Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 janvier 2019

Le grand débat national : ma position.

Le Télégramme de Brest a effectué un rapide aperçu des positions des différents Maires de la métropole concernant la tenue et l'organisation du Grand débat National voulu par le président de la République. Sans nous être concertés alors même que nos opinions politiques divergent, nous sommes arrivés à la même conclusion : ce n'est pas à nous d'organiser ce débat.

En effet, notre majorité municipale a travaillé sur ce sujet il n'y a pas plus tard que lundi dernier et a décidé à l'unanimité de ne pas se poser en "organisateur" de ce rendez-vous. Pour autant je suis républicain et j'ai décidé de mettre à disposition une salle pour la tenue de cette réunion. Cette information sera transmise auprès de Madame Anne Tagand, Sous-préfète des arrondissements de Châteaulin et de Morlaix afin qu'elle puisse organiser elle ou un/une délégué(e) le débat dans notre commune. En effet, par courrier en date du 16 Janvier dernier, Monsieur le Préfet a décidé de confier à Madame Tagand cette organisation et la concentration des informations. Il va de soi que ce sera à l'État, et au premier chef son représentant dans le département, d'organiser cette rencontre. Le Maire est le représentant de l'État dans un cadre bien limité : la sécurité, l'état-civil, les élections et les actes administratifs. Nous ne sommes pas les délégués du Gouvernement à qui l'on imposerait de faire : les lois de décentralisation sont passées par là!

Cependant quelques remarques sur ce débat dont les dés semblent déjà pipés (pour reprendre l'expression du président de la République) :

1. Lorsque l'on veut débattre on ne pose aucune exclusive et l'on débat de tout. Or, Emmanuel Macron, dans sa lettre, laisse penser que l'on ne reviendra pas sur la décision de l'ISF. 1ère erreur.

2. Benjamin Griveaux annonçait il y a peu que, peu importe les retours des "cahiers de doléances", le Gouvernement ne changerait pas de cap. 2ème erreur.

3. Dorénavant les Maires sont devenus les partenaires essentiels sur qui on compte et l'on découvre comment diriger de Paris sans nous est complexe. Réveil un peu tardif après les provocations de ce Gouvernement depuis près de 2 ans.

4. Dans sa lettre, la président demande de la "loyauté et de la transparence". Loyauté à qui? A quelqu'un en lui on ne croit pas? En une politique qui est mauvaise pour le pays? Soyons sérieux. 4ème erreur donc.

5. Dans sa lettre, il parle des institutions, des évolutions possibles mais le coeur du problème, à l'origine, est le pouvoir d'achat. Donc des décisions économiques et fiscales. Il n'en est pas question. 5ème erreur.

Assurément cette décision de grand débat est surtout un coup de communication en vue de tenter un rabibochage avec les français et par là même faire l'auto promotion des réformes voulues avec le regard fixé sur les Européennes de mai prochain. Compliqué enfin d'être objectif avec des marcheurs locaux qui ne cessent de critiquer l'action municipale avec des procédés parfois douteux, faisant d'ailleurs de la personne de certains élus, une motivation première. Donc que les choses soient claires : si débat il y a au Relecq-Kerhuon, il sera animé par une personne neutre, sans esprit partisan. Cela ne peut-être qu'un représentant de l'État et en l'occurence de la Préfecture. Sans cela il n'y aura pas de salles mises à disposition. 

NB : Le Relecq-Kerhuon n'a pas attendu les consignes : un cahier de doléances est ouvert depuis le mois de décembre.

NB 2 : Les Gilets Jaunes m'ont également contacté et ont souhaité avoir une salle pour tenir une réunion publique. Dans la mesure des disponibilités ce sera évidemment oui.

Capture d’écran 2019-01-19 à 13.42.57.png

13:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

A votre disposition Monsieur le Maire pour dissiper ce que je crois un malentendu lorsque vous dites la chose suivante: Compliqué enfin d'être objectif avec des marcheurs locaux qui ne cessent de critiquer l'action municipale avec des procédés parfois douteux, faisant d'ailleurs de la personne de certains élus, une motivation première.

Écrit par : Jean Marie FOURMANTIN | samedi, 19 janvier 2019

Voyons! Cela ne vise qu’à faire de la communication pour les élections européennes et redorer le blason de cette équipe qui nous avait vendu le et de droite et de gauche mais qui n’ Que de droite... Ne vous laissez pas avoir!

Écrit par : P.Y Le Borgne | dimanche, 20 janvier 2019

complètement d'accord avec mr le borgne : propagande électorale aux frais de l'état!!! Nous n'avons jamais vu cela, venir faire la claque au président pour non pas écouter mais venir expliquer ce qui est bien et ce qui ne l ,est pas. Franchement non merci. Ok pour la salle et pour ceux qui ça intéresse mais je comprends parfaitement votre décision... Chacun son job.

Écrit par : briand | dimanche, 20 janvier 2019

Je vous donne acte de votre républicanisme. Mais :
Votre remarque sur l’isf serait entendable si la preuve était apportée que depuis 36 ans que cet impôt existe, il avait réduit la pauvreté en France. La suppression de cet impôt pèse au plus 0,3% des recettes de l’état (0,5% des dépenses sociales...), soit 2 mois d’inflation. Il n’est donc pas déraisonnable d’expérimenter d’autres solutions. Comme vous connaissez certainement ces chiffres à la portée de tout contribuable, j’en déduis que votre position vise les symboles, donc la pure politique, et donc sans aucune vision long terme.

Ensuite, vous critiquez l’idée du débat alors que les gilets jaunes aux relents extrémistes de droite / de gauche, dont les références sont RT, les fake news des réseaux sociaux, les boxeurs du samedi, et dont le pic de manifestants a représenté 0,2% de la population française méritent toute votre sollicitude. Il est certes préférable de les laisser débattre entre eux plutôt que de les voir casser les radars et les magasins, mais quel crédit leur accorder tant qu’ils restent dans cette ambiguïté?

Enfin vous donnez des leçons à Macron... c’est vrai que le niveau actuel du PS permet de donner des leçons aux autres. Il y a certainement des reproches à faire, mais qui peut croire que la situation actuelle a été créée en 18 mois ? Il me semble que la réponse sera dans une mobilisation collective des français et des politiques, et pas dans des querelles politiciennes à la petite semaine.

Écrit par : Bertrand | dimanche, 20 janvier 2019

Je vous donne acte de votre républicanisme. Mais :
Votre remarque sur l’isf serait entendable si la preuve était apportée que depuis 36 ans que cet impôt existe, il avait réduit la pauvreté en France. La suppression de cet impôt pèse au plus 0,3% des recettes de l’état (0,5% des dépenses sociales...), soit 2 mois d’inflation. Il n’est donc pas déraisonnable d’expérimenter d’autres solutions. Comme vous connaissez certainement ces chiffres à la portée de tout contribuable, j’en déduis que votre position vise les symboles, donc la pure politique, et donc sans aucune vision long terme.

Écrit par : Bertrand | dimanche, 20 janvier 2019

Propos ci-dessus totalement scandaleux. Quand on sait que l'ISF rapporterait 55 Mds d'Euros, vous êtes dans le déni le plus total avec les bons éléments de langage de la République des Marcheurs. C'est surtout l'idéologie qui vous a fait faire ce choix pour plaire aux plus riches. Triste analyse. Si des retraités lisent vos commentaires avec la CSG, par exemple, ils doivent être outrés. Marron = plus jamais. Et tout ce qui concerne ce mouvement également.

Écrit par : La Fée Maline | lundi, 21 janvier 2019

Il vous suffit de consulter le rapport numero 273 du 12 octobre 2017 de la commission des finances de l’assemblée nationale pour lire page 436 que l’isf n’a rapporté que 4,039 mds d’euros en 2016... alors que l’ifi devrait selon Bercy rapporter 1 mds d’euros. J’ai mis 5 mn de recherche sur internet. Je n’utilise jamais de chiffres que je ne vérifie pas à la source, les réseaux sociaux n’ont aucune valeur à ce titre.

Il me semble que propager des fausses nouvelles sans les vérifier est un peu plus scandaleux que de rappeler les vérités.
Il est par contre tout à fait scandaleux de s’attaquer aux petites retraites.
mais il faut aussi se rappeler que du point de vue de l’equilibre démographique, les générations actuellement en retraite ont profité d’une situation que les prochaines générations ne connaîtront pas. Et il faut du travail pour financer ces retraites, et donc des talents et des créateurs d’emploi.

Écrit par : Bertrand | lundi, 21 janvier 2019

Pour l'information de La Fée Maline, non ce n'est pas 55 milliards d'euros, l'ISF a rapporté 4,23 milliards d'euros en 2017....c'est quand même un peu moins n'est ce pas.

Écrit par : Jean Marie FOURMANTIN | mardi, 22 janvier 2019

Pour en revenir à votre casquette de vice-président métropolitain aux transports :

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-avance/le-luxembourg-va-devenir-le-premier-pays-au-monde-a-instaurer-des-transports-publics-gratuits_3132467.html

Écrit par : bourguignon | mardi, 22 janvier 2019

Monsieur le Maire,
Il serait juste de corriger l'information donnée par La Fée Mutine à propos de l'ISF. Notre fée rebelle exagère quelque peu le montant du produit perçu par l'Etat en 2017. Il n' s'agit pas de 55 milliards d'euros mais de 4,23 milliards d'euros ( ce qui fait nettement moins me semble t-il), soit 5,56 milliards d'euros desquels il faut retrancher un effet de plafonnement de l'impôt qui prive l'Etat de 1,33 milliards d'ISF.
Je vous remercie par avance de bien vouloir publier ce message afin de rétablir une vérité utile à tous.
Bien à vous.

Écrit par : Jean Marie FOURMANTIN | jeudi, 24 janvier 2019

Les commentaires sont fermés.