Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 mars 2019

PS-Place Publique : 1ère étape d'une alliance porteuse.

Dire c'est bien. Faire c'est mieux.

C'est ce à quoi s'est employé Olivier Faure, dûment habilité depuis décembre 2018 et mandat renouvelé en février dernier, pour sceller une alliance des forces de gauche la plus large pour ces élections européennes. Place Publique était à l'initiative depuis plusieurs mois (Libération, 6 novembre 2018) avec un objectif clairement affiché : faire taire les égos et tenter un rassemblement. Si tous les partis, excepté LFI, ont répondu présent pour discuter, seul le PS a poursuivi en ce sens afin d'approfondir les possibilités d'union. Je regrette que d'autres partis amis aient décidé de jouer une carte "solo" pour exister médiatiquement sans réelles chances de pouvoir placer ne serait-ce qu'un seul élu au parlement européen.

Car fondamentalement : serait-ce une honte, un abandon que de constater que seuls nous ne sommes pas assez forts pour espérer dépasser les 10%? Je ne le pense pas et c'est ce que l'on appelle l'humilité de reconnaître que nous ne sommes plus un parti hégémonique qui préemptait le débat à gauche depuis les années 80 : changement d'époque, changement de logiciel. Dès lors il est tout a fait justifié de s'ouvrir aux autres et d'élargir la base avec des personnes qui ne sont pas "cartés" dans un parti politique mais qui ont de réelles valeurs et de réelles expériences ( je pense notamment à Jean Jouzel, climatologue). Si le PS s'était enfermé, une fois de plus, sur un fonctionnement désuet nous n'aurions pas pu prendre un nouvel élan, gage de réflexions communes et de remue-méninges attendus.

Je crois sincèrement, encore et toujours, à la social-démocratie laquelle est en perte de vitesse un peu partout en Europe, je crois beaucoup , encore et toujours, en l'acceptation de l'économie de marché mais avec des cadres spécifiques et une puissance publique affirmée, loin du laisser-faire laisser-aller des libéraux. Entre temps, la prise de conscience sur l'élément climatique est devenue une réalité : tout le monde (ou presque) est pour à condition que ce soit juste. L'annonce d'un ISF "Vert" par Olivier Faure hier sur Europe 1 est une première étape. Et puis bon sang! Nous sommes en 2019! Celles et ceux qui sont prompts à donner des conseils sur ce qui serait bien et sur ce qui ne le serait pas sont ceux-là même qui siègent, naviguent dans ces eaux et actionnent  depuis 30 ans ou presque. L'audace c'est aussi de changer de façon de faire et je me moque du "mais avant on a toujours fait comme cela". Et bien précisément : et l'on termine à 5% dans les sondages. A méditer.

En attendant, je ne peux que vous convier Samedi 23 Mars prochain au Café de la Cale au Relecq-Kerhuon pour une rencontre avec le PS et Place Publique, et notamment Forough Salami, pour échanger et vous engager sur l'Europe.

Capture d’écran 2019-03-19 à 08.28.54.png

08:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |