Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 octobre 2016

Bornes électriques : entre espoir et perplexité

Youpi! Ségolène Royal a annoncé la création d'un million de bornes supplémentaires pour les véhicules électriques en France lesquels ont triplé depuis 2014. Une bonne nouvelle donc. Dans le détail ce serait 100 000 points publics et 900 000 points "privés" c'est à dire l'installation dans votre garage facilitant ainsi votre décision de vous équiper d'un véhicule qui ne pollue pas.

Si j'accueille avec beaucoup d'espoir cette annonce au Mondial de l'Automobile je demeure cependant perplexe.

En effet, la ville du Relecq-Kerhuon a déjà, depuis 2010, actionné le levier du développement durable et de la préservation de l'environnement notamment en se dotant d'un large et vrai Agenda 21 mais aussi en déclinant de manière concrète des actes : acquisition des VeleKs pour le grand public (vélos à assistance électrique, première ville en France à l'époque) et achat de notre première voiture électrique, la Zoé, en 2013 pour les services de la ville.

Depuis, je suis heureux de croiser d'autres Zoé (pour ne pas pas la citer) sur les routes. Cependant la ville s'est vraiment sentie bien seule à l'époque. Seule car hormis la remise du Ministère du Redressement productif d'Arnaud Montebourg, nous n'avons pas eu grand chose pour nous inciter à cette transition. De plus, l'aide à l'acquisition était pour le "Made in France" en aucun cas pour l'écologie. Ensuite, l'on nous a promis des bornes un peu partout ici et là en Finistère : j'attends toujours. Le SDEF (Syndicat Départemental d'Energie et Équipement du Finistère) travaille et pilote sur ce déploiement; à présent le Ministère dit vouloir donner un coup d'accélérateur... Je crains malheureusement que l'ambition soit trop lointaine (horizon 2020). Comment une ville de 12 000 habitants peut déjà s'équiper d'une borne d'accès et que l'Etat ne peut pas imposer (depuis 2013!) le développement de tels équipements? Ce que je constate ici c'est que plusieurs marques viennent recharger les batteries à l'Hôtel de Ville, le besoin est donc là, une réalité. Je reçois aussi des demandes pour en installer ailleurs. Sauf que seul c'est compliqué.

Du reste, sur la métropole, ce sera notre ville qui aura montré l'exemple et je ne serais pas mécontent si nous recevions une marque de sympathie des autorités compétentes... une petite subvention serait appréciée comme l'on dit. Si Ségolène tu me fais l'honneur de me lire...

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.42.57.png

11:04 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 18 septembre 2016

Joyeux Anniversaire Le Relecq-Kerhuon!

Le patrimoine est vivant, le patrimoine est riche, le patrimoine s'ouvre aux autres et aux autres de le rendre accessible, intéressant et en phase avec les attentes d'une population en 2016! C'est avec ces objectifs que la ville a proposé une ouverture des Journées Européennes du Patrimoine plus qu'originale, hier soir, à l'Hôtel de Ville... et pour fêter dignement les 120 printemps de votre ville : 1896-2016. Et si je n'avais pas été mis dans la confidence de ce que j'allais pouvoir voir sur la façade de la Mairie, la surprise a été partagée par au moins 800 personnes sur le parvis. Au son des paroles des enfants de la ville et sur des musiques adaptées, leurs dessins se sont déclinés en couleurs de manière tantôt dynamique, tantôt plus lente mais lesquels expliquaient l'histoire de notre ville : un vrai régal, un vrai bonheur et une pièce unique de ce que nous n'avions pas (encore) proposé aux Kerhorres. Se sont mêlés des élus d'autres villes aux alentours pour venir vivre "l'expérience Le Relecq-Kerhuon" dont "on parle temps dans la presse et ailleurs". Merci pour le compliment par ailleurs. Vous trouverez une petite vidéo ci-dessous d'un des moment de cette séance de projection.

A l'intérieur c'est un flux ininterrompu d'habitants qui a dévalé les couloirs du temps de la Mairie : salle du conseil, salle des archives, bureau du Maire, bureaux des adjoints, ancienne prison, salle des cérémonies, Plan cadastral Napoléonien... et un jeu de pistes bien pensé pour les jeunes pousses avec des points d'étapes un peu partout pour découvrir l'histoire de leur ville car là aussi est la particularité de cette soirée : le nombre important de jeunes qui étaient présents avec leurs parents ou grands parents. De plus la musique s'est glissée dans les dédales de l'administration et du pouvoir local : mon bureau s'est transformé en scène. Magique et tellement simple pour les visiteurs (à voir en vidéo également)

Aux portes de l'automne arrivant c'était une belle soirée dont, je le souhaite, vous garderez un beau souvenir. Ce jour l'aventure continue mais à Lossulien et à La Maison des Kerhorres. Le Relecq-Kerhuon a une histoire, jeune, mais une histoire dense et riche. Découvrez-la et profitez en pour lui souhaiter un joyeux anniversaire!

Capture d’écran 2016-09-18 à 10.43.53.png

les enfants ont dessiné leur mairie avec leurs couleurs favorites.

Capture d’écran 2016-09-18 à 10.43.37.png

La foule s'est massée sur le parvis pour admirer les couleurs de la ville.

Mon bureau avec son auditoire...

11:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 12 septembre 2016

Journée du patrimoine : de l'originalité en 2016

Les traditionnelles journées du patrimoine permettent aux habitants d'un territoire de découvrir ou (re)découvrir des lieux communs qui ont une histoire. Le Relecq-Kerhuon avait fait fort en 2014 en permettant à quelques 5000 visiteurs de venir le temps de quelques heures marcher sur le Pont de l'Iroise, je pense que vous vous en souvenez... (sinon le lien ICI et... ICI)

Cette année, nous serons plus modestes mais non moins aussi originaux : tout se déroulera samedi 17 septembre prochain à l'Hôtel de Ville de 20h00 à...23h30! Pour toute la famille, pour les petits, les grands, nous avons pensé à tous et espérons rendre ce moment ludique mais aussi festif. Après tout, la Mairie est la maison commune, et dans un imaginaire partagé, plutôt quelque chose d'administratif et d'austère. A nous donc de jouer une carte totalement différente et décalée. Et oui! Des concerts dans votre mairie, du chant de la guitare, folk, rock anglais, jazz; mais aussi une sorte de chasse aux trésors pour les enfants via un jeu de pistes sur notre histoire aux 4 coins du bâtiment, avec de vieilles photographies de la ville vous prendrez les accessoires et choisirez une pose pour immortaliser votre passage dans les années 1900.

Bien entendu vous aurez le droit à une visite guidée et intime de l'Hôtel de Ville avec l'histoire du Relecq-Kerhuon, sa vie, son passé, ses anecdotes et ce seront les élus qui vous accueilleront pour cette balade. Mais ce qui vaudra aussi le coup car unique sur le territoire proche, c'est la mise en scène (voir le photo montage ci-dessous) de la façade nord principale de la Mairie via une table numérique! Les enfants vont jouer une carte essentielle : comment ils perçoivent leur ville et la diffusion sur une surface géante.

Bref, encore des pépites, encore de quoi découvrir de nouvelles façons d'apprendre et de découvrir sa ville. Cette soirée marquera également le lancement de la saison culturelle automne-hiver. En attendant de vous croiser dans les couloirs parions que vous serez curieux de venir, samedi soir, en pleine nuit découvrir votre Mairie et votre ville.

Capture d’écran 2016-09-12 à 09.56.18.png

10:03 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 10 septembre 2016

Odyssea 2016, objectif 12 000 participants

Benabar chantait dans l'Effet Papillon "Petite chose grande conséquence", ici c'est en substance la même sémantique sauf que nous sommes sur une "grande chose" pour, également, une "grande conséquence".

Je ne peux, avec ces quelques lignes, que vous encourager à venir courir ou marcher demain pour le rendez-vous annuel de Odyssea France qui pose une fois de plus ces t-shirts roses sur notre ville pour l'édition Bretonne de Brest. Chaque année le nombre de participants s'amplifie, l'année dernière il y avait 11 200 participants ou, tout du moins 11 200 personnes a avoir payé sa participation, c'était le chiffre le plus élevé depuis la première édition en 2007 sur notre ville (15ème édition cette année). Chaque euro va pour la recherche et la lutte contre le cancer du sein ce mal, comme tant d'autres, qui terrasse des familles lesquelles voient leurs épouses, amies, mamans, tantes, grands-mères; s'en aller. Alors en pointe bretonne nous voulons montrer ce que nous savons si bien faire : nous mobiliser et, sur le parking du Moulin Blanc, voir un horizon rose à perte de vue.

Ci-dessous le parcours de la course et marche 5Km. Départ du Moulin Blanc, remontée sur le Boulevard Léopold Maissin, Boulevard Clémenceau puis une fois arrivé à Camfrout, direction Venelle de Kermini pour filer vers Kerscao puis Kergleuz et enfin voir poindre, au loin, l'arrivée tant attendue.

La ville du Relecq-Kerhuon est fière et heureuse d'accompagner cette organisation avec les bénévoles des clubs locaux mais aussi avec la mise à disposition des services techniques pour cette grosse préparation. Une fois valorisée cette aide ce chiffre à pas mal d'euros et c'est avec beaucoup de plaisir et d'humilité que nous le faisons. Soyez au rendez-vous dès 8h30 demain.

Retrouvez l'intégralité des conseils, informations sur ce lien ODYSSEA 2016

Capture d’écran 2016-09-10 à 11.05.41.png

Capture d’écran 2016-09-10 à 10.58.22.png

Capture d’écran 2016-09-10 à 10.41.01.png

Bords de mer, profitez pour admirer les rivages de l'Elorn...

11:06 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mardi, 30 août 2016

Pourquoi Nicolas Sarkozy va gagner la primaire.

Ils n’attendaient plus que lui, il est là, ils peuvent donc se compter et la guerre va être saignante bien loin de la séquence de la primaire socialiste de 2011. Nicolas Sarkozy candidat à la primaire c’est le RedBull dont les Républicains avaient besoin pour démarrer leur campagne interne et c’est bien minorer la capacité du lion à mobiliser que d’imaginer qu’il puisse perdre cette primaire, au contraire ; je pense même qu’il la gagnera et je vous livre ici mon analyse.

L’ancien Chef de l’Etat est pétri d’une envie immuable d’en découdre avec comme sentiment que 2012 fut une injustice et que l’élection de François Hollande est un accident de parcours. Cela décuple les forces cérébrales pour réparer ladite erreur, c’est une réalité. Il constate avec délice que son successeur est plus impopulaire que lui au même moment avant l’élection de 2012 : le rejet du sortant fait toujours le bonheur sondagier de celui qui apparaît comme neuf malgré les années (Mitterrand en 1988, Chirac en 2002), il aura beau jeu de dire « ce n’est pas moi qui ai dirigé depuis 2012 » et comme chacun sait, le Français à la mémoire courte ; 2012 c’est une éternité, alors 2007…

On le voit, au PS et à gauche c’est « plus à gauche que moi tu meurs », à droite c’est l’inverse qui va se produire avec du populisme a outrance et une guerre sur l’identité nationale eu égard aux attentats répétés : siphonner le plus possible l’électorat de Marine Le Pen et proposer une alternative plus présentable aux électeurs que le Front National. Sur ce point Nicolas Sarkozy va décaler le curseur bien à droite pouvant, au passage, reprendre le discours de Patrick Buisson de 2012, selon lui l’heure de 2012 est la bonne en 2017 ; hélas.

Dans cette tourmente idéologique c’est assurément Alain Juppé qui va en pâtir et suivre, très probablement le même chemin que Balladur en 1994 ; je ne suis pas devin, j’observe juste les ralliements dignes de groupies depuis des mois de nombre d’élus bretons du centre et de la droite en faveur de Alain Juppé (rappelons ce que Mitterrand disait : « Le centre n’est ni de gauche, ni…de gauche ») pensant que ce « modéré » saura faire la passerelle entre le sérieux, la rigueur et le progrès inhérent à notre société. Rappelons tout de même que ce « modéré » était le plus libéral de tous en 1995.

Quatrièmement les ennuis judiciaires de Nicolas Sarkozy sont un épiphénomène pour lui : quand bien même les poursuites demeureraient les appels qu’il interjetterait feraient que nous en reparlerions en 2018 au mieux (et s'il n'est pas élu président de la République).

Enfin un fait qui traverse les décennies : les Français disent rejeter la dualité gauche/droite mais ils réclament la bipolarité de la vie politique, ils honnissent la guerre des chefs mais applaudissent le choc des titans ; ils réfutent leur intérêt aux joutes électorales mais plébiscitent les rings électoraux. Pour sur Nicolas Sarkozy va accaparer la campagne des primaires et, quoi qu’il arrive, sortira comme l’homme buldozer qui dévorera tout sur son passage reléguant Alain Juppé au statut de gentil candidat modéré mi chèvre-mi choux qui va finir par lasser l’électeur. Le Français veut être électrisé, veut être galvanisé, de droite comme de gauche il veut avoir celui ou celle qui saura provoquer un sursaut, un regain d’intérêt : Alain Juppé en sera dépourvu, ce n’est intrinsèquement pas sa nature, Sarkozy quant à lui est cette bête de scène que les français veulent même s’il les agacent prodigieusement. 

Je note que j'ai le droit (aussi) de me tromper. Je paierai un coup le cas échéant. C'est dire que je crois en mon analyse...

Capture d’écran 2016-08-30 à 10.23.20.png

10:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | | | |