Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 novembre 2018

Ma réponse à l'invitation du président de la République.

Monsieur le président de la République,

J'ai bien reçu votre invitation au Palais de l'Élysée , mercredi prochain, et vous en remercie.

L'année dernière, pour le premier congrès des Maires de votre mandat, pour la centième édition, vous aviez annoncé au président François Baroin, et devant nous, je cite : "Si vous l'acceptez, Monsieur le Président, cher François Baroin, je suis venu à ce centième anniversaire, il est peu probable que je vienne au cent-dixième, au cent-vingtième ou au cent-trentième, mais je m'engage à une chose si vous l'acceptez, c'est venir chaque année rendre compte des engagements que je viens de prendre parce que c'est cela l'esprit de responsabilité dans la République"

Cette année j'ai appris, comme tous les autres Maires de France, que vous ne seriez pas présent. Cependant, le carton que j'ai reçu m'indique que vous souhaitez tout de même rencontrer des Premiers magistrats mais au Palais de l'Élysée et non porte de Versailles comme le veut la tradition. 

Monsieur le président de la République, votre présence devant l'assemblée des Maires est importante : c'est le seul moment dans l'année où quelques milliers d'élus locaux peuvent échanger directement avec l'État, avec le Gouvernement. Pardonnez-moi et sauf votre respect, je ne saisis pas bien ce "double" congrès visant à effectuer une démarche parallèle avec les uns et pas les autres. Vous le savez fort bien, Monsieur le président de la République, les décisions que vous avez pu prendre vous et votre Gouvernement affaiblissent énormément les capacités des Maires à répondre aux attentes des administrés. Une enquête à paraître demain, du CEVIPOF, annonce même que un maire sur deux ne souhaite pas se représenter en 2020. De même, à l'heure où nous devons tous faire des économies, inviter 2000 maires au Palais de l'Elysée représente un coût qui pourrait être évité pour les dépenses de fonctionnement de la présidence.

Il y a un endroit, il s'agit de la porte de Versailles. Il y a une tradition, c'est que le président vienne s'exprimer devant les Maires. Il y a le respect de la parole donnée, celle qui a été la vôtre l'année dernière.

Je ne comprends donc pas cette "contre manifestation" visant très probablement à séduire individuellement les Maires plutôt que d'affronter une salle qui se pose légitimement des questions.

Je ne répondrai donc pas favorablement à votre invitation Monsieur le président de la République. Mais j'espère bien vous voir, l'année prochaine, Porte de Versailles, en 2019 et ainsi respecter l'intégralité des Maires, pas juste une poignée, triés sur le volet par les Préfectures et/ou par le Ministère de l'Intérieur.

Avec mes sincères salutations républicaines.

Yohann Nédélec.

Capture d’écran 2018-11-15 à 19.42.55.png

19:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 09 septembre 2018

Fête de la Gauche : premier pas.

Il n'est jamais aisé de reprendre une association, une entreprise, une affaire ou bien un parti politique au mauvais moment, je dirais même au pire moment de son histoire. Il est, certes, plus attractif pour des tas de raisons de surfer sur la vague montante et d'en tirer tous les bénéfices en l'occurence, ici, politiques et médiatiques. Olivier Faure n'a jamais pensé que ce serait une tâche facile, moi non plus au niveau fédéral.

Et pourtant...

Hier s'est déroulée la "Fête de la Gauche" départementale à l'initiative du Parti Socialiste. Près de 300 personnes ont pu participer aux ateliers, nombreux et riches, mais aussi se rencontrer, échanger et retrouver un lien qui s'était largement distendu au fil des années. Voilà 4 années qu'il n'y avait plus eu de rentrée fédérale pour l'ensemble des adhérents du PS du Finistère : aucun lien, aucune ambition, aucune motivation. Fatalement, il est ainsi plus aisé de venir dire par la suite que l'on est "à la tête d'une parti exsangue" quand tout est fait pour aboutir à ce funeste constat. Alors il s'agissait de prendre le problème à l'envers et repartir du terrain, créer l'envie et travailler en conséquence. Depuis le mois de mars dernier c'est clairement l'objectif de l'équipe fédérale qui anime le PS.

Olivier Faure ne s'y est pas trompé et a accepté cette invitation en terres bretonnes. Il y avait là les responsables des autres fédérations bretonnes preuve s'il en est que nous travaillons, là aussi, main dans la main au niveau régional. A l'occasion de l'annonce de sa venue en Finistère beaucoup de médias m'ont dit "Olivier Faure n'est pas connu" ou "il souffre d'un déficit de notoriété". Ces deux remarques m'amènent à deux analyses :

  1. J'ai maintes fois entendu les citoyens et journalistes étriller les responsables politiques nationaux sur leur légendaire durée dans le temps. Et dans les médias également : "on les voit depuis 20 ans à la TV"... Cette fois nous avons un responsable qui émerge du terrain, qui a 50 ans à peine, qui n'a jamais exercé de responsabilités exécutives au sein d'un parti et a fortiori du PS. Bref, un "visage nouveau". Et bizarrement ce ne serait pas bien. Je me pose donc la question de ce qui est bien ou pas eu égard aux remarques précitées...
  2. Il s'agit de ne pas oublier que la loi française est très stricte dans les temps de paroles pendant les campagnes électorales et hors campagnes électorales. Le repère est le pourcentage obtenu au 1er tour de la présidentielle. A 6% l'on ne peut espérer guère mieux que ce que nous avons. Dès lors inutile de taper sur le 1er secrétaire du PS; la loi c'est la loi et les décomptes également. Les présences terrains sont essentielles par définition...

