Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 octobre 2015

Histoire de voeux.

Ce que ma municipalité s'apprête à faire marquera probablement un tournant dans les traditions locales. J'ignore d'ailleurs quel sera le ressenti, voire les conséquences, d'une telle décision. Mais à l'heure où la ville perd plus de 180 000€ de dotations de l'État par an, j'en suis rendu à regarder partout. Vraiment partout. 500€ par ci, 1000€ par là; le tout cumulé et annuel, faisant une coquette somme non négligeable pour les caisses de la ville. Cependant je préfère préciser immédiatement : il ne s'agit pas de dépenses d'investissement (réalisations en dur pour faire court) mais bien de dépenses de fonctionnement.

J'ai donc proposé à la majorité ma décision de ne plus faire le traditionnel rendez-vous séculaire des voeux dits "à la population". D'ici à la fin de mon mandat c'en sera terminé. Une économie récurrente de plus de 5000€ a minima par an.

Certains diront que c'est symbolique, ce n'est pas tout a fait faux. D'autres diront que c'est justifié, c'est exact également. Reste que ces voeux (environ 1000 cartes expédiées) attirent environ 400 personnes tous les ans. Est-ce donc à toute la population? Les chiffres parlent pour moi. Sauf que je n'ai malheureusement plus le choix. Après la présentation d'un budget de fonctionnement en baisse de 3% en février 2015 (une première pour la ville), je dois continuer les économies pour éviter d'actionner le levier fiscal. Fébrile, j'attends encore la loi de finances 2016 qui ne s'annonce pas du meilleurs cru pour décider.

Chacun ici pourra livrer son sentiment. Bien, pas bien; la parole est libre mais comme tout est dans le détail, j'en suis rendu à cela.

Laurent Péron, adjoint aux Finances, travaille aussi sur le budget 2016 avec comme consigne de diminuer ce qui nous semble "encore" possible sans arriver à l'os. Je tenais à vous faire part de cette décision pour que ceux qui ne recevront pas de carte du Maire pour 2016 n'en soient pas vexés ou même inquiets, voire même en accusant La Poste de retards; mais une page se tourne bel et bien. Les dépenses pour les voeux, c'est terminé.

Capture d’écran 2015-10-01 à 17.54.19.png

06:56 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Une décision de circonstance qui en appelle probablement d'autres compte tenu de la conjoncture. Dépenser au plus juste, efficace, dans l'intérêt général est un objectif logique des représentants des citoyens et de celui du Relecq Kerhuon en particulier.

Écrit par : Le Gouic | samedi, 03 octobre 2015

En finir avec les dépenses oui, mais pas avec les voeux (même s'ils ne sont pas toujours pieux) :
Proposition : invitation par mail et/ou sms, dans le bulletin municipal... et chacun(e) apporte un petit en-cas... bref, le pique-nique "participatif" du nouvel an... et pour la sono, je crois que j'ai encore un vieux mégaphone des années 70 (faut que je vérifie les piles) ;-)

Écrit par : Claude Bécam | samedi, 03 octobre 2015

Bonsoir,
Tout à fait d'accord avec l'intervention de 'Le Gouic'.

Écrit par : pacap | samedi, 03 octobre 2015

Tout à fait d'accord !! Je tiens à la disposition de la municipalité nécessiteuse le cd de la Compagnie Créole avec le titre " Bons baisers de Fort de France" que l'on pourrait adapter en "Bons baisers de Kerhuon" pour la circonstance!!!

Écrit par : plunian | dimanche, 04 octobre 2015

Bonjour,
On fait la même chose au sein de notre famille ; on regarde là où l'on peut couper sans trop faire de "dégâts". Ce sont des concessions à faire dans un contexte pas très favorable, mais elles sont nécessaires. C'est une gestion de "bon père de famille" !
Et je suis également d'accord avec Claude Bécam ; des solutions existent pour faire perdurer cette tradition sans que cela ne coûte à la municipalité.

Écrit par : Proust Christophe | lundi, 05 octobre 2015

Les commentaires sont fermés.