Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 septembre 2017

PS Finistère : du fond plus que des personnes.

J'ai appris, comme beaucoup ce matin, que notre 1er Secrétaire Fédéral démissionnait ce mois-ci* de ses  fonctions et laissait ainsi "une nouvelle page s'écrire". Il est exact que notre parti en a bien besoin et c'est un travail de titan qui nous attend.

Dans le même article j'y apprends que la candidature de mon camarade de Morlaix, Jean-Paul Vermot, est quasi faite mais que le délai pour être candidat ou candidate est de 9 jours pour enfin voter dans 3 semaines. Je n'ai toujours pas compris quelle précipitation a guidé les dirigeants de notre fédération à voter et à laisser un délai si court pour être candidat; mais là n'est pas l'essentiel.

Manifestement je n'ai pas été le seul à être surpris puisqu'un nombre non négligeable de militants, d'élus se sont concertés via les réseaux habituels pour échanger et comprendre. En effet, ce que réclament une majorité d'adhérents c'est du travail, du fond, des idées; pas de candidat, pas de personne providentielle ou non; juste travailler sereinement, discrètement et puissamment loin de toutes publicités après la déculottée sévère du printemps dernier. Et nous avons le temps pour cela : tant mieux pour nous! Le congrès arrivera en son temps, probablement en Février 2018 et il sera bien assez temps de parler des personnages pouvant prétendre à la fonction. C'est pourquoi nous proposons d'établir d'ici la fin du mois une direction collégiale calquée sur celle qui dirige le parti au niveau national. Peu importe les résultats des uns et des autres au Congrès de Poitiers en 2015, tout le monde autour de la table à égalité la plus parfaite et ainsi tracer la route jusqu'au congrès de Février. Les sections y ont leurs places, les adhérents retrouvent leurs espaces d'échanges et de travail.

Nous n'avons pas besoin, pour l'instant, d'une homme ou d'une femme; nous avons besoin de compétences, de travail et uniquement de travail. De plus, nous n'inventons rien puisqu'à Paris la situation est positive et lorsque Jean-Christophe Cambadélis a démissionné il n'a pas été remplacé, nous n'avons pas voté; c'est bien la direction collégiale qui gère notre parti jusqu'au congrès.

Cette idée, collective, est de bon sens et permet le consensus afin de travailler sereinement et efficacement sans que rien n'apparaisse déjà bouclé. Dans l'intérêt de toutes et tous.

En toute transparence et amitié j'en ai informé l'intéressé sachant que sa candidature n'est pas "officielle" et ne repose que sur un paragraphe qui suppute l'idée. Tout est encore possible donc afin de garantir un pluralisme bénéfique, apaisant et salvateur après bien des péripéties. Je pense que notre fédération, bien dégradée, en a besoin.

Cette démarche collective est portée par des adhérents, des élus comme je l'ai précisé, je ne peux ici les citer toutes et tous mais ils sont aux 4 coins du département et des 4 motions présentes au Congrés de Poitiers.

 

* Point de détail sur la forme : à l'heure où je rédige ces quelques lignes je suis, et tant d'autres, toujours non destinataire de la lettre évoquée dans l'article. Dommage de l'apprendre par la presse avant de la trouver dans la boîte aux lettres. Je paye pourtant ma cotisation rubis sur l'ongle. Note pour plus tard en somme. 

Capture d’écran 2017-09-06 à 18.43.12.png

18:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.