Hier était donc un premier pas, un premier essai, un mouvement d'ampleur qui prouve la vitalité des sections qui retrouvent de l'espoir et qui s'apprêtent à endosser les habits de (re)conquête en vue des futures échéances Européennes et Municipales. N'en déplaisent aux esprits critiques et commentateurs aigris qui n'ont de cesse que de vouloir, espérer, souhaiter la disparition pure et simple d'un parti qui a été celui de toutes les luttes sociales et, surtout, de toutes les conquêtes de progrès pour les françaises et français. La gauche c'est la 5ème de congés payés, l'abolition de la peine de mort, le PACS, la fin de la vignette automobile, les 35h, le mariage pour tous, le revenu minimum, la couverture médicale universelle, le prix unique du livre... et j'en passe.

Mais c'est aussi de la déception, notamment sur le plan économique. C'est pourquoi le bilan sera nécessaire pour avancer et repartir sur des idées neuves, des méthodes nouvelles. Déjà les prémices se font jour.

L'humilité mais la détermination : tel est ma ligne de conduite à la tête de la fédération du Finistère. Humble eu égard à la proximité de notre échec national de 2017 mais détermination car, c'est déjà mon caractère, mais c'est surtout un enjeu crucial pour nos territoires que d'aborder les futures échéances avec cet état d'esprit.

En 2012 le PS Finistère comptait quelques 1200 adhérents. En septembre 2018 nous sommes quelques 600 à jour. Nous atteindrons probablement les 1000 à 1100 d'ici au 31 décembre. Est-ce donc là l'hémorragie tant parfois écrite? Je n'en ai pas l'impression. Et puisque je n'ai aucun souci avec les chiffres (cela n'a pas de sens de masquer une réalité) j'ai beaucoup de plaisir d'apprendre que nous avons eu la visite hier de nombreux sympathisants pour lesquels adhérer était encore une chose lointaine. Mais que le mirage Macron devenu réalité, a terminé d'achever leur réflexion de "passer le cap" et je ne suis pas peu fier d'annoncer que 14 cartes ont été prises. Encore ce soir je reçois la confirmation d'une inscription en ligne. S'agit-il de se gausser de ces 14 citoyens qui franchissent le pas? S'agit-il d'ignorer que le vent tourne et que l'heure est à notre responsabilité d'offrir une alternative? S'agit-il, enfin, de condamner l'avenir d'un parti qui se relève et dont certains commentateurs voudraient qu'il soit en septembre 2018 réparé, reconstruit, régénéré et avec un programme et une ligne ficelés? Ceux qui vous vendront cela seront des bonimenteurs et cela ne ferait que frustrer encore plus le citoyen avec la politique.

Alors le message de conclusion c'est qu'une équipe au travail existe, aux 4 coins du département des responsables vous attendent et sont prêts à vous accueillir pour écrire un nouveau chapitre, que notre volonté est un rassemblement de la gauche qui veut gouverner (et la présence de nombreux partenaires hier en témoigne), que si vous êtes prêts à vous mettre autour d'une table et de vous dire "je décide de me retrousser les manches et je vais devenir acteur" nous sommes là.

Il y aura d'autres Fêtes de la Gauche, il y en aura une en 2019. Il y aura encore ces moments d'échanges et de co-conception. Il y aura des lieux de travail et de propositions. Mais cela peut se faire avec vous.

C'est peut-être le moment,

C'est sans doute le moment,

Ce doit être le moment.

Adhérer au PS

Article Ouest France 

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.53.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.31.59.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.07.png

NB : Les débats et ateliers se sont déroulés autour des questions liées aux discriminations, à l'écologie et l'agriculture, à l'Europe, à l'engagement et aux migrants.

NB : un immense merci à l'équipe fédérale qui a travaillé longuement sur cette journée. Aux sections qui ont contribué. Un homme seul ne vaut rien; avec une équipe tout est possible... Merci x 300!

18:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mardi, 07 août 2018

Brittany Ferries : le Honfleur prend forme.

L'arrivée d'un nouveau navire est toujours une bonne et grande nouvelle. Pour la compagnie bien entendu mais aussi pour les milliers de touristes qui décident de prendre la mer pour gagner l'un ou l'autre des continents, qu'il soit Européen, britannique ou bien encore Irlandais.

L'année prochaine, plus précisément le 9 Juillet 2019, notre nouveau ferry opérera sa 1ère traversée commerciale entre Caen/Ouistreham et Portsmouth : il remplacera alors le Normandie qui lui ira croiser sur le ligne voisine de Le Havre-Portsmouth (en lieu et place de l'Étretat). Le dernier navire neuf de la compagnie remonte à 2009 avec l'Armorique qui est actuellement sur la ligne Roscoff-Plymouth, alors autant dire que cette entrée en flotte est très attendue! Mais a bien des égards, le Honfleur sera bien différent de ses collègues et notamment sur un point principal : terminé les carburants polluants, place au GNL pour faire avancer la bête! Réduisant de ce fait de manière importante l'émission de dioxyde de carbone et supprimant l'émission de soufre.

Afin d'accompagner la naissance du petit dernier, la compagnie a mis sur pied un site fort instructif et bien calibré où l'on retrouve toutes les informations nécessaires au suivi de la construction, laquelle s'effectue actuellement en Allemagne (faute de disponibilité et des délais à tenir aux Chantiers de l'Atlantique).

Je vous invite à le parcourir et, qui sait, vous donnera t-il envie de sauter le pas et de vous rendre en Espagne, en Irlande et évidemment en Angleterre. Même si le Honfleur ne sera affecté qu'à la ligne Ouistreham-Portsmouth. La propulsion donc, mais aussi les aménagements intérieurs avec des cabines d'en genre nouveau (de vrais lits deux places!) de la WiFi partout à bord, des écrans dans chaque cabine, des espaces résolument contemporains... Bref, de quoi donner envie.

Il me tenait à coeur de pouvoir vous glisser ce message car, hélas, trop d'entre vous ignorez que Brittany Ferries est une compagnie française, avec le savoir-faire français en terme d'hôtellerie et de gastronomie : cela a son importance car, de fait, la compagnie est le premier employeur de marins français. A présent, Brittany Ferries c'est 11 lignes et autant de navires, plus de 2500 salariés, 2,6 millions de passagers transportés et une croissance qui se poursuit (bien loin de 1973 avec 1 bateau et 1 ligne). Et en attendant les deux autres unités, neuves, en 2020 et 2021 pour l'Espagne (Le "Galicia" et le "Salamanca") il s'agit de souhaiter la bienvenue sur l'eau au Honfleur!

Capture d’écran 2018-08-07 à 14.17.00.png

Capture d’écran 2018-08-07 à 14.17.24.png

Capture d’écran 2018-08-07 à 14.13.55.png

14:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brittany ferries | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mardi, 20 mars 2018

Renaissance du PS : je m'engage.

Certains me souhaitent bon courage, d'autres plus cyniques me voient comme un notaire dépositaire de la fin du Parti Socialiste, la majorité enfin sont motivés et y croient vraiment. Je fais partie indéniablement de ce groupe là.

J'y crois et j'y crois tellement que j'ai décidé d'être candidat à la fonction de 1er Secrétaire Fédéral du PS du Finistère.

Alors bien entendu je n'arrive pas à la meilleure période; celle où tout est magique, où tout est beau et où nous additionnons les victoires au détriment de notre remise en cause, où l'on se réparti les postes et les places sur des listes en bons barons locaux. Car là est bien la réalité : les victoires successives nous ont rendu fainéants, inaudibles et paresseux sur le travail intellectuel avec certains signaux qui auraient du nous alerter sur notre santé politique. J'y crois car je ne pense pas que ayons vocation à rester "entre" le macronisme et le melanchonisme, j'y crois car je perçois une vraie envie de gauche de gouvernement qui ne déçoit plus et qui assume ses actes.

Le travail est immense et j'en ai bien conscience. Mais je préfère arriver à ce moment précis de l'histoire politique de notre fédération où tout est à reconstruire plutôt que de cueillir naïvement les pseudos fruits d'une illusoire victoire.

Je suis réaliste sur la situation mais ambitieux pour le développement de nos idées. Les élections législatives en Haute-Garonne, où le candidat PS bat le candidat LREM avec 70% des voix, sont là aussi un signal que notre parti n'est ni mort ni enterré. Si ce n'est qu'un signe, un frémissement, il nous appartient de faire vivre ces derniers pour porter une parole forte au niveau national, là est l'enjeu de ce congrès et l'objectif de ma candidature. Un homme ou une femme seul(e) ne vaut rien, c'est l'équipe qui compte, la dynamique. Et le fait que mes autres camarades des textes d'orientations de Stéphane Le Foll ou bien encore Emmanuel Maurel ne présentent aucun candidat au niveau fédéral est bien l'interprétation de ce large rassemblement et d'une position unitaire du Parti Socialiste. Et ceci dans la lignée de ce que souhaite notre futur patron, Olivier Faure.

François Mitterrand disait "Il y a tant à faire ensemble, et tant à dire aussi". Je fais mienne cette citation et c'est une équipe de la Renaissance que je m'apprête à animer aux 4 coins du Finistère.

Ce travail sera long mais riche, fastidieux mais passionnant. Nous sommes toujours en convalescence et il s'agit de méditer sérieusement le message des Français d'il y a 1 an. Mais nous saurons être prêts pour les futurs échéances. Avec les 1300 adhérents du Finistère nous sommes là, décidés, engagés et rassemblés pour le meilleur et vivre des printemPS qui chantent. Place à l'action, place à notre retour.

Article Ouest France ICI

Capture d’écran 2018-03-20 à 19.16.22.png

19:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |