Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 février 2018

Rapport Duron : une comédie de haut vol!

La presse a abondamment communiqué sur le rapport Duron qui n'est autre qu'un lourd et volumineux dossier de 215 pages lequel traite de la mobilité du quotidien avec la ferme intention de "répondre aux urgences et préparer l'avenir". Vaste sujet qui, au demeurant, sonne plutôt bien aux oreilles de celles et ceux qui souhaitent un désenclavement total et durable de notre région Bretagne. Or qu'en est-il réellement? Il apparaît que dans la page 94 du document que vous pourrez lire ICI , il est spécifié : "Le projet de liaisons nouvelles Ouest-Bretagne Pays-de-Loire, qui vise à diminuer les temps de parcours entre Paris et Brest ou Quimper a été classé en secondes priorités (engagement après 2030) par la Commission Mobilité 21. Au regard des éléments d’analyse qu’il a eus à disposition, le Conseil considère que la position de la Commission Mobilité21 sur le caractère non prioritaire de ce projet pour l’Etat renvoyant sa réalisation au-delà de 2030

La déception est immense et une pointe de colère peut naître lorsque l'on connaît la forte tentation du nouveau Gouvernement a tout "centraliser" à Paris mettant à mal les lois de décentralisations. Je croyais révolu le temps de l'opposition jacobine/girondine. Malheureusement cette annonce sonne le glas de toute avancée laquelle avait déjà été gelée par le président de la République en Juillet 2017, à Rennes, lorsqu'il avait spécifié qu'il n'y aurait plus aucun investissement au niveau ferroviaire. Pour autant suite à l'abandon de Notre Dame des Landes, le premier ministre avait pourtant annoncé des projets pour la Bretagne en citant notamment la Cité du Ponant. Il n'en est rien dans ce rapport.

Le désenclavement n'est pas qu'une idée, c'est une nécessité. Brest et Quimper à 3h de Paris ce n'est pas une chimère, c'est un gage sur l'avenir pour le développement de la pointe bretonne et du Finistère en particulier, nous avons tous à y gagner. Le sujet de l'aéroport n'est pas mon sujet mais la rapidité des connexions multimodales entre Brest et Paris est l'un de mes sujets dès lors je ne peux qu'être pantois lorsque je lis ce rapport. Notamment sur le fait que sur les dizaines de personnes auditionnées, sans doute de talent, aucune personnalité bretonne. Aucun élu de Brest ou de Quimper, aucun élu du département et au premier chef sa Présidente, Nathalie Sarrabezolles.

En 1966 les agriculteurs, avec à leur tête Alexis Gourvennec, pensaient déjà au désenclavement de la Bretagne. Cela passait à l'époque par les telecoms, les universités (à Brest) et le réseau routier qui ceinture actuellement notre région. En 2018 il s'agit d'aller plus vite car les frontières ont bougé, certaines sont tombées. L'instantanéité est une réalité et les kilomètres n'effraient plus les décideurs pour jouer un rôle dans notre territoire. Faut-il pour encore que l'on nous en donne les moyens.

Ce rapport est donc un pied de nez à la Bretagne et à sa pointe. Un dos tourné à ceux qui veulent participer à la vie économique de notre pays. 

Je me réjouis que les élus de toutes tendances puissent s'accorder sur ce point : au département hier et avant hier, au sein du Pays de Brest avec une lettre co-signée par l'ensemble des présidents et présidente des communautés de communes. Le TGV à 3h de Paris est une obligation. Et pas après 2030. Que Paris le sache et ne découvre pas à ses dépens que les bretons savent se mobiliser...

Capture d’écran 2018-02-04 à 12.13.07.png

12:18 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |