Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 mai 2018

Obsession d'un et clarification d'un autre.

Les mots, les phrases, ont leur importance. Y compris dans la presse quotidienne. Et le choc peut être rude.

C'est dans cette dernière, et non autrement, que j'ai appris qu'une enquête préliminaire serait ouverte  concernant le recrutement d'un CDD d'une année au sein de la direction du SIVU des Rives de l'Elorn (qui gère les 3 EHPAD de Guipavas et du Relecq-Kerhuon). Etant évidemment assez étranger aux coutumes de fonctionnement de l’autorité judiciaire, j’aurais préféré l’apprendre par une voie plus « officielle » comme un courrier, un recommandé voire même par un simple appel téléphonique du ministère public. D'autant qu’à l’évidence, il y a deux poids deux mesures puisque la presse le savait. Mais là n'est pas l'essentiel.

Voilà près de deux ans à présent qu'un individu, manifestement obsédé par ma modeste personne (troubles psychologiques?), s’acharne sur moi en multipliant les procédures, rédigeant de multiples tweets et diffusant ainsi autant de rumeurs. Je vis cela comme un quasi harcèlement. Je ne suis évidemment pas le seul élu ciblé mais un tel comportement finit par se révéler éprouvant. Tous les moyens lui sont bons depuis tout ce temps pour répandre ses fantasques inventions et fumeuses élucubrations dont le seul but avoué est de « nuire » à votre serviteur. En effet, sur deux autres affaires municipales puis sur une troisième sur un autre établissement public, cet individu à l’imagination débordante s’invente un rôle de « chevalier blanc au petit pied » débusquant les élus systématiquement présentés comme corrompus. Il oublie simplement de préciser qu’il a été condamné récemment par le tribunal de Quimper et qu’il est actuellement le seul à être mis en examen pour diffamation suite à une plainte commune que nous avons déposé avec d’autres élus, l’an passé. Et comme par hasard, c’est à la suite de cette décision du procureur de le poursuivre que surgit une nouvelle attaque. Est-ce une énième tentative de diversion ? Je ne sais mais les faits demeurent et bientôt le tribunal de grande instance de Brest aura à le juger. Mais cette enquête ne vient pas de nulle part : il suffit de regarder Twitter pour le comprendre. Et notamment le compte de ce triste personnage dénommé Jérôme Abbassene qui, il y a quelques jours, se vantait d'avoir signalé ce qu'il croit être un dysfonctionnement. Toujours en quête de gloire et de projecteurs, ce Monsieur ne cesse d'être dans la posture.

Cette information parue m'invite à réagir sur 5 points :

  1. Je ne commente pas le travail de la justice. Je ne vois d'ailleurs pas pourquoi je le ferais. L’autorité judiciaire fait son travail et moi le mien. Ainsi par exemple, dans les dossiers municipaux les questions d'urbanisme sont régulièrement des sources de contentieux. Et je ne fais pas à chaque fois des communiqués. Par contre, quand j’en ai l’occasion, je présente mes arguments. Ainsi je me rappelle par exemple qu’en 2015, une enquête préliminaire avait été ouverte. Dans cette procédure, j’avais été entendu et j’ai ainsi pu présenter mes preuves et le dossier fut classé. Je continuerai donc d’agir de la sorte. Pour autant personne, à l'époque, n'en a parlé. Aujourd'hui c'est en page Bretagne. Rien que ça.
  2. Qu’un procureur décide de demander une enquête préliminaire est une procédure classique. C’est d’ailleurs la bonne manière pour entendre tous les points de vue. Quand je saurai ce qui m’est reproché, je fournirai toutes les explications. Et le droit fera ainsi taire l’infâme rumeur.
  3. Il me semble que des journalistes ont connaissance de ce dossier depuis plus d'un an à présent. Certains d’entre eux m’avaient en effet à l’époque contacté. Ils avaient déjà reçu du même individu, toujours avide de publicité, ses "X-Files". C'était en Mars 2017 et je n’ai jamais lu ensuite d’articles sur notre échange. C'est pourquoi je suis surpris que dans l'édition de ce jour, son auteur, n'ait pas jugé opportun de préciser le lien entre le déclenchement de l'enquête et les démarches insistantes de Mr Abbassene tant vis a vis des journalistes que du ministère public.
  4. Je ne connais rien de mon harceleur hormis son nom et son prénom et son passé judiciaire lu dans la presse. Je ne l'ai jamais rencontré et je ne crois pas qu’il n'habite Le Relecq-Kerhuon, ni même le Finistère. Je sais seulement qu’à l’évidence, il dispose de beaucoup beaucoup de temps qu’il consacre à attaquer des élus, à les menacer, à tenter de leur intenter des procès. Pour l’avoir donc déjà conduit devant les tribunaux, je sais aussi qu’il se caractérise par sa mauvaise foi, ses approximations, ses mélanges, ses oublis, ses transformations de la réalité. Il se présente abusivement comme un « lanceur d'alerte », mais heureusement, la définition de cette qualité est bien différente... .
  5. Enfin, je me suis longtemps interrogé sur l’intérêt de réagir sur ce blog qui s’adresse depuis sa création d’abord aux habitants de la ville où je vis. Mais j’avoue une lassitude. Trop c'est trop. Je n’ai évidemment aucun doute sur le fait que cette enquête mettra un terme à des accusations aussi grotesques qu'improbables. Mais recevoir par le truchement de twitter des accusations régulières, être la cible constante d’un maniaque de la diffamation est fatiguant. Pourquoi cet acharnement? En quoi suis-je un problème? En quoi suis-je un danger? Et pour qui? Quel est le but de ce feu nourri depuis près de deux ans ? Et, finalement, comme dirait l'autre : "A qui profite le crime?" Qui charge le fusil et qui appuie sur la gâchette? "

Je me suis donc décidé à écrire ces quelques mots même si je sais que les Kerhorres me connaissent et sauront traiter ces accusations par le mépris. Mais on a beau être un élu, on n’en n’est pas moins homme et on peut s’avouer agacé ! Mais évidemment– et surtout heureusement - cela n’entame en rien mon énergie pour continuer à agir avec l’unique souci de l’intérêt général.

Bien entendu, je vais à nouveau porter plainte contre ce Monsieur, dès aujourd'hui, pour dénonciation calomnieuse.

Capture d’écran 2018-05-28 à 09.48.27.png

08:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 18 mai 2018

L'Eté approche, et les spectacles aussi!

Avec 18° on peut presque s'imaginer en été sur les rives de l'Elorn. Même que parfois l'on peut dépasser les 20° au soleil et ce, tout au long du week-end avec les prévisions attendues. Bonheur donc!

Mon coup de coeur de ce week-end sera inévitablement le spectacle joué sur le Pont Albert Louppe (mais côté Plougastel cette fois!) avec Impro Infini et le spectacle "Walls, la solution" où une sorte d'Intervilles revisité à la mode KIM et TRUMP sera proposé au public et à vous : soyez nombreux car le jeu en vaut vraiment la chandelle. Et comme le principe est d'éviter la ville de Brest mais de pouvoir cependant rejoindre les autres communes de la métropole, il sera également proposé de créer des souterrains pour cela. Tout un programme! Mais ce qui me fait aussi beaucoup rire (à l'avance) c'est ce "grand concours" lancé de sosies des Maire des villes de la métropole. Hâte de voir de quoi il en retourne car, finalement, j'ai donné mon accord au projet sans trop savoir où je mettais les pieds : résultat dimanche si la compagnie a trouvé quelqu'un de semblable. Pour le coup il n'est pas à exclure que je puisse le kidnapper, ou le faire kidnapper, et ainsi pouvoir mettre en musique le don d'ubiquité rêvé par tout élu qui se respecte! Ne pas se prendre au sérieux, savoir aussi se "marrer" même si la chose publique est sérieuse, font partie de mon univers et je l'avoue, plus c'est déjanté mieux c'est. Marque de fabrique clairement assumée et revendiquée! Et quand je connais le talent de certains des artistes d'Impro Infini c'est du régal en perspective (dimanche à 16h00)!

Mais dimanche il y aura aussi la fête de la Mer dès 14h à La Cale : passez faire un saut dans l'un des plus beaux endroits pour admirer, de loin, la Rade de Brest. Et puis tant que j'y suis, et parce que je m'y suis inscrit, il reste encore quelques places pour le trophée Kerhorre des O.F.N.I qui se déroulera le 10 Juin. La municipalité qui avait lamentablement séchée l'édition de l'année dernière revient donc en force avec un navire qui va... cartonner!

Donc aux fidèles lecteurs, entre amis, voisins, collègues de travail, associations... c'est le moment de vous inscrire et de venir vous faire battre à plates coutures dans l'Anse de Camfrout!

Capture d’écran 2018-05-18 à 16.04.14.png

Capture d’écran 2018-05-18 à 16.01.26.png

16:28 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 28 avril 2018

Comptes de la ville : "sains et prudents"

Avant hier soir se tenait notre conseil municipal lequel a duré près de 4h. Le gros du bataillon étant le compte de gestion, le compte administratif et la délibération sur le lancement de la procédure de consultation citoyenne.

Ainsi que j'ai pu l'expliquer dans mon précédent post, le compte administratif vient clore le précédent budget et donne une photographie instantanée de la réalité d'exécution du budget. Pour résumer : est-ce que l'on a "pipeauté" en votant notre budget primitif 2017 en le minorant ou en le chargeant ou est-ce que nous sommes dans les "clous". Ce travail est un travail conjoint avec la trésorerie qui est un service d'État, indépendant des majorités municipales en place. Voilà pour les bases.

Pour aller plus dans le détail, et Le Télégramme s'en fait l'écho ce matin, notre gestion municipale n'est pas simple mais nous tenons le cap : continuer à investir et à nous développer tout en tenant compte des baisses de dotations (- 59 000 € ). Ce dernier point fait beaucoup réagir, surtout lorsque je m'exprime sur les promesses non tenues du Gouvernement. On m'objecte "et Hollande? Il a pas fait mieux!" Pensant que je suis un sectaire aveugle et que je suis incapable de revenir sur les erreurs de mes propres troupes. Qu'ils se rassurent! Invité au Palais de l'Élysée en 2016 avec d'autres élus j'avais eu l'occasion de faire part de ma désapprobation droit dans les yeux avec le président d'alors. Et ai également eu l'occasion de l'écrire. Donc je maintiens mon discours. Sauf qu'en 2018 le nouveau président nous a dit "non, les dotations ne baisseront pas" et c'est l'inverse qui se produit (voir cet article) Autant Hollande pouvait nous fâcher mais lui avait annoncé la couleur. Autant Macron dit des choses en septembre et l'inverse se produit quelques mois plus tard. Bref. Il s'agit juste de le rappeler.

Localement nous avons avec Laurent Péron, adjoint au Finances, et les services, une gestion prudente mais qui permet des changements durables. Nous n'avons pas trop le choix car l'argent public étant de plus en plus rare nous ne pouvons pas jouer à la roulette Russe avec les budgets et tabler sur des recettes que nous n'aurions pas. Est-ce pour autant la misère? Assurément non. Les budgets se serrent mais nous faisons des choix qui nous permettent de regarder vers l'avenir (le sujet du Stear ou bien encore de La Cantine en font partie), nous sommes à 4 années de désendettement de notre ville là ou le voyant orange est à 12 ans. L'option de l'endettement, surtout aux taux actuels, est une option tout a fait raisonnable si d'aventure nous avions (et nous en aurons) de nouveaux projets. La transformation et l'extension de la Maison de l'Enfance et de son parc demeurent les sujets qui démarrent plutôt bien et nous saurons offrir aux familles de nouvelles conditions d'accueil des plus petits, le complexe sportif se termine.

Alors, bien entendu, rien ne s'arrête vraiment jamais, les demandes arrivent plus nombreuses, il y a tant de choses à faire ici et là, le citoyen est exigeant et c'est bien légitime, mais le temps d'une collectivité n'est jamais le temps (court) que je pourrais moi même souhaiter!

Sachez cependant que l'équipe municipale fait de son mieux, le maximum même, pour réussir, répondre aux attentes et améliorer le quotidien même si parfois vous pouvez être exaspérés que ça n'aille pas aussi vite ou qu'un projet soit décalé dans le temps faute de budget immédiat. L'équipe est une équipe sérieuse, soucieuse tout comme vous, des deniers publics car, on l'oublie souvent, mais les élus sont des citoyens qui deviennent décideurs mais qui ne les empêchent pas de payer eux aussi leurs taxes d'habitations et foncières!

Et en conclusion j'ai lu, entendu, su que "le nouveau monde" voulait faire main basse sur un maximum de villes, y compris la votre. Ce n'est pas la guerre ici, il n'y a pas de prise à l'ennemi, il n'y a pas de trophée à obtenir, il n'y a pas de symboles à conquérir. Il y a les valeurs et le pragmatisme que cela suppose pour administrer au mieux notre belle commune. 

Capture d’écran 2018-04-28 à 09.28.03.png

Capture d’écran 2018-04-28 à 09.30.38.png

Capture d’écran 2018-04-28 à 09.20.51.png

09:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mercredi, 25 avril 2018

Dotations : la réalité bien loin des promesses...

Est-ce critiquer gratuitement le gouvernement et le président de la République que de dire qu'ils ne respectent pas leurs promesses? Pas de mon point de vue.

Ce soir nous présentons les comptes de gestion et administratif de la ville en conseil municipal. Cet exercice est un exercice précieux car il permet de comparer la réalité au projet initial du budget primitif. Reste que l'année prochaine l'on verra apparaître une différence entre ce qui nous avez été annoncé et la vérité des chiffres.

Alors, non, nos dirigeants n'ont pas tenu leurs promesses sur l'argument des dotations qui ne baisseraient pas, preuve à l'appui. Les chiffres officiels nationaux sont connus depuis peu et, bien entendu, le département du Finistère ne sera pas épargné avec plus de 80 communes qui vont voir leurs dotations baisser entre -0.5 et -22% pour certaines d'entre elles! Rien que ça. Le courroux est immense car chaque jour l'on nous réclame plus de service public et voilà qu'à présent alors que l'on nous promet l'inverse, ces dernières continuent à baisser. Sauf que ce n'est ni Monsieur Macron, ni Monsieur Philippe qui vont recevoir les mécontents : ce seront les Maires qui devront faire mieux avec... moins.

En ma qualité de 1er Secrétaire Fédéral du PS du Finistère j'ai donc proposé à l'équipe fédérale d'expédier un courrier, factuel, aux maires de notre département en leur signifiant les baisses qu'ils allaient subir. L'information, noyée dans une autre, aurait pour conséquence ne pas être connue ou pire, d'être passée sous silence. Or ils 'agit de ne pas laisser passer. Il s'agit de le faire savoir. Et force est de constater qu'entre cela et le reste de l'actualité, le bouchon commence véritablement à être poussé... loin.

 

IMG_2715.jpg

10:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 22 avril 2018

Nouveaux habitants : création du "Kerhorre Tour"

En ebullition constantes, les cervelles des élus de votre ville ont permis la création d'un nouveau moyen de faire connaissance avec les nouveaux habitants : le "Kerhorre Tour" (avec l'humour qui va avec!).

En effet, traditionnellement les rencontres avec les nouveaux habitants se déroulent le plus souvent dans des salles municipales, mairie ou pas, et de manière assez institutionnelle et figée où les élus parlent et les nouveaux citoyens écoutent aimablement la fiche technique de la ville se dérouler. Nous avons souhaité passer à autre chose avec Madeleine Chevalier, Adjointe au Maire en charge des affaires générales. Pour ce faire une petite commission a été montée et il a été décidé de faire cela un samedi matin et de proposer outre le pot d'accueil, un "Kerhorre Tour" qui visait à "embarquer" les nouveaux résidents dans de petits fourgons municipaux et de découvrir la ville avec un plan préalablement travaillé : écoles, Moulin Blanc ,Maisons de Péage-Pont Albert Louppe, La Gare, le C.I.E.L, les commerces, la Médiathèque... Nouvelle manière de faire connaissance avec les élus au volant et, coup de chance, sous un soleil de plomb.

Pour celles et ceux qui ne souhaitaient pas forcément circuler, nous avions prévu une visite de la Mairie avec, notamment, une power point qui était diffusé en continue salle du conseil municipal et reprenant les caractéristiques de notre ville et de notre métropole.

Et comme l'on sait recevoir, chacun des présents s'est vu remettre un abonnement gratuit d'un an à la médiathèque. De Paris, de Lille, du sud Finistère, celles et ceux qui ont fait le choix de poser leurs valises chez nous étaient, hier, enchantés de cette initiative (25 présents sur 90 environs). C'est donc un bon début! Occasion de rappeler le vote du 1er Juillet pour Le Stear et des 5 ans de la médiathèque François Mitterrand le 16 Juin.

Capture d’écran 2018-04-22 à 10.48.12.png

31100306_10215919114509121_4368442990261138590_n.jpg

IMG_8192.jpg

10:56 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |