Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 mars 2017

Responsables En Marche locaux : le saviez-vous?

Semaine dernière il était indiqué, dans la presse, la liste des différents responsables du parti politique En Marche dans le secteur Brestois. J'ai été très surpris de découvrir 1) un nom et 2) la responsabilité de ce dernier (cette dernière) dans cet article. Et pour les électeurs Kerhorres il est de bon ton de les informer.

De manière objective et non partiale.

En effet, je découvre le nom de Madame Laurence Garrigues-Kerhascoet dans cette liste; et sur la thématique de l'environnement... La blague. Les habitants de tout un quartier du Relecq-Kerhuon connaissent bien ce nom de famille et du dossier qui s'y rattache. Hélas. Il faut reconnaître que cette résidente fiscale et électrice (elle n'habite pas la commune) est propriétaire d'une maison bien connue sur la ville et au delà, sur la métropole. Là n'est pas le propos mais cela permet de situer. Elle a donc la responsabilité d'animer cet atelier sur l'environnement et la transition énergétique : fort bien! Et comme elle s'engage de manière publique dans cette séquence électorale, mes questions sont donc les suivantes : comment vit-elle le fait d'avoir fait abattre dans sa propriété des arbres classés en zone Nh (naturelle) en 2010 et 2011? Comment explique t-elle que le sentier piéton reliant la Rue d'Armorique au chemin du Littoral ait disparu un soir, tard, à coup de pelleteuse pour faire oublier qu'il existait et ainsi effacer toutes preuves? (heureusement un bornage a pu voir le jour dès le lendemain avant l'enlèvement des gravats). Comment explique t-elle qu'elle fut l'heureuse première propriétaire à se faire signifier un arrêt interruptif de travaux par la gendarmerie pour des démmarages desdits travaux sans aucune autorisation et donc dans la plus parfaite illégalité, dans l'histoire de la commune? Comment explique t-elle, au titre du développement durable et des chemins doux, son opposition frontale en 2012 au Préfet du Finistère, sur place? Je pose ça là. Je ne juge pas, je pose juste des questions.

Bizarrement, en 2014, aux municipales c'est vers l'opposition que Madame se sera tournée pour évoquer sa propriété et des malheurs que le Maire (encore) lui provoquait...

Bref, qu'elle soutienne et prenne des responsabilités pour Monsieur Macron est son droit le plus strict. Mais que tous sachent que le dossier des quartiers Ouest qui perdure depuis 2010 est également de son fait. A présent chacun jugera en conscience. Drôle de conception et de façon de faire pour un parti qui se veut nouveau et aux nouvelles méthodes...

Capture d’écran 2017-03-31 à 11.48.57.png

Capture d’écran 2017-03-31 à 12.09.17.png

14:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo Yohann !

Écrit par : Jean Pierre Faou | vendredi, 31 mars 2017

Ce qui est sûr c'est que c'est En marche arrière toute pour l'intérêt collectif, l'accès au littoral pour tous, le respect de deux arrêtés préfectoraux et d'un chemin existant depuis le 19èm siècle !!! Et En marche avant pour la privatisation du littoral et les privilèges !!! Quelle imposture !!! ....

Écrit par : Sophie | vendredi, 31 mars 2017

En marche ! A pied.
Mais pas devant chez elle.Le chemin est fermé.

Sinon pitoyable.

Si je la rencontre, je ne manquerais pas de l'interroger.

Écrit par : Jean | vendredi, 31 mars 2017

Cette campagne électorale est folle . J'ai 71 ans et je n'ai jamais vu ce bordel, ces trahisons, ces vols d'argent publique, cette mauvaise foi . Ces dénis devant la justice . Certains auront à se gratter la tête devant leur propre miroir .
Bravo à toi Yohann, tu es clair ! Je voterai Hamon au premier tour mais après ....
Bon courage .

Écrit par : yvon DANIEL | vendredi, 31 mars 2017

Bien résumé l'affaire qui empoisonne non seulement tout un quartier mais aussi qui prive tous les promeneurs et les usagers à l'accès au littoral.

Quelle belle recrue en marche qui a privatisé ce joli coin de la rade de Brest et qui ose parler d'environnement !

Les Relecquois et tous les défenseurs de l'intérêt général sauront juger...

Écrit par : Serge Miklasz | vendredi, 31 mars 2017

Bravo Yohann de suivre cette affaire, ainsi que les personnes qui se sont et s'investissent à fond dans celle-ci .... Elle ne manque pas d'air notre fraise Gariguette....Plus opportuniste tu meurs ..Et çà vous donne des conseils çà Madame ...Bien mal placée ... C'est le genre de nénette qui bouffe à tous les rateliers pourvu que çà rapporte ... Vais pas m'énerver mais je sais maintenant pour qui je ne vais pas voter ...Au passage, elle devrait prendre exemple sur notre députée Chantal Guitet ... On peut rêver s'pas...

Écrit par : DED | samedi, 01 avril 2017

Un renouvellement politique qui semble se cacher sous un joli vernis…
On ne peut comprendre la réalité actuelle locale sans un retour sur l’histoire locale, ni faire l’économie du dialogue pour répondre aux attentes de la population.
Dans le cadre de la servitude du passage instituée par le décret du 7 juillet 1977 et de son programme municipal, l’équipe d’Union de la Gauche de 1977 à 1983 avait mené, avec le soutien de la population, un certain nombre de réalisations :
Guy Liziar, Maire, écrivait :
"Les riverains de la rue du Goulet ne comprenaient pas qu’on ne facilite pas l’accès à la grève par la construction d’un escalier alors qu’au bout de leur rue quelques marches existaient déjà. En 2 à 3 jours, nos ouvriers communaux l’ont réalisé avec son cordage de protection. Les Kerhorres pestaient car ils n’avaient plus l’accès à leur plage des Sables Rouges ; nous avons discuté longuement avec les propriétaires auprès de qui nous avons trouvé compréhension et bonne volonté pour réaliser le droit de passage et la descente d’escalier." Mémoires.
Jean-François Raoult, Adjoint à l’Environnement et au Cadre de Vie écrivait :
« Si la municipalité s’intéresse aux plaisanciers, elle n’oublie pas non plus les promeneurs, les baigneurs, les familles. Son but est de permettre au plus grand nombre de profiter des beautés et du calme de nos paysages marins. » Bm 4 1982

Écrit par : Liziar Pierre-Yves | dimanche, 02 avril 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.