Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 février 2015

C'est quoi un Maire?

C'est en substance ce que les classes de 6ème que je peux accueillir me demandent : quel rôle? Comment est élu le Maire? Que font les élus au conseil municipal? Quelle est la durée du mandat? Quels sont les plus gros projets? Que fait la ville pour protéger l'environnement? Autant de questions qui sont travaillées en amont, en classe, avec les professeurs concernés.

Il est assez fréquent que je reçoive des classes tous les ans afin de parfaire l'éducation civique" de ceux qui, potentiellement, auront un rôle majeur à jouer dans les prochaines années tant sur le plan communal que métropolitain. Après tout : se trouve peut-être celle ou celui qui présidera aux destinées de la ville dans quelques années! Autant, dans ce cas, bien expliquer le fonctionnement d'une mairie comme la nôtre.

J'apprécie ces moments directs d'échanges avec ceux que je nomme les "jeunes pousses" de la ville, je ne néglige pas ces temps passés avec eux et je libère volontiers mon agenda pour pouvoir être disponible et proche de ceux qui , quoi qu'on en dise, joueront l'avenir de notre territoire. Si la politique au sens noble du terme est encore assez nébuleux, je constate cependant que la culture générale concernant leur ville est une réalité : ils savent et s'intéressent à ce qui s'y passe. Tous les élus, peu importe la génération, devraient se donner du temps pour cette éducation civique accélérée en direction de ceux qui en redemandent.

Évidemment, dans mon cas précis cela leur parlent encore plus : ils ont 11 ou 12 ans et de savoir que dans 10 ans à peine ils peuvent être, eux aussi, élus du Relecq-Kerhuon, il y a des étoiles plein les yeux car ils comprennent très vite : s'engager c'est faire des choses pour son quotidien et en tout état de cause... l'améliorer. Modestement mais avec force et passion.

Capture d’écran 2015-02-26 à 23.16.45.jpg

Accueil de collégiens de 6ème avec Renaud Sarrabezolles, 1er adjoint et Marie-Laure Garnier, Conseillère municipale déléguée à la Jeunesse.

10:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mercredi, 25 février 2015

Contrat de territoire : c'est signé

Ce jour le président de Brest métropole, François Cuillandre, et le président du Conseil Général, Pierre Maille, ont signé le contrat de territoire qui va courir à présent jusqu'en 2017. Il sera révisé, amendé à cette période. Avec plus de 34 millions d'euros, ce contrat de territoire vise à contractualiser les financements entre la métropole et le Conseil Général.

Pourquoi faire ainsi?

Avant 1998 et l'arrivée de Pierre Maille à la tête du département, c'était plutôt une politique de guichet plutôt qu'une politique contractualisée qui pouvait s'opérer : pour schématiser les conseillers généraux allaient à Quimper pour "récupérer" des subventions sans tenir compte des réalités du territoire. Depuis 2008, date du premier contrat de territoire avec Brest métropole (océane à l'époque), le conseil général demande au président de l'intercommunalité de travailler avec ses communes membres pour établir des priorités. Stop au chacun pour soi. Depuis de longs mois j'ai donc, avec les services et les élus, travaillé pour programmer dans ce contrat les projets phares de la ville qui peuvent avoir une audience autre que celle qui concernerait uniquement notre ville. Toujours avoir à l'esprit la donnée métropolitaine.

C'est pourquoi plusieurs projets majeurs ont été retenus : l'aménagement de La Cale au titre de la qualité du littoral, le camping municipal au titre du tourisme local (seul camping public de la métropole), notre futur EHPAD car tous les résidents ne sont pas forcément du Relecq-Kerhuon, ou bien encore notre futur complexe sportif. Plus largement, le conseil général accompagnera Brest métropole sur les énergies marines, enjeu essentiel de notre pointe bretonne, pôle d'excellence maritime.

Ce jour donc, a été signé ce contrat à l'Arena. Arena qui était, justement, dans le premier contrat de territoire de...2008. Promesse tenue!

Capture d’écran 2015-02-25 à 16.31.53.png

16:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 20 février 2015

Agenda 21 local : action concrète.

Je vous invite à retrouver sur le site de la majorité municipale l'article destiné à informer les lecteurs de la tenue de notre premier forum de l'amélioration de l'habitat. Pan essentiel de notre Agenda 21 lequel est en perpétuel mouvement, ce forum s'inscrit efficacement dans notre volonté de faire de notre ville une cité exemplaire en terme de développement durable et d'économies d'énergies (notamment la délibération de notre convention signée avec Energence au dernier conseil municipal). Le clause générale de compétence dévolue au bloc communal nous permet d'accompagner, de créer et même d'être à l'initiative d'actions concrètes sur l'écologie et toutes les politiques visant à mieux consommer ces ressources.

Je salue le travail conséquent mené depuis 3 mois par Thierry Bourhis et Thomas Héliès, élus municipaux, auprès des professionnels locaux, des associations concernées et des banques pour mettre sur pieds ce premier forum lequel constitue le premier étage de notre "fusée" développement durable pour l'année 2015.

Rendez-vous donc demain et dimanche à l'Astrolabe pour l'amélioration de votre habitat. En attendant, bonne lecture sur le site de L'Union pour Le Relecq-Kerhuon.

Vous pouvez aussi retrouver les élus de la majorité sur son facebook en cliquant ici.

Mais également sur son Twitter très actif en cliquant ici.

Capture d’écran 2015-02-20 à 15.39.05.png

15:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 14 février 2015

La réforme des rythmes scolaires au Relecq-Kerhuon

La réforme des rythmes scolaires a été menée tambour battant au Relecq-Kerhuon depuis les premiers échanges en 2012. Appliquée depuis septembre 2013 elle rencontre un succès réel tant de la part des parents mais surtout des personnes concernées : les enfants. J'avais pu le mesurer à la rentrée scolaire de 2014 lorsqu'ils m'en avaient parlé sans que j'aborde le sujet.

Je regrette que la loi de Vincent Peillon n'ait pas été jusqu'au bout des choses et j'avais trouvé dommage qu'elle ne s'applique pas à tous laissant ainsi la liberté à l'enseignement privé d'y aller ou pas. Ici, sur notre ville, j'ai souhaité immédiatement travailler de concert avec l'ensemble des corps enseignants, public et privé afin de tenter d'arriver à une harmonie locale dès septembre 2013. Si ce ne fut pas possible ce n'est certainement pas par volonté de s'opposer à la réforme mais bien pour des raisons techniques, d'encadrement et aussi, financières (pour l'enseignement privé). Fort du ressenti rencontré sur le territoire et excellemment bien accompagné par les professeurs des écoles d'une part et des représentants des parents élus d'autres part (nous avons jusqu'à 94% de participants dans certains niveaux et sur certains groupes scolaires aux T.A.P*) j'ai proposé à la nouvelle équipe municipale et à Renaud Sarrabezolles en tant qu'adjoint à la vie scolaire, de trouver les solutions afin que les enfants du privé puissent eux aussi bénéficier de ces T.A.P. Car en tant que Maire, je ne suis pas 1er édile d'une partie de la population : je suis le Maire de tous et j'ai à coeur d'assurer la fédération, la concorde plutôt que la discorde; et puis surtout! l'enfant! Pourquoi celui du privé passerait-il à côté de ce que son voisin de quartier fait dans le public?

Il ne m'appartient pas de juger les choix des parents, cela s'impose à moi et aux élus : il m'appartient par contre de faire en sorte que l'égalité soit offerte à tous les enfants qu'ils soient en maternelles, en CE1 ou bien encore CM2, lorsque la municipalité peut intervenir. Et ce sera chose faite à la rentrée 2015 et j'en suis heureux moyennant une dépense supplémentaire au budget pour inclure les enfants du privé.

Je n'empêcherai jamais, je n'en ai pas les attributs, les antis et les pros de part et d'autre; juste que mon devoir est de rassembler là où c'est possible. Hélas, encore, le déjà très célèbre Olivier Drogou, candidat divers droite aux municipales de 2014 sur la liste de N.Berrou-Gallaud m'a laissé un charmant tweet dernièrement lequel était adressé à sa bonne vieille complice et elle aussi célèbre Marion Le Pache (que vous pouvez voir ci-dessous). Chacun jugera.

L'intelligence doit primer et l'intérêt général également : la direction de l'enseignement catholique locale, les parents d'élèves élus ont adressé un courrier semaine dernière pour informer, justement, les parents de cette évolution en remerciant, en conclusion, le Maire, l'adjont à la vie scolaire, l'adjoint aux Finances Laurent Péron et les services municipaux par l'intermédiaire de Manu Planchot, directeur général adjoint. A mon tour de dire merci pour tant de clairvoyance et tant de volonté de faire des enfants Kerhorres les pivots de ce changement. En septembre 2015, les T.A.P ce sera pour tout le monde.

* T.A.P : Temps d'Activité Périscolaire

Capture d’écran 2015-01-31 à 15.23.38.png

09:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mardi, 10 février 2015

La faute à qui?

Le scrutin de dimanche dernier dans le Doubs a fait couler beaucoup d'encre. Encore. Les états majors politiques ont pris la parole pour dénoncer le risque de fascisme. Encore. Les analystes et politologues ont pointé les évolutions depuis les dernières élections. Encore. Bref, irrémédiablement la même chanson, la même artillerie lourde dénonçant l'extrême droite contre la République.

Sauf que tout cela ne fonctionne plus et l'esprit de mai 2002 a déjà un goût de repas de nouvel an resservi une énième fois. Il est loin le temps où la France et les français venaient au second tour de la présidentielle voter à 80% et où le candidat républicain faisait près de 83% des voix. La mienne comprise. A présent nous sommes 13 années plus tard, le cas se représente entre un candidat FN et un candidat PS : 49% de participation et le candidat républicain terminant avec un timide 51%. Pas la gloire au PS au soir du second tour...

Ce qui m'amène à écrire cela aujourd'hui : la faute à qui? La faute à qui cet enracinement? La faute à qui cette parole qui séduit à présent? La faute à qui si le front républicain ne fait plus recette et si, enseignement de base dans le dernier cas cité, la droite républicaine se tourne plus vers le Front National que vers le candidat socialiste?

Je pense que cette faute est la nôtre. La nôtre, celle des partis de gouvernement, celle de la gauche et de la droite qui n'ont pas su, une fois à l'Élysée et à Matignon, tenir la promesse d'un chômage qui baisserait et d'une croissance qui serait au firmament. Notre faute si à présent des électeurs viennent nous dire, viennent me dire "prochaine fois j'essaye le FN". En effet, il bénéficie du doute dévolue à son inexpérience du pouvoir national. Le "après tout, pourquoi pas eux, on les a pas essayé!" nous est servi fréquemment. Le point central de la contestation étant l'emploi : pas d'emploi, pas de revenu donc misère sociale donc bas côté de la route donc... l'extrême car la colère est immense.

Cette histoire vous la connaissez depuis le dernier choc pétrolier, je n'étais pas né mais ai toujours vécu avec cela. Et aucun des présidents depuis Pompidou n'a réussit a juguler la montée inexorable de ce cancer économique et social. Alors modestement je pousse mon coup de gueule à mes collègues socialistes à Paris, autant qu'à ceux qui dirigent l'UMP et qui aspirent à diriger le pays. Si vous ne savez pas, ne dites pas. Si vous n'êtes pas sûr de ce que vous avancez, ne promettez rien. Au niveau local personne ne se risquerait à faire des annonces tonitruantes sous peine d'être désavoué. Soyez humbles et dites comment vous souhaitez vous y prendre. Aussi, je souhaiterais, modestement qu'une pédagogie soit réalisée sur les thèses du parti frontiste lequel est présenté comme un parti sympa et presque aimant la démocratie... Sans invective, sans élever la voix. Que les électeurs sachent ce qu'il y a derrière.

J'ai fait ce travail grâce à la volonté de Renaud Sarrabezolles, 1er adjoint et secrétaire de section du PS de la ville, de décortiquer les positions économiques et sociales, les propositions de vies, de nos quotidiens. Certains diront que je fais de la pub pour ce parti mais allez sur ce site et cherchez. Si nous en sommes capables au niveau local il y en a bien un ou deux à Paris qui peut le faire, non?

Ensuite, une fois démasqué et décridibilisé, pourrons nous nous remettre autour de la table et présenter les différences entre le PS et l'UMP? car elles sont nombreuses mais tout est foutu par terre et dans une vaste confusion car ,hélas, le débat s'est déplacé sur le "c'est pas de ma faute, c'est de la sienne". A mon niveau, local, je suis fier de démontrer la différence entre une gestion de gauche et une gestion de droite. Et quand je regarde autour de moi le champ de ruines politiques suite à mars 2014 je me dis que... c'est p'être pas si mal. Et ici le FN ça fait "pschiit" comme dirait l'autre.

tribune1_0.jpg

 

21:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | | | |