élus concernés animer les débats, Johan Richard en sa qualité d'Adjoint au Maire en charge de la proximité et Isabelle Mazelin ainsi que Marie-Thérèse Creachcadec, élues du secteur concerné. Je suis légèrement en retrait dans une salle bien pleine et visualise mieux l'assemblée d'autant que je n'ai pas, spécifiquement, à intervenir. Ces réunions sont riches à plus d'un titre même si l'exercice n'est pas aisé pour les élus. En effet, rarement les citoyens viennent spontanément prendre la parole pour féliciter. Plutôt pour exprimer un mécontentement ce qui, du reste, n'est pas un problème en soi puisque nous sommes aussi là pour ça.

Être légèrement en retrait c'est aussi entendre ce qui peut être dit alors qu'en animant je ne pourrais l'entendre. Tout d'abord la proximité vise à écouter et prendre note des doléances les plus récurrentes. C'est aussi présenter ce qui a été fait depuis 1 an, ce qui va être fait également. Dans le cas présent, les travaux à La Cale, l'estacade, la future sécurisation du site, la problématique du stationnement. Mais aussi le futur embellissement de Gambetta, des places de Metz et Jeanne d'Arc. La proximité c'est venir expliquer ou répondre, directement, aux interrogations voire casser la désinformation. En l'espèce le cas de la future urbanisation du site du Cosquer en est l'exemple type. Non la Mairie n'a pas un bunker où elle "cacherait" des plans. Non la ville n'a délivré aucun permis d'aménagement. A fortiori, non la ville n'a pas délivré de permis de construire et donc, non, aucun lot n'est déjà à vendre. Cette faculté de fantasmer sur ce qui n'existe pas n'est pas nouveau, mais il nous appartient, il m'appartient, de rétablir des vérités. Les réunions servent à cela.

Elles sont aussi utiles car, fatalement, nous ne savons pas tout sur tout et qui mieux que le riverain, l'habitant, pour alerter sur tel ou tel point?

Il nous faut également trouver cette gymnastique entre métropole et ville sur l'entretien du quotidien. La rareté des finances publiques ne nous y aide pas actuellement. Des propositions de réactivité existent et sont débattues avec la métropole afin d'éviter le trop plein d'insatisfactions lequel rejaillit en réunion. Ce n'est jamais bon, ni pour les uns, ni pour les autres.

Enfin je conclurai sur deux points : le premier étant que, même si ce n'est pas facile "d'en prendre plein la tête" pendant plus de 2 heures, ces rencontres seront maintenues. Le second que les élus, même avec la meilleure volonté du monde, n'empêcheront jamais les gens de rouler trop vite ou de ne pas faire preuve de civisme.  

 

Capture d’écran 2015-09-25 à 13.42.44.png

Un exemple de ce que nous avons comme retour. Objectif et désintéressé. Mais il s'agit aussi d'être franc et honnête envers le citoyen.

 

13:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 13 septembre 2015

Odyssea 2015 : record battu

Avec plus de 10 600 inscrits et participants l'édition 2015 d'Odyssea restera comme l'édition de tous les records depuis son installation en 2006 sur la ville. Rendez-vous compte : 10 600 personnes en rose qui dévalent les rues et sentiers du Relecq-Kerhuon pour se mobiliser contre la maladie qui ravage tant de familles : le cancer du sein.

Si depuis deux ans de nombreux sponsors et pas des moindres ont, pour des raisons budgétaires, décidé de se retirer de cette action nationale c'est avec fierté que la ville du Relecq-Kerhuon continue son parteneriat avec l'équipe de Gwen Vigo et d'Arlette Le Grand. Je ne peux oublier nos amis du Stade Brestois 29 qui donnent toujours de leur temps. Ceci étant c'est un beau spectacle plein de solidarité qui est mis en avant. Arlette Le Grand, avant le départ du 9 Km marche, me glisse droit dans les yeux "On quitte pas Le Relecq-Kerhuon hein?!" Certitude : jamais nous ne lâcherons Odyssea. Pensez donc, avec plus de 60 000€ de dons pour la recherche, il faudrait être inconscient pour abandonner ce rendez-vous.

La preuve : l'équipe municipale a montré l'exemple! Et tous ne sont pas là... Jocelyne Le Guen, Ronan Kervrann, Madeleine Chevalier, Marie-Laure Garnier.

Ci-dessous, petite vidéo du moment!

 

et avec Chantal Guittet Députée, Pierre Karleskind vice-président de la Région Bretagne et Marc Coatanéa vice président de Brest métropole venus soutenir les valeureux sportifs.

Capture d’écran 2015-09-13 à 11.24.11.png

Capture d’écran 2015-09-13 à 11.41.21.png

11:48 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

jeudi, 10 septembre 2015

Dotations : cohérence, courage et honnêteté.

Manifestement l'opposition nationale et régionale décide d'utiliser l'argument des baisses des dotations pour provoquer un rassemblement. Personne n'est dupe... Cela traduit bien la volonté des conservateurs de transformer un état de fait depuis 1 an et demi en tribune politique en vue des élections régionales du mois de décembre. Si je ne valide pas cette façon de faire faut il pour autant taire le mécontentement des élus? Je ne le pense pas et en suivant attentivement la conférence de presse du président de la République j'ai retenu un élément : la baisse des impôts de 2 milliards d'euros pour 8 millions de personnes.

C'est une bonne chose tant les contribuables considèrent  qu'ils sont étranglés çà et là par les prélèvements. Cependant je suis dubitatif de la traduction concrète sur le terrain.

