Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 novembre 2016

Vitesse et précipitation

Que chacun se rassure, il ne s'agit pas d'un article sur les élections à venir et sur les candidatures réelles ou supputées des uns et des autres. Même si en conclusion l'on pourrait y voir des parallèles.

Ce post concerne un mal urbain qui ne cesse d'empirer année après année. Un épiphénomène me direz-vous, point du tout pourrais-je vous répondre. Conformément aux engagements pris à l'occasion de la campagne municipale et dans un souci constant d'assurer une proximité avec les usagers nous avons mis en place des réunions de secteurs afin d'informer, d'expliquer et d'entendre également les doléances des habitants. Ces moments riches d'enseignements amènent aussi à une évidence : systématiquement la problématique de la vitesse revient sur le devant de la scène avec des commentaires légitimes et des témoignages convaincants de riverains agacés par le comportement des automobilistes. Et qui plus est lorsque la schizophrénie guette lesdits chauffeurs, je veux dire par là que ceux qui demandent, parfois, des contrôles; sont ceux qui se font "choper" par la patrouille... Les bilans mensuels de la gendarmerie servent aussi à cela.

Bref, aux 4 coins de la ville vous êtes nombreux à m'interpeller pour m'avertir des vitesses excessives. Alors que faire? Coussins berlinois tels qu'installés Boulevard Clémenceau, Rue de Keriguel, Rue Lamartine (en provisoire) mais qui suscitent aussi des critiques de confort? Des plateaux comme Rue du Commandant Charcot? Des rétrécissements de voirie? Toute une panoplie s'offre à nous sans que nous puissions, hélas, faire l'unanimité sur les actions engagées. Car disons le franchement : ces comportements relèvent de l'incivilité et bien que vos élus en aient conscience il est difficile de tout maîtriser. L'aide précieuse de la gendarmerie est un "plus" salutaire. En attendant, plutôt que de faire pousser des coussins berlinois un peu partout nous allons tenter une nouvelle approche et là est le sens de ma note.

La Rue de la Mairie (départementale) vient d'être refaite dans son intégralité pendant 8 semaines de travaux. La vitesse y est excessive d'une part et la sortie de la Rue de l'Hôtel de Ville très compliquée. D'ici la fin de l'année, et pour casser la vitesse de manière obligatoire, nous allons mettre en place deux STOP sur la Rue de la Mairie et faire disparaître celui de l'Hôtel de Ville. Dans le sens Bourg-->Pont du Relecq vous devrez marquer un STOP au niveau de l'agence immobilière, dans le sens Pont du Relecq-->Bourg vous marquerez un STOP en léger amont de l'agence immobilière. Ceci afin d'obliger les conducteurs à marquer un arrêt et interdire des vitesses excessives (système quasi identique à ce que nous avons installé en 2010 Rue Vincent Jézéquel/Keriguel). Option qui peut n'être que provisoire si insatisfaisante sans avoir à dépenser l'argent public de manière inutile.

Ci-dessous des photos qui vous explicitent l'endroit. Vos commentaires seront les bienvenus. En positif comme en négatif.

Et la morale de l'histoire : "qui ne respecte pas la vitesse encadrée par la réglementation se voit puni par la gendarmerie" ( voyez que l'on peut transposer cela aux élections en remplaçant gendarmerie par suffrage universel! A bon entendeur...)

Capture d’écran 2016-11-15 à 16.03.06.png

Capture d’écran 2016-11-15 à 16.03.15.png

NB : le Budget 2017 qui est actuellement à l'étude par les élus prévoira des actions novatrices pour la sensibilisation aux excès de vitesse et les comportements graves qui peuvent avoir des conséquences irrémédiables.

16:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Très bien ! J'adhère totalement.
MOins cher qu'un rond point,et moins douloureux pour le dos.

Écrit par : jean | mardi, 15 novembre 2016

Tout ce qui peut ralentir est bienvenu mais par contre, les coussins berlinois sont dangereux pour qui a un impact sur le pare-brise, j'en sais quelque chose hélàs, alors que je roulais à la vitesse de 30 km/h ...passage du coussin (on se demande pourquoi ce nom inadapté à ce mur de l'atlantique) et pare-brise fissuré .....et je ne parle pas de ce que prend un dos en miettes!!!! Résultat je fais tout un tour pour éviter ces fichus coussins....sans compter ceux qui se déportent complètement à gauche pour les négocier ...
Mais je m'interpelle aussi sur la question des personnes qui ne devraient pas conduire, surtout la nuit: nous venons de suivre un vieux monsieur qui a failli emboutir une bonne demi douzaine de voitures, coupant les virages, s'arrêtant au beau milieu de tout, et reculant de 20 m sur un démarrage en côte, et ce à plusieurs reprises ...heureusement que, méfiante, j'avais laissé une marge ...qui n' pas suffit puisque je me suis retrouvée en train de reculer fissa !!!

Écrit par : Plunian | mardi, 15 novembre 2016

C'est bien l'incivilité de certains qu'il faut punir et pas l'ensemble des automobilistes, les ralentisseurs sont une solution temporaire.
Si vous voulez faire respecter des limitations il faut bien qu'il y ai des moyens pour y parvenir, je pense que les radars peuvent répondre à cette problématique (la peur du gendarme et la sanction au porte-monnaie).
Une dernière remarque, les incivilités doivent être traitées sur l'ensemble du territoire communal et pas uniquement devant la mairie.

Écrit par : pacap | mardi, 15 novembre 2016

L'initiative est bien évidemment louable, mais la solution des stop c'est : pollution (re-démarrage très polluants et coûteux en carburant) et nuisances sonores. En 2016 il est bon de garder en tête les contraintes environnementales et sonores.
De plus ces stops amèneront peut être de l'énervement et favorisera les itinéraires à travers les quartiers pour aller en direction de keroumen (comme spécifié dans le commentaire précédent, les gens choisissent leur itinéraire pour le plus agréable)... sécurité des quartiers où jouent les enfants? Déplacer le problème c'est moins bien le maîtriser.

Attention aux effets pervers des solutions. La décision mérite d'être ré-étudiée.

Écrit par : Marc | mercredi, 16 novembre 2016

Pourvu que les citoyens réagissent ! Et changent leur comportement vis à vis de leur conduite parfois dangereuse....

Écrit par : Véro | mercredi, 16 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.