Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 octobre 2016

Bornes électriques : entre espoir et perplexité

Youpi! Ségolène Royal a annoncé la création d'un million de bornes supplémentaires pour les véhicules électriques en France lesquels ont triplé depuis 2014. Une bonne nouvelle donc. Dans le détail ce serait 100 000 points publics et 900 000 points "privés" c'est à dire l'installation dans votre garage facilitant ainsi votre décision de vous équiper d'un véhicule qui ne pollue pas.

Si j'accueille avec beaucoup d'espoir cette annonce au Mondial de l'Automobile je demeure cependant perplexe.

En effet, la ville du Relecq-Kerhuon a déjà, depuis 2010, actionné le levier du développement durable et de la préservation de l'environnement notamment en se dotant d'un large et vrai Agenda 21 mais aussi en déclinant de manière concrète des actes : acquisition des VeleKs pour le grand public (vélos à assistance électrique, première ville en France à l'époque) et achat de notre première voiture électrique, la Zoé, en 2013 pour les services de la ville.

Depuis, je suis heureux de croiser d'autres Zoé (pour ne pas pas la citer) sur les routes. Cependant la ville s'est vraiment sentie bien seule à l'époque. Seule car hormis la remise du Ministère du Redressement productif d'Arnaud Montebourg, nous n'avons pas eu grand chose pour nous inciter à cette transition. De plus, l'aide à l'acquisition était pour le "Made in France" en aucun cas pour l'écologie. Ensuite, l'on nous a promis des bornes un peu partout ici et là en Finistère : j'attends toujours. Le SDEF (Syndicat Départemental d'Energie et Équipement du Finistère) travaille et pilote sur ce déploiement; à présent le Ministère dit vouloir donner un coup d'accélérateur... Je crains malheureusement que l'ambition soit trop lointaine (horizon 2020). Comment une ville de 12 000 habitants peut déjà s'équiper d'une borne d'accès et que l'Etat ne peut pas imposer (depuis 2013!) le développement de tels équipements? Ce que je constate ici c'est que plusieurs marques viennent recharger les batteries à l'Hôtel de Ville, le besoin est donc là, une réalité. Je reçois aussi des demandes pour en installer ailleurs. Sauf que seul c'est compliqué.

Du reste, sur la métropole, ce sera notre ville qui aura montré l'exemple et je ne serais pas mécontent si nous recevions une marque de sympathie des autorités compétentes... une petite subvention serait appréciée comme l'on dit. Si Ségolène tu me fais l'honneur de me lire...

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.42.57.png

11:04 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.