En effet, les villes, les communautés de communes vont elles tenir avec le status quo? Nous représentons 70% de l'investissement public; à ce titre le président ne s'y est pas trompé puisqu'il a validé le bonus d'un milliard pour les villes qui investissent. C'est le cas ici! Nous investissons et continuons à le faire! Tout comme Brest et la métropole (les Capucins, le polder...) Sauf qu'avec une coupe supplémentaire de 175 000€ cette année (le point d'impôt est à environ 45 000€) je ne sais plus comment faire. Les bonnes paroles diront qu'il faut faire des économies. Bien souvent les donneurs de leçons ne savent pas trop de quoi ils parlent puisqu'ils n'ont pas de prise sur un budget. Sur la ville le budget 2015 a été construit avec une baisse de 3% des dépenses de fonctionnement ce qui est considérable et sans augmentation d'impôt (on appelle cela le pragmatisme et le courage).

Pour autant j'ai des écoles, des clubs de sports, un littoral, du patrimoine, un centre communal d'action sociale. Et tant d'autres compétences. Alors oui, faire attention et bien gérer. Non, pas sur celles et ceux qui investissent pour l'avenir. Monsieur le président, indexons les dotations sur la croissance, cela me semble une proposition honnête et acceptable. Car si vous baissez d'un côté, gloire à l'État. Et nous nous augmenterions sur le terrain, honte aux Maires, ça ne marchera pas.

Capture d’écran 2015-09-10 à 10.25.56.png

10:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 06 septembre 2015

55% de peur

Vous avez peur des réfugiés Syriens.

Vous avez peur car le conflit et cette guerre vous échappent.

Vous avez peur car la crise économique justifierait votre pensée.

Vous avez peur mais sous couvert d'anonymat vous dites "non" pour l'accueil des réfugiés à l'occasion d'un sondage. *

Vous avez peur car vous pensez que ce n'est pas votre problème.

Vous avez peur car le Front National attise ce doute détestable.

Vous avez peur mais l'image de Aylan vous a tout de même ému.

Vous avez peur et pensez que le repli sur soi sera le meilleur rempart.

Vous avez peur et vous vous dites que, mine de rien, les jours banaliseront cet évènement attroce.

Vous avez peur mais en disant non, vous vous rendez complices.

Moi je n'ai pas peur et je dis oui. Je dis oui même si ce sondage me place en minorité. Je dis oui car rien ne justifie la mort d'êtres humains et l'absence d'aide de notre part. De 1939 à 1944 l'exode français a existé. A été une réalité.

 

Capture d’écran 2015-09-06 à 18.53.06.png

* Sondage Odoxa pour « le Parisien » - « Aujourd’hui en France » réalisé les 3 et 4 septembre 2015 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas. 

 

18:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

jeudi, 03 septembre 2015

Pierre Coatpéhen honoré : une plaque dévoilée.

Honorer la mémoire et l'action d'une femme ou d'un homme est aussi de la responsabilité d'une municipalité. Et c'est avec beaucoup d'émotion qu'hier nous avons dévoilé la plaque de la rue Pierre Coatpéhen, Kerhorre décédé en 2004 mais qui a participé activement à la libération de Paris puisqu'il était à bord du char Romilly.

Char qui, le 22 août 1944 au matin fait route vers Villacoublay. Il écrira "La joie est dans tous les équipages, plongés dans un paroxysme d'impatience et d'enthousiasme : nous sommes invincibles, nous allons à Paris." Le 24 août il est 21h22 quand la colonne s'arrête Place de l'Hôtel de Ville : une centaine de soldats, alors que la capitale est occupée par 17 000 allemands. Parmi cette centaine de soldats figure Pierre Coatpéhen, tireur Kerhorre. Enfin, le 8 septembre, après avoir rendu les honneurs aux généraux Eisenhower et Juin, la compagnie à laquelle appartient notre fierté locale, la 2ème DB,  rangée autour de l'Arc de Triomphe défila sur les Champs-Elysées aux acclamations de la foule. Paris était libre. Enfin.

Voilà l'histoire de la personne qui s'est engagée en Juin 1940 quand il apprendra avec d'autres, Kerhorres, qu'un Général français continue la guerre depuis... l'Angleterre...

Fierté donc, avec sa veuve, sa famille, ses amis, de lever le voile sur la Rue Coatpéhen. Homme distingué par la France, la ville de Paris et les USA. Le Relecq-Kerhuon se devait de commémorer cette inauguration. Vous verrez les photos : tout le monde a répondu présent; le corps de Gendarmerie, les élus, les habitants, les associations patriotiques. Merci à eux. Merci aussi à Patrick Péron, conseiller municipal délégué aux association patriotiques car l'organisation de cette journée c'est surtout à lui qu'il faut la créditer.

Et de manière plus prosaïque, j'avais donné ma parole il y a deux ans pour cette plaque de rue. Modestement, promesse tenue.

Capture d’écran 2015-09-02 à 20.54.33.png

Le moment tant attendu : Madame Coatpéhen dévoile la plaque entourée de ses amies dont Madame marie-France Lazennec. C'est elle qui est venue me voir il y a deux ans...

Capture d’écran 2015-09-02 à 20.55.15.png

Avec Patrick Péron, Nathalie Sarrabezolles et le Colonel commandant la Gendarmerie du Finistère j'ai ouvert la marche entre l'Hôtel de Ville et la rue concernée.

Capture d’écran 2015-09-02 à 20.54.46.png

L'école de Châteaulin présente en nombre et avec les honneurs.

08:32 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |