Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 février 2016

Actions agricoles au Relecq-Kerhuon

Hier soir lorsque je suis alerté de l'arrivée imminente des agriculteurs à la Scarmor, je me rends avec les forces de l'ordre sur site. Depuis le milieu d'après midi je suis informé d'une action probable. Très vite le va et vient des tracteurs envahit le site logistique mais plus largement les accès à ce dernier. Ils seront 500 et environ 120 tracteurs au pic du mouvement.

Dans le courant de la soirée je me mêle aux manifestants pour discuter, comprendre, échanger. Ils ont 32 et 37 ans. L'un vient du Drennec, l'autre des environs de St Renan. L'échange est posé et courtois, le tutoiement est de rigueur et ils m'expliquent les raisons de la colère même si eux l'avouent ils sont là par solidarité car ils arrivent à vivre avec leur production. Mais ils m'assurent très clairement que cette action n'est "qu'une piqure de rappel" et qu'ils feront "bien pire" et, je cite "tout brûler". C'est en substance ce que je transmettrai à Monsieur le Préfet ce matin lors d'un point téléphonique matinal.

Alors que faire? Le Gouvernement? L'Europe? La grande distribution honnie? Il y a, de mon point de vue et à les écouter, un sentiment d'abandon total. Et de tout le monde. Sentiment réel?  Les images, en direct, choquent. La destruction de l'espace privé du groupe Leclerc interpelle. Un drame manque de se jouer à quelques mètres avec les tracteurs qui circulent en file indienne sur le fameux et désormais célèbre Passage à Niveau 306 quand la barrière se baisse (voir ma vidéo intégrale ci dessous ou via ce lien). 17 secondes avant un impact avec un TGV Paris-Brest. Le drame humain (agriculteurs et passagers) a bien failli se produire.

Vers 2h le calme reviendra, les pompiers prendront le relai pour tenter d'éteindre au plus vite les différents incendies. Je salue les services de la métropole et le cabinet du président pour la réactivité qui a permis de rendre le secteur de nouveau praticable ce midi.

IMG_2810.jpg

IMG_2771.jpg

Vidéo de 28 secondes contre 20 secondes sur Twitter et Facebook.

 

12:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

On peu comprendre ce problème sérieux qui existe entre les producteurs et les distributeurs . Cependant, dans le fond, l'état aide déjà beaucoup ces agriculteurs/éleveurs qui sont en entreprise PRIVEE .
D'autre part, quand quelques employés sont inquiétés par la justice pour une chemise arrachée, j'ai bientôt 70 ans et j'ai toujours connu les dégats fait
par le monde rural quand ils débarquent avec des tracteurs de 70000 à 100000 euros pour tout détruire .... dans le monde urbain qu'ils n'aiment pas !!! Et je ne pense pas qu'ils pensent au respect la nature en constatant, avec désolation, qu'ils ont chez eux un mélange de pneus, de ferraille, de plastiques et de bidons de produits qu'ils répandent sur la terre ....LEUR TERRE !!! L'état à toujours eu peur du monde paysan !!!

Écrit par : yvon DANIEL | jeudi, 11 février 2016

Bonjour,
Je ne suis pas en accord avec vous Monsieur DENIEL.
Leur tracteur est leur outil de travail, comme le pétrin l'est au boulanger. Ce matériel est un investissement lourd et amorti sur plusieurs années.
Mise à part cela, je vous trouve un peu dur. Comment ne pas les comprendre ? Ils sont mis à genoux par la grande distribution. Certes, c'est nous les consommateurs qui en profitons, mais un peu d'empathie Monsieur ; ces personnes travaillent pour un salaire à peine équivalent au RSA pour certains. D'aucuns touchent la même somme en restant dans leur canapé... C'est plutôt de ce côté où il faut creuser.
Et ne parlez pas du respect de la nature, vous êtes hors sujet.
Respectez au moins ces malheureux.
Bonne soirée quand même.

Écrit par : Christophe PROUST | jeudi, 11 février 2016

Suite aux exactions des agriculteurs cette nuit, une fois de plus le contribuable va devoir payer pour les dégâts. Il est étonnant que dans ce contexte, les faits soient toujours impunis .Pour la même action dans le nord (autoroute A 1) les gens du voyage ont écopés de lourdes peines (jusqu’à 3 ans de prison) pour avoir bloqué l’autoroute .Peut être le nouveau ministre pourra nous expliquer l’impunité des agriculteurs.
La réflexion sur leurs problèmes qui ne datent pas d’aujord hui , qu’ils demandent au patron de leur syndicat ,(FNSEA ) les engagements qu’il prend quand il est à la tête d’un groupe alimentaire qui fait pesé le poids des négociations commerciales sur le dos de ses adhérents .
Les mêmes agriculteurs ont favorisés la fermeture de GAD à Landivisiau. Les mêmes agriculteurs faisaient partis des bonnets rouges, les mêmes manifestaient il y a 30 ans contre les quotas laitiers et aujourd’hui manifestent pour leur non suppression. Les mêmes venaient prêtés main forte au groupe LECLERC lors d’un blocage de magasin par des salariés pour l’ouverture un jour férié .Chercher l’erreur LECLERC abat ajour hui 50% des cochons bretons ……. (KERMENE)
Les industriels français voudraient aussi que tous les agriculteurs achètent français (aucun d’entre eux n’achètent de matériel chinois, ni de grosses berlines allemandes.
Comprenne qui pourra , en fin de compte la solidarité ne sera jamais de mise avec des gens qui ne pensent qu’à casser , voire se debarasser à peu de frais de leurs ordures .( amiante …..) Merci pour le pauvre con qui subit. (Heures perdues, pollution, accident, menaces …….)

Écrit par : LE PROVOST Charles | jeudi, 11 février 2016

DECIDEMENT le blocus fait aux Russes , va finir par nous couter tres cher
apres deux navires militaires refourgués aux Egyptiens , l'agriculture française est directement concurrencée par ses voisins sur un marché en repli sur lui meme : l'Europe , les Allemands et les Espagnols n'ayant pas les memes contraintes salariales ,il est aisé de comprendre que notre agriculture n'est pas concurrentielle : trop de charges , trop de normes couteuses ...., le souci c'est que l'on aime ou pas l'agriculture elle participe directement a la majorité du maillage economique Breton , si le monde agricole coule , léconomie Bretonne suivra , aujourd'hui les agriculteurs vendent a perte , c'est dramatique . ils bossent dur , ils meritent notre respect , je ne justifie pas leurs actions mais qu'aurions nous fait dans la meme situation ?

Écrit par : anchorage | jeudi, 11 février 2016

Tout à fait en accord avec la plupart des commentaires précédents. J'y ajouterais les miens qui sont le reflet à mon étonnement (l'ordre ne tient pas compte de priorité) :
- la gendarmerie a prévenu notre maire que les tracteurs arrivaient, y sont sympas à la gendarmerie mais ce n'est pas leur rôle. Qu'ont-ils fait ensuite ? Ils ont aussi pris leur smartphone pour filmer.
- Monsieur le maire s'est entretenu avec des agriculteurs, c'est sympa mais à cette heure-là et dans ces conditions je trouve cela déplacé, ubuesque et inutile. En plus il filme ce qui aurait pu être un gros accident mais cette vidéo a fait moins de bruit que celle de Portsall (moins de reproche à la personne en train de filmer).
- Les agriculteurs seraient bien inspirés d'utiliser leur "intelligence" et leur moyens matériels à trouver des solutions en s'adressant aux bons interlocuteurs c'est à dire nos hommes politiques au plus haut niveau ainsi qu'à nos représentant au sein de l'UE car c'est bien là que tout se décide.
La tentative de résolution franco française sera un echec face aux défis internationaux.
- Que les agriculteurs se posent aussi la question de la qualité de leur représentation au sein de leurs syndicats, coopératives et banque car dans ces 3 systèmes il n'y ont plus beaucoup droit au chapitre. Pour preuve les mouvements actuels sont issus de la base et cette base découvre que leurs coopératives les doublent (dernier EVEN aujourd'hui). Les lendemains vont être encore moins brillants.

Écrit par : pacap | vendredi, 12 février 2016

Je fais partie de celles et ceux qui ont eu l'information via les réseaux sociaux. Filmer, informer, le tout sans polémique me semble important. D'ailleurs de vidéos, il n'y en a qu'une là où selon moi il aurait pu en filmer quantité d'autres. Je lis la presse de ce jour... et il n'empêche, monsieur pacap, que cette vidéo fut fort utile à la SNCF pour constater un énième dysfonctionnement de ce passage à niveau qui définitivement nous agace autant que sa dangerosité est réelle. Nous sommes en 2016, plus en 1990.

Écrit par : Isabelle Mercier | vendredi, 12 février 2016

Mme Mercier,
Je pense que nous n'avons pas vu la même video. Moi j'y vois des tracteurs qui se sont engagés alors que le signal lumineux fonctionne depuis un moment et que les barrières s'abaissent.
Où se situe le dysfonctionnement dont vous parlez ?
Les dysfonctionnements sont plutôt à chercher ailleurs:
- les consignes du préfet de ne rien faire, ce qui amène aux situations ubuesques sur les sites ciblés avec des gendarmes qui encadrent les exactions de ces agriculteurs.
- les gendarmes qui ne savent pas que des téléphones sont disponibles pour prevenir la SNCF de tout problème sur la voie ou sur le PAN (cf article du télégramme de ce jour).
- l'ablation temporaire de l'intelligence de ces casseurs cagoulés dans leur tracteur. Ceux là n'auront jamais ma sympathie.

Écrit par : pacap | vendredi, 12 février 2016

Les commentaires sont fermés.