Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 novembre 2016

Je n'y reviendrai plus

Soutenu ou critiqué j'ai été intronisé, de manière bien involontaire si ce n'est avoir dit et écrit ce que je pense, opposant 1er à la démarche de Monsieur Macron en Finistère. Lesdits écrits allant même jusqu'à Rennes... Que les choses soient bien claires : la démarche personnelle engagée par Monsieur Macron ne me dérange aucunement. Chacun peut croire en ses capacités ou non, chacun peut imaginer en lui le "sauveur" de la France ou non, là n'est pas le propos; les françaises et les français ont la totale liberté de suivre celui qui annonce une "révolution".

Mes propos ont toujours été les mêmes : lorsque vous adhérez à une association sportive, culturelle ou encore citoyenne vous avez des statuts déposés en Préfecture, lorsque vous cotisez, de facto, vous acceptez les règles de fonctionnement. Comme, également, dans un Conseil Municipal avec son règlement intérieur. Comme un code de la route, un code de l'environnement etc... Adhérer à un parti politique est un exercice similaire. L'on ne force personne à franchir le pas mais une fois que le citoyen s'engage, il s'engage donc à respecter les statuts qui fondent ce parti. En l'occurrence le Parti Socialiste. Ceci est une évidence.

Je n'ai jamais demandé d'exclusions, je n'ai jamais demandé de démissions de mes amis socialistes et camarades de longue date pour certains d'entre eux, j'ai toujours, avec constance demandé de la clarification pour celles et ceux qui adhérent à notre parti et qui s'apprêtent à faire l'inverse de ce que nos statuts disent. "Quelle vision clanique Yohann" me dit-on. Peut-être, chacun est libre; mais à aujourd'hui les statuts doivent être respectés et ce que je demande (je souhaite) c'est que les intéressés comprennent bien, eux-mêmes, que nos chemins ne sont plus tout a fait les mêmes et que l'on ne peut piocher ce qui nous arrange dans un statut (les désignations aux élections) ou dans le parti lui-même (le financement, les rouages de la machine) et écarter ce qui ne nous plairait pas (le futur candidat aux présidentielles issu de la primaire). Je n'ai aucune animosité, aucun énervement vis a vis de quiconque. Certains me dépeignent comme le faiseur de roi ou le manipulateur en sous main qui conduirait telle ou telle action : mon ego est touché mais il s'agit juste de relativiser... Les adhérents sont grands pour réfléchir seuls et agir en conséquence.

Pourquoi ce post sur ce sujet ce jour? Pour donner mon point de vue "officiel" et ainsi couper net les interprétations hasardeuses des uns et des autres, je n'ai pas de porte parole; j'ai un réseau social, un Blog que je paye et je m'exprime à la première personne car, pour encore, personne ne contrôle le cerveau qui est le mien.

Pas de cris, pas de larmes; juste du bon sens et du respect de ce qui régit notre vie au sein de notre parti. Il semble, qu'enfin, Jean-Christophe Cambadélis prenne la mesure. C'est une bonne chose. Que cette initiative soit salutaire à tous les niveaux de notre parti et que cela soit décliné et imité; le silence et l'exercice difficile d'équilibriste étant peu respectueux des adhérents qui y croient (encore!). C'est dit et je n'y reviendrai plus.

Statuts du Parti Socialiste ICI et notamment l'article 1.2.3

Capture d’écran 2016-11-24 à 10.19.16.png

10:23 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis complètement d'accord avec ce que tu dis, Yohann

Écrit par : yvon DANIEL | jeudi, 24 novembre 2016

Il fut une époque lointaine où je pensais que le PS pouvait encore représenter la gauche. A ce jour, il me sied de lire vos propos qui malheureusement ne semblent pas être ceux de votre Parti. Vous me semblez être plus humaniste qu'altruiste ce qui semble presque incongru dans la politique actuelle. Alors je ne peux que vous remercier pour vos propos.

Écrit par : Nadine Floch Guipavas | jeudi, 24 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.