Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 mars 2018

Le Relecq-Kerhuon la nuit : vivre une patrouille sur le terrain.

21h50, c'est un calme olympien qui entoure la Place de la Libération devant l'Hôtel de Ville.

Johan Richard, adjoint au Maire en charge de la proximité  et de la sécurité, et moi même sommes prêts à vivre une "expérience" avec le Lieutenant-Colonel Benoît Malbrancke, commandant la brigade de Guipavas-Le Relecq-Kerhuon entre autre. Coffre de la voiture ouvert, nous enfilons nos gilets pare-balles, les ajustons et sommes opérationnels pour aller sur le terrain au contact direct des incivilités, infractions et autres crimes potentiels. La soirée et la nuit vont êtres longues mais c'est avec un réel intérêt que Johan et moi vivons cette expérience de patrouille de nuit lorsque la plupart d'entre vous êtes endormis aux 4 coins de la ville. En tant que Premier Magistrat de la ville et Officier de Police Judiciaire c'était mon rôle d'y aller.

Plus globalement l'équipe de gendarmerie de Guipavas et Le Relecq-Kerhuon ce sont des femmes et des hommes qui peuvent être debout depuis 5h du matin la veille et qui continuent, par fraction le plus souvent, à sortir sur le terrain pour intervenir, pour protéger, pour contrôler. Sur un vaste secteur de 100 Km2 en ce qui nous concerne mais bien loin du secteur de Crozon-Carhaix avec ses 600 Km2. Chez nous nous regroupons nos deux grosses communes qui totalisent 26 000 habitants mais c'est sans compter La Forest-Landerneau, St Divy, St Thonan et Gouesnou : c'est sur tout ce territoire que la gendarmerie, nos gendarmes, intervient.

Nous voulions vivre ce moment car la nuit tout est transformé, tout est différent. Même pour moi qui connaît mon territoire sur le bout des doigts (et qui fera sourire le Lieutenant Colonel car je connais toutes les rues de la ville), la nuit l'on change de rythme, d'ambiance et tout est dans le détail, dans l'observation lente.

Bien entendu je ne livrerai pas ici tout ce que nous avons appris, tout ce que nous avons pu voir. Juste que, malgré des incidents qui arrivent ici et là, notre ville est une ville calme où l'insécurité n'est pas la problématique des gros territoires. Sauf que l'insécurité peut se décliner (et se décline) avec les incivilités et l'inconscience des automobilistes la plupart du temps : la vitesse. Même à 1h00 du matin. Mais la fourgonnette blanche ayant pris trop d'avance nous échappera... Un couple de jeune grillera joliment un STOP en toute impunité, une voiture suspecte qui semble abandonnée...

Bref, nous avons vécu un moment essentiel de notre cité avec celles et ceux qui nous protègent et qui, finalement, veillent 24h/24h. Je ne peux qu'inciter mes homologues qui liront cette petite note à prendre une partie de leur soirée et de leur nuit pour tenter cela. Enrichissant et terriblement impressionnant avec le côté "off" d'une telle action.

Je pense à eux, nos gendarmes, qui oeuvrent au maximum et le plus souvent dans la plus grande discrétion. Et ne peux que les féliciter et les encourager.

Capture d’écran 2018-03-17 à 15.03.18.png

Capture d’écran 2018-03-17 à 15.03.36.png

15:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.