Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 novembre 2019

Municipales à Brest

Le 5 janvier dernier, interrogé par la presse, j’avais fait savoir que : «  Je serai candidat pour être Maire de Brest si François Cuillandre n’y va pas ».

Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’on peut dire tout et son contraire, que ce qui est vrai un jour peut être démenti le lendemain. Ainsi, conformément à mes engagements j’ai retiré ma candidature pour être le 1er des socialistes à Brest dès lors que François Cuillandre a annoncé la sienne. Il s’agissait là d’être cohérent et, surtout dans cette période troublée de la parole publique, prouver que l’on est fidèle à sa parole.

Je n’ignorais rien de la situation judiciaire de François Cuillandre. J’en avais tranquillement et longuement échangé avec lui. A mes yeux, l'évolution procédurale du 17 octobre dernier n'enlève rien aux qualités unanimement reconnues que possède le Maire de Brest; je le sais profondément attaché à Brest et aux brestois. Je le crois résolument tourné vers l’avenir et porteur d’ambitions pour la pointe bretonne. Je reste enfin convaincu qu’il est aujourd'hui le seul candidat suffisamment solide pour être en capacité de continuer à faire de Brest une ville de gauche, solidaire, innovante, vive, rayonnante. Je ne vois pas en quoi, en un mois, les qualités que je pouvais lui prêter auraient disparu subitement. Et si j’avais eu le moindre doute à ce sujet, je me serais porté candidat au mois d'octobre. Le challenge ne m’a jamais effrayé, ma courte expérience politique passée le prouve là où en 2008 personne, sauf quelques fidèles, ne croyait en mes chances de décrocher la Mairie du Relecq-Kerhuon.

L’annonce de mon ralliement a, certes, provoqué un certain nombre de réactions de déception. Je peux les comprendre mais plus qu’autre chose je crois profondément à la force du collectif et même si l’on n’est pas numéro un, on est dans une équipe et on porte le même message, le même dynamisme et la même envie. Tout cela était et est toujours partagé avec François Cuillandre.

Je maintiens donc mon soutien à François et confirme, s’il en était besoin, que je serai candidat auprès de lui pour mener de nouveaux projets pour Brest. Avec lui et avec tant d’autres, de nouvelles têtes, de nouveaux talents mais également avec celles et ceux qui sont déjà en fonction et qui ne comptent pas leurs heures pour la ville et la métropole, nous nous mobiliserons pour que les brestoises et les brestois continuent à être fiers de la cité du Ponant. Une équipe est un savant dosage d’expériences et de nouveautés. Je m’inscris totalement et durablement dans cette dynamique.

Que certains se rassurent, ou s’inquiètent, l’équipe travaille déjà depuis de nombreuses semaines. Ces aléas n’empêchent aucunement les uns et les autres  de réfléchir, de rencontrer, de produire, sur tous les sujets de notre quotidien.

Et sur un plan politique : comme dirait Ronan Pichon, leader de la liste EELV, avec qui j’étais samedi soir pour leur lancement de campagne : « Nous ne nous trompons pas d’adversaires. Nos combats sont contre la droite et l’extrême droite » et je rajouterai : pour toutes les brestoises et les brestois surtout.

"Encore + de Brest" : c’est ce que nous allons vous offrir !

 

Capture d’écran 2019-11-05 à 20.32.40.png

17:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour,

quid de la "jurisprudence" PS évoquée par Olivier Faure concernant la mise en examen de Richard Ferrand ? Sale temps pour le PS.

Sinon vous louangez François Cuillandre. Faudrait dans le bilan ne pas oublier aussi 16 années d'opacité électorale imposée. 16 années de mépris des brestoises et des brestois. impossible de faire l'autruche face à cette obstination régressite du maire de Brest et de sa majorité.

Écrit par : Christian PERROT | mercredi, 06 novembre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.