Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 mai 2019

SDIS 29 : immersion totale à Brest

Il est 5h54, l'ambulance des pompiers arrive à Kerallan et le jour commence à pointer son nez, je distingue par les fenêtres mi-opaques un bleu particulier qui me fait dire que la nuit se termine. D'ailleurs depuis la Place Strasbourg, d'où nous revenons, en étant passés par le CHRU de La Cavale Blanche, des oiseaux commencent aussi à gazouiller : preuve s'il en fallait que la nuit est vraiment sur le point de se terminer.


J'arrive dans ma chambre, me dis que probablement c'était la dernière intervention de la nuit mais rien n'est moins sûr : la garde s'achève à 8h00. Je programme mon réveil pour 7H30 et m'effondre sur le lit de cette pièce impersonnelle au confort sommaire où, tout juste, est écrit sur la porte "passage" ; terme qui signifie que ce sont des pompiers volontaires ou des gens comme moi qui séjournent dans ce lieu.


Ainsi se termine une période de 24h qui restera gravée dans ma mémoire. Une expérience inoubliable avec des gens exceptionnels lesquels sont passionnés par leur métier et totalement dévoués à la cause : celle de venir en aide aux habitants. Arrivé samedi matin, l'uniforme enfilé, j'ai eu un débriefing avec le commandant de la caserne et son adjoint ainsi que le chef de groupe. 10h30 : passage en revue et présentation auprès de toute l'équipe avec qui je vais passer une journée et une nuit. Ensuite, tout s'accélère et une fois les exercices quotidiens terminés, le déjeuner avalé, les choses sérieuses commencent et, finalement, n'auront qu'une petite pause entre 19h00 et 23h00 : la nuit sera longue... Très longue... Mais tellement passionnante et riche d'enseignements.


Equipé d'un bip, comme pour tout le monde, je suis alerté par un signal aigü qu'une intervention se prépare : y est indiqué le motif et "mon" lieu d'embarquement de véhicule. Chacun s'affaire et saute dans ses rangers pour rejoindre au plus vite le camion qui va filer à vive allure soit à Bohars, à Plougastel, à Kerbonne, St Pierre ou encore Bellevue et ainsi de suite. Le hangar de Kerallan étant tellement immense et dans un souci d'être là à temps, des trottinettes sont positionnées de part et d'autre. Pourquoi cela? Pour aller plus vite! Et rejoindre une équipe déjà prête par exemple.


J'observe à ma place et je ne peux que saluer cette immense attention à l'autre, cette patience unique dans toutes les situations, l'expertise, l'empathie auprès de l'adolescent qui vient de se fracturer le poignet et qui quitte ses copains de foot sur le terrain durant un tournoi à Bohars : copains qui applaudiront l'ambulance lorsque celle-ci quittera les lieux. Empathie donc car se voulant être rassurant, apaisant pour celui ou celle qui a peur. Un Sapeur-Pompier doit faire preuve de pédagogie, de sang froid et d'humanité quelque part. Toujours surprenant et compliqué d'entendre des personnes, que l'on vient "sauver" rejeter celui qui est là pour l'aider. Comme souvent l'alcool n'excuse pas tout... et je m'en désole.


Fréquemment nos regards se croisent, sans rien dire, tout au long de la nuit. Souvent un sourire s'esquisse de part et d'autre car finalement, même si je ne suis pas là depuis longtemps, on se comprend dans telle ou telle situation. Il y a une gestion du stress, une fausse nonchalance lorsqu'ils arrivent sur site : et pour cause, il s'agit d'appréhender la situation, maîtriser les lieux le cas échéant et, surtout, aller à l'essentiel sans se faire parasiter par quoi que ce soit. Et puis il y a l'humour. Ils en sont dotés de manière assez puissante; probablement pour lâcher un peu prise quand la fatigue pointe et que les nerfs sont parfois à vifs.


Toutes mes questions ont une réponse. Jamais on ne me dit "non" pour découvrir ou voir. Ils m'intègrent "normalement" comme si je faisais partie de l'équipe depuis des années. Ils m'associent à tout car il se disent, et c'est bien normal, qu'un élu doit aussi voir la réalité du terrain.


C'est de la fierté et de l'humilité que je ressens après avoir été un observateur pendant 24h. Fierté d'avoir eu ce "privilège" et humilité car ces femmes et hommes sont exceptionnels à plus d'un titre. Lorsque des drames arrivent ils sont mis en avant comme des héros de la République, mais tout au long de l'année ils mènent aussi une autre mission, celle de venir en aide à ceux qui en ont besoin ; que ce soit, on l'a vu, pour une fracture ou pour bien pire.


Par ces quelques lignes je souhaite leur témoigner mon admiration et leur apporter tous mes remerciements. Merci de m'avoir accueilli et merci pour, finalement, avoir choisi cette voie qui n'est pas simple mais qui est essentielle au quotidien.

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.14.16.png

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.08.27.png

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.09.04.png

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.09.47.png

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.08.49.png

Capture d’écran 2019-05-20 à 11.09.20.png

11:21 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

jeudi, 24 janvier 2019

Emission "L'Invité" sur Tebeo avec Hubert Coudurier

13:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 05 janvier 2019

2008-2020 : 12 années à votre service.

En ce début d'année 2019, le jour où je présente mes voeux à la population, il m'est apparu important de vous communiquer ce message.

Etre Maire est une expérience fantastique. Vous, habitants et électeurs du Relecq-Kerhuon, avez, contre toute attente, déjoué les pronostics, transformé le sens et la direction que devaient prendre ces élections en 2008. Vous avez osé. Et vous m'avez permis de devenir, à 29 ans, l'un des plus jeunes Maires de France et le 3ème d'une ville de plus de 10 000 habitants.

Nous avons fait tant de choses ensemble depuis cette date : la médiathèque, le transport adapté TrottiK, les classes bilingues à l'école Jules Ferry, la bibliothèque de rue, les Vélos à assistance électrique Veleks, la bourse au permis de conduire, Les Pique-Niques Kerhorres, la création de l'estacade Jean Kerneis, l'agenda 21 de la ville, les voyages seniors, le développement du parc locatif aidé, l'accession sociale à la propriété, les réunions de secteurs, le nouveau complexe sportif récemment inauguré, les aires de jeux pour enfants, la politique du handicap, la gare... et j'en passe, tellement nous avons collectivement travaillé avec l'équipe municipale avec comme seule motivation l'intérêt général.

Tant de réflexions, de réunions de travail, de rencontres, de débats. Je vis ma fonction au sein de cette équipe comme une chance exceptionnelle pour faire, pour rendre concrètes des promesses, pour améliorer votre quotidien et tâcher d'anticiper l'avenir sereinement mais avec audace. J'ai appris depuis 2008 comme rarement l'on peut apprendre, et je continue d'ailleurs à apprendre chaque jour. Urbanisme, ressources humaines, sécurité, social... et tant d'autres sujets encore! Je vis cette fonction comme un vraie passion et 10 ans après cette élection je ressens toujours la même envie, le même allant, la même volonté de faire et de vouloir mieux faire justement.

Il se dit que l'on me qualifie de "maire dynamique". C'est une réalité constante et, bien entendu, toujours d'actualité. Je tente d'ailleurs de conserver ce lien singulier avec vous via ce Blog et via mes réseaux sociaux sur lesquels vous êtes tellement nombreux à me suivre. J'espère y arriver et, en tous les cas, j'ai toujours animé des réseaux seul, sans personne autre que moi derrière l'écran; j'ai toujours été mon propre "community manager" avec mes forces et mes faiblesses. Mes atouts et sans doute mes limites. J'aime tant ma fonction mais, pourtant, cette dernière ne m'appartient pas. Elle n'est que la traduction de la volonté des habitants électeurs. Elle est une forme, assumée, de CDD qui se renouvelle ou non tous les 6 ans avec vous comme censeurs au bout d'un mandat. Elle ne m'appartient pas, elle vous appartient. Et vous avez décidé, majoritairement, de renouveler cette confiance en 2014 avec un score de plus de 7 points supérieur à celui de 2008.

En mars 2020, cela fera 12 ans que je suis votre Maire. 12 années à être fier de vous représenter et 12 années à oeuvrer pour notre ville. 12 années cela peut paraître long et court à la fois, chacun jugera. Ce que je peux vous en dire c'est que, la tête dans le guidon à vouloir sans cesse faire encore mieux et plus, l'on ne voit pas le temps qui passe. C'est aussi, ici, sur ce blog que le 11 Octobre 2007, j'annonçais que je serais candidat aux élections municipales de mars 2008.

En toute logique, en toute humilité, en toute honnêteté vis à vis de vous, je reviens sur ce même blog pour vous annoncer que je ne solliciterai pas de nouveau mandat de maire auprès de vous, chers habitantes et habitants du Relecq-Kerhuon, en Mars 2020. Même si mon énergie et ma volonté sont intacts, comme vous pouvez en juger, je pense qu'après 12 années, il est aussi venu le temps de faire émerger de nouveaux talents qu'ils soient déjà dans mon équipe ou qu'ils y entrent en 2020. De nouveaux talents, de nouveaux visages, en faire exister davantage que vous connaissez déjà, apporter de nouvelles méthodes, de nouvelles visions qui, je le souhaite, s'inscriront dans la ligne qui fait la force de L'Union pour Le Relecq-Kerhuon : la proximité, le travail, des valeurs, la cohésion d'un groupe pour une ville. J'ai bien conscience que cette annonce, cette décision, surprendront beaucoup d'entre vous. Certains diront que c'est dommage et la regretteront, d'autres que c'est normal, d'autres encore seront satisfaits : là est la vie démocratique avec les choix, libres, de chacun. Quoiqu'il arrive j'aurai toujours un regard attentif à l'évolution de cette belle cité qui m'a tant donné, tant permis d'apprendre et, encore une fois, de faire. Mais en Mars 2020 il appartiendra à une nouvelle équipe d'apporter un nouveau projet pour Le Relecq-Kerhuon. L'équipe actuelle regorge de pépites prêtes à poursuivre, d'autres souhaitent la rejoindre et sont aussi de futurs acteurs. Un mandat n'appartient pas à un élu, il est aussi bon que la démocratie ait ses périodes de respiration naturelle, tranquillement. Je vous en sais capables. Vous êtes une force inépuisable qui irrigue tout un territoire.

Je prends cette décision avec une sérénité totale. Avec le sentiment du travail accompli même s'il reste tant à faire encore. D'autres enjeux. D'autres paris. Ai-je tout réussi? Assurément non. Ai-je des regrets sur tel ou tel dossier? Oui. Je suis un être humain, comme vous avec ses doutes salvateurs et ses précieuses certitudes qui permettent de trancher lorsqu'il le faut. Vous seuls, comme tout le temps, serez juges de ces 12 années de municipalité NEDELEC comme il conviendra de les appeler l'année prochaine. Je n'ai aucune difficulté avec les bilans, surtout s'ils sont réalisés par d'autres et de manière objective, plutôt que par le principal intéressé.

En toute modestie et en guise de conclusion : à vous