Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 octobre 2014

Carrefour des communes : carrefour des choix

Depuis hier se tient le carrefour des communes au Quartz, à Brest. Sorte de "mini congrès" des Maires à l'échelle départementale, un peu plus de 1800 élus, agents et associations se sont inscrits pour participer aux débats, tables rondes et rencontrer les professionnels qui travaillent avec les Mairies et les communautés de communes. France 3 Bretagne a, par ailleurs, axé son reportage sur les inquiétudes des édiles concernant les finances publiques : certes, c'était le sujet favori des élus dès hier. Encore aujourd'hui d'ailleurs. "Et toi? Tu perds combien?", "Moi je dois arrêter tel projet" etc... Chacun allant de sa propre analyse et commentaire.

La réalité est pourtant précise : dès les années 60-70 les Gouvernements ont tenté d'inverser la tendance en faisant fusionner les villes, en souhaitant un regroupement; le résultat est plus que mitigé et même si les communautés de communes sont nées, force est de constater que nous sommes toujours un peu plus de 36 000 communes en France.

Une parlementaire m'expliquait ce matin que dans un département "montagneux" ce sont plus de 200 communes pour un total de 100 000 habitants dont certaines d'entre elles font entre 50 et 100 habitants. La question est clairement posée : où allons nous avec la raréfaction des finances publiques? J'ai souhaité une clause de revoyure qui permettrait au Gouvernement de trouver un terrain d'entente avec l'association des Maires des France visant à réinjecter de l'argent public dans les collectivités territoriales dès lors que la croissance pointerait le bout de son nez (enfin). A toute fin utile je précise que ce sont les villes et collectivités qui réalisent 70 à 75% des investissements publics, donc les entreprises, donc les emplois locaux... Ce "deal" me semblerait être une bonne chose en faveur de quoi les collectivités s'engagent sur certains points (le frein des dépenses de fonctionnement par exemple).

Vaste sujet donc mais, fondamentalement, nous n'allons pas l'éluder encore longtemps. Je ne suis pas magicien ni diseur de bonne aventure mais 2016-2017 risquent d'être...forts compliqués. Cependant l'optimisme guide mon action et l'investissement pour l'avenir aussi. On ne va pas se laisser abattre! Non mais!

10703565_10205060803218707_7204254505932537405_n.jpg

Intervention en séance plénière, hier, au Quartz.

14:04 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 26 septembre 2014

Suppression actée

Hier soir, enfin, s'est déroulé le dernier acte de la saga concernant le passage à niveau. Hier soir, après le conseil de communauté de la semaine précédente, le conseil municipal était amené à délibérer sur le plan de financement et sur les objectifs de la future concertation.

Dans un relativement long propos liminaire j'ai tenu à insister sur le vote historique que s'apprêtaient à prendre les conseillers municipaux : ce serait le 25 septembre 2014 que la ville du Relecq-Kerhuon entérinerait officiellement la disparition de ce danger, lequel, je le rappelle, a coûté la vie à des personnes dont une petite fille en 1999. J'ai clairement annoncé la dimension historique d'une telle délibération pour l'avenir de notre commune, que sur ce sujet nous devions avoir une union locale qui dépasse les clivages politiques, qui dépasse la majorité et l'opposition. Pendant plus de 20 minutes j'ai donné tout ce que je pouvais donner pour convaincre l'opposition, car je la respecte, de nous rejoindre dans un vote positif afin de porter fièrement la position de la ville.

Madame Berrou-Gallaud n'a manifestement pas entendu ce message prétextant tantôt des "coûts", tantôt du "mépris" de la communauté urbaine à l'endroit des habitants du Relecq-Kerhuon... Mélangeant grossièrement des dossiers régionaux et locaux pour le financement de cette suppression, oubliant (volontairement ou pas) qu'une commune a, de part la loi, la clause générale de compétence et qu'elle peut intervenir sur tout ce dont elle souhaite. Bref, rien n'y a fait et après 45 minutes de débats, elle n'a pas souhaité voter favorablement. J'ai, cependant, noté que les autres membres de l'opposition municipale ont, finalement, voté pour et je les en remercie très sincèrement et très profondément.

Ainsi que j'ai pu le dire, s'il y avait bien un conseil auquel il fallait participer c'était celui-là, probablement le plus important de tout le mandat eu égard aux enjeux. A titre personnel je m'en souviendrai longtemps surtout comme la récompense du travail mené depuis 2009 sur ce dossier. A présent le travail de concertation va débuter et d'ici la fin de l'année une ou plusieurs réunions publiques vont être organisées pour les habitants.

IMG_0040.JPG

16:22 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 22 septembre 2014

On l'a fait

La magie se décline de plusieurs manières. Et sans être un prestidigitateur hors paire, mais bien modestement un élu local, j'ai, avec les élu(e)s du Relecq-Kerhuon quasiment au complet, vécu un moment magique d'une rare intensité. S'il y avait bien un moment où il fallait être au Relecq-Kerhuon ou à Plougastel-Daoulas, c'était bien hier pour cette journée du patrimoine exceptionnelle afin d'y découvrir le superbe Pont de l'Iroise.

Certes, et en toute sincérité, j'ai reçu des e-mails et des commentaires de mécontentements certains me précisant que "le pont ne m'appartenait pas" et que je "n'en avais pas le droit (de le fermer)". C'est exact! C'est bien pour cela que le Préfet, décideur en la matière, a été sollicité. Et que sa réponse fut...positive. Et pour quel résultat?

