Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 avril 2019

Pont Abert-Louppe : notre Notre-Dame à nous.

La semaine dernière, croyant ou non croyant, une majorité de français, d'européens et au delà, était abasourdie par la quasi destruction de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. En effet, cet édifice est, inévitablement, dans le coeur et les esprits des français pour des raisons toutes aussi diverses que justifiées : architecture, symbole, religion, souvenir, histoire... Comme tout un chacun j'ai pu aussi mesurer la solidarité naturelle qui s'est construite pour accompagner l'État dans sa reconstruction. Je ne rentrerai pas dans la polémique sur les millions qui, en 48h, ont été promis juste me permettrai-je une petite remarque : j'aimerais autant d'empressement des grandes fortunes de notre pays pour accompagner, par exemple, l'Agence Régionale de Sant (ARS) et les départements pour nos aînés avec les politiques d'accompagnement des personnes placées en EHPAD. Mais je digresse, je reviens à mon sujet...

En tan qu'élu local je sais fort bien l'attachement des habitants au patrimoine, surtout dans un territoire comme le notre qui a été sévèrement touché par la guerre 39-45 avec une ville comme Brest qui a été quasiment rasée de la carte. Chez nous le patrimoine a du sens! Je sais aussi, hélas, que le Gouvernement nous répète à l'envie qu'il n'y a plus de sous, que les caisses ne permettent pas d'entretenir correctement le patrimoine dont lui, et l'État, sont responsables. Alors fatalement les communes tentent de se battre avec les moyens qui sont les leurs : exemple local sur la ville du Relecq-Kerhuon; la Gare de Kerhuon, bâtiment de 1865, était destinée à la destruction. L'un des vestiges de l'arrivée du train à Brest, maison pleine de symboles notamment celui de l'ouverture de Brest au reste de la Bretagne et de la France. Nous n'avons obtenu aucun accompagnement au motif que ce n'était pas une priorité : il est certain qu'abattre est beaucoup plus aisé... Nonobstant les embûches nous avons réussi à la sauver, la réhabiliter et la voilà transformée en lieu de vie de danse et de résidence d'artistes.

Un autre sujet du patrimoine m'interpelle et je souhaiterais m'investir puissamment pour le sauver dans les décennies qui arrivent : le Pont Albert Louppe. En effet, ce dernier vieillit, comme pour tout, et le manque de crédits pour son entretien laisse à penser qu'il pourrait vivre des années compliquées. Sa rénovation complète (j'insiste bien sur "complète") coûterait 30 Millions d'Euros environ. Bien loin des 900 millions d'Euros comptabilisés pour Notre-Dame-de-Paris, mais bien trop pour les budgets de l'État (les plaisanciers le savent, chute de pierres, béton qui éclate etc...) Or ce Pont, construit entre 1926 et 1930, inauguré par le Président de la République Doumergue, est une pépite architecturale de notre Pays de Brest. Qui ne le connaît pas? Qui ne l'a pas déjà emprunté pour se balader, pour courir, pour faire du vélo ou pour prendre des photos depuis sa fermeture aux automobilistes en 1994? Or il y a urgence à financer ou en tous les cas, à prévoir les financements de son entretien. Le Ministère de la Culture l'a même labellisé "Patrimoine du XXème Siècle" remplacé depuis par le label "Architecture Contemporaine Remarquable". Hélas, ce dernier ne donne le droit à aucun financement particulier.

Nous ne sommes, quant à nous, que de passage. Mais notre mission est aussi de transmettre un patrimoine à ceux qui nous succéderont et je pense, objectivement, que dans 100 ans, nos enfants, petits enfants, seront heureux de constater qu'un bâtiment comme celui-là (et d'autres) a été entretenu pour encore en profiter.

Alors si l'État ne peut pas ou ne veut pas? L'on fait quoi? On le laisse et dans quelques dizaines d'années on l'abandonnera, pire, comme celui de Terenez, on le détruira? (ce dernier était atteint d'une maladie du béton). Je ne puis m'y résoudre. C'est pourquoi je vais solliciter, au moins à titre d'information, les mêmes qui se sont portés généreusement contributeurs pour la cathédrale de Paris, y compris le conseiller patrimoine du Président de la République. Nul doute qu'il seront touchés par cette architecture, ce point de vue et son  rôle de passerelle pour les modes actifs au dessus de l'Elorn. Et ainsi nous pourrons, je l'espère, construire un plan de financement pour sa sauvegarde. 

Que cela vous parle ou non, j'espère un plein et entier soutien de votre part!

Capture d’écran 2019-04-22 à 12.53.23.png

Pont Albert Louppe depuis la Plage des Sables Rouges au Relecq-Kerhuon.

Capture d’écran 2019-04-22 à 12.51.33.png

Construction du pont, arches en béton contraint. 1926.

Capture d’écran 2019-04-22 à 12.52.20.png

Coucher de soleil entre les deux ponts : Pont de l'Iroise (1994) et Pont Albert Louppe (1930)

Capture d’écran 2019-04-22 à 12.52.42.png

Anse de Camfrout avec la superbe vue architecturale des deux ponts.

12:57 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis tout à fait d'accord avec votre ressenti je ne comprends pas pourquoi d'un coup des millions apparaissent.... ET qu'on nous disent qu'il y a pas 30 millions pour notre patrimoine ce pont me tiens beaucoup à cœur.

Écrit par : Nedelec | lundi, 22 avril 2019

Bonjour, je valide entièrement votre argumentation : oui au patrimoine qui nous est si cher et qui rappelle notre histoire, d'où l'on vient. Mais également ces millions d'euros pour venir en aide à d'autres politique que l'état ne semble plus en mesure de financer. Votre exemple des ehpad est criant de vérité... Soutien à la démarche.

Écrit par : Le Seach Christian | lundi, 22 avril 2019

Magnifique initiative Yohann !! Et super texte !!
Je suis prête à participer malheureusement pas avec des millions mais si tout le monde met un petit peu de sa poche on peut y arriver !!

Écrit par : Linda Nestour | lundi, 22 avril 2019

Bonjour, il est certain que ce pont est connu de tous, personnellement je trouve qu'il gache la vue du nouveau pont, les gens qui arrivent sur Brest ou le Releck bien sur ne voient plus la rade pourtant comme elle est belle et bien plus belle que ce vieux pont qui n'est pas assez ancien pour etre un monument historique mais bien trop pour etre entretenu. Lors de la construction du nouveau pont il avait ete évoqué voir décidé de ne garder ue les arches, cela aurait eu de la classe plutot que de garder en plus le tablier qui a provoquer des problemes de vent sur le nouveau et dénaturé le nouveau, il n'y qu'a voir le Pont de Terenez qui est loué par tous et le cinema alors que le pont de Plougastel passe inaperçu

Écrit par : Michel Gouillou | lundi, 22 avril 2019

Tout-à-fait d'accord pour l'importance du pont Albert-Louppe à l'échelle de la métropole, qui ne compte plus tant de monuments que cela. Nous, les amoureux du patrimoine, serons derrière vous pour ce combat.

Écrit par : Bernard Guéguen | lundi, 22 avril 2019

Ce pont on a tous grandi avec lui ( ma mère faisait même partie des jeunes qui tenaient les ciseaux pour son inauguration ), on a vu le nouveau pont se faire , tout en barbotant sur la grève. Alors oui, il faut sauver le soldat Pont parce que c'est notre patrimoine et je suis d'accord pour interpeller les généreux donateurs possibles .

Écrit par : plunian | lundi, 22 avril 2019

et je souhaiterais m'investir "puissamment" Du coup le pont est sauvé!

Écrit par : bourguignon | vendredi, 26 avril 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.