Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 décembre 2017

Démographie : Le Relecq-Kerhuon au top.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai pu lire les chiffres, dans la presse quotidienne, concernant la démographie locale. En effet, Le Relecq-Kerhuon se distingue par une augmentation de sa population de 1,3% (11 729 habitants en population totale au 1er Janvier 2018 sur les chiffres de 2015 donc concrètement nous sommes plus proches de 11 900 aujourd'hui). Si c'est une très bonne nouvelle, ça n'en demeure pas moins "normal" car la concrétisation de notre politique locale visant à stopper l'hémorragie qui s'opérait depuis 2005 jusqu'en 2009. La ville perdait des habitants et cette information  n'est jamais une bonne nouvelle. De plus, elle vieillissait drastiquement.

Or, sans être spécialiste des données statistiques, ces signaux ont comme obligations de faire réagir les élus : c'est à cela que nous nous sommes employés depuis 2008 en actionnant plusieurs leviers. Tout d'abord celui du respect de la loi SRU (Solidarité du Renouvellement Urbain) en terme de logements sociaux. Ce seuil est de 20% et je ne suis pas peu fier de dépasser à fin 2017 les 18%.

Nous avons également travaillé avec les promoteurs pour contenir au maximum les prix au M2 du foncier afin de permettre à chacun de venir habiter la commune et ainsi "casser" cette image longtemps véhiculée de ville "riche" faisant d'ailleurs fi des plus de 6% de pauvreté sur notre territoire.

Enfin nous avons dynamisé la ville et son image à l'extérieur comme à l'intérieur : politique culturelle et d'animation riche, politique scolaire dynamique, développement des infrastructures sportives et associatives.

Mais pourquoi cette volonté? Tout simplement parce que qu'une ville qui perd des habitants et qui vieillit voit ses commerces décliner, son tissu associatif devenir moribond, ses classes fermer et devient, finalement, une cité dortoir où plus grand chose ne se passe. Et puis, finalement, les chiffres d'hier viennent corroborer ceux de l'INSEE en septembre dernier comme quoi Le Relecq-Kerhuon était devenue la ville la "plus jeune" de la métropole avec un nombre d'enfants en nette hausse : ceci est donc un signe prometteur mais qui nécessite cependant une vigilance de tous les instants. Il ne faut pas croire que cette tendance est gravée dans le marbre. D'ici 4 à 5 ans la ville peut très bien repartir à la baisse avec les conséquences que l'on connaît : baisse des dotations et disparition de son attractivité.

A l'heure où le Gouvernement se désengage de manière phénoménale en remettant en cause les lois de 1982 de Gaston Defferre sur la décentralisation je constate que nous n'avons plus qu'à compter sur nous mêmes pour regarder l'avenir. Si la ville ne dispose plus qu'à peine 2% de surfaces constructibles il s'agit donc d'être inventif pour toujours progresser sans que "le" chiffre ne devienne une fin en soi. Il s'agit de conserver le cadre de vie, protéger les zones naturelles mais, en parallèle, poursuivre notre développement de manière intelligente et concertée.

Cependant 2018 démarre bien pour notre ville!

Capture d’écran 2017-12-29 à 10.29.51.png

10:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.