Une affluence record de part et d'autre des rives de l'Elorn comptabilisée par les services de l'État à près de 5000. Des animations culturelles de chaque côté, un Bagad Plougastell qui a donné le tempo sur le pont, des images exceptionnelles dans la tête de celles et ceux qui ont pu voir le pont différement, son histoire depuis 1988 où il a été décidé, à 1994 où il a été achevé. Je pense, très honnêtement, que ce moment ne se reproduira plus et que, du coup, cette journée constituait un moment unique dans l'histoire locale pour les 20 ans du pont et force est de constater que tout a été maîtrisé, pensé, anticipé.

Être élu et en position de décider, d'impulser c'est aussi provoquer des moments rares, de plaisirs, d'originalités dans une vie quotidienne pas toujours évidente. Hier après midi juste avant 14h30 lorsque le conseil municipal regagne Le Relecq-Kerhuon sous le regard amusé des centaines de promeneurs et sous un soleil de plomb avec une température ambiante de 25 degrés, j'ai pu le dire : "on l'a fait"

IMG_3690.JPG

IMG_3702.JPG

10712919_854616534551616_1435758563280568520_n.jpg

IMG_3745.JPG

Photos : Daniel Mollet. 1000 mercis.

11:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 19 septembre 2014

PAN 306 : premier pas vers sa disparition

Hier après midi le conseil de communauté de Brest métropole a voté à l'unanimité les deux dispositions visant à engager officiellement la suppression du passage à niveau 306 (PAN 306) sur notre territoire.

Ces deux délibérations avaient pour objectif : 1) d'acter le plan de financement, notamment celui de Réseau ferré de France et 2) d'accepter la période de concertation qui va s'ouvrir avec les habitants courant d'automne prochain. Très clairement il y avait urgence à signer cette convention afin de pouvoir, pour encore, obtenir les 50% de financement par RFF. Il faut que vous sachiez que si nous ne nous étions pas battus pour obtenir ces financements depuis...2010, RFF ne supportait "que" 200 000€ sur les travaux alors que nous nous dirigeons à présent vers une enveloppe de près de... 6 millions d'euros ( la suppression coûtera au global 11 millions d'€).

Je ne souhaite pas refaire ici l'historique de ce point noir de notre commune, Ouest France dans son édition de ce jour le fait très bien. Le Télégramme y revient aussi d'ailleurs. Juste que pour celles et ceux qui entendent parler de ce sujet comme de l'Arlésienne, nous nous apprêtons enfin à voir le bout du tunnel et il ne manque plus qu'une seule étape : le vote du conseil municipal du Relecq-Kerhuon jeudi prochain. Ce sera, probablement, la délibération la plus importante que la ville ait eue à voter depuis la création de la communauté urbaine en 1974. Tant sur l'aspect financier que sur l'aspect travaux et enjeu structurant.

Les votes en conseil de communauté ont été conformes à ce que je pouvais en attendre excepté l'intervention et le vote de Madame Berrou Gallaud, conseillère communautaire du GICA et élue de l'opposition ici même. Les bras m'en sont tombés lorsqu'elle a tiré à boulets rouges sur la communauté urbaine sur son manque d'engagement dans ce dossier (absence totale de maîtrise du dossier manifeste, ce qui a fait bondir le vice-président de l'époque, Bernard Rioual) et qu'elle a refusé de voter favorablement la délibération. Certes, les votes sont libres. Mais chacun en assume les conséquences.

Rendez-vous jeudi soir 18h00 pour le prochain conseil, qui sait : les nuits portent conseil et les clarifications politiques aussi...

brXX_1522288_1_px_640_.jpg

Un Tweet qui en dit long sur la validation des propos tenus par Mme Berrou Gallaud (Monsieur Du Buit est du même groupe politique)

Capture d’écran 2014-09-19 à 15.25.22.png

 

 

15:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 15 septembre 2014

Magnifique, Mighty...

Le week end haut en couleurs a encore mis en avant le dynamisme de la commune que ce soit sur le plan sportif que culturel. Sportif avec la participation de plus de 9300 participants à la course Odyssea : c'est le deuxième site (celui de Brest) qui attire le plus de participants en France, juste après...Paris. Tout de même! Avec les deux parrains de l'évènement, Bruno Grougi et Abel Khaled, j'ai lancé le coup d'envoi de la course du 5Kms à travers la ville. Splendide moment qui aura permis de récupérer la somme de 50 300€ pour la lutte contre le cancer du sein.

Autre temps, autre ambiance, il fallait voir les spectateurs arriver en masse sur les rives du Pont Albert Louppe pour le dernier Pique-Nique Kerhorre "le PicNic On The Bridge" affublés de sacs de victuailles pour tenir toute la journée dans des sites tous plus beaux les uns que les autres. En fin de journée, une fois la Reine d'Angleterre repartie à bord de Mari Lizig, nous pouvions annoncer collectivement la venue de près de 4000 personnes pour ce grand moment culturel, familial et festif. Certains viennent pour les spectacles, d'autres pour le pique-nique, la plupart pour les deux! Mais tous avaient un mot qui revenait : magnifique.

Magnifique en effet lorsque vous étiez installés dans la clairière du bois de sapin et que derrière les artistes se présentait à vos yeux l'un des plus beaux endroits du monde (soyons fous!) : la rade de Brest...

Bref, soleil, chaleur, sourires, hectolitres de sueur pour paraphraser une journaliste qui suivait Odyssea, en voilà un bien beau week end à Le Relecq-Kerhuon où décidément... ce n'est pas pareil!

Capture d’écran 2014-09-15 à 10.32.55.png

1979896_10202473841360021_207547816604263139_n.jpg

Picnic (2).JPG

10:36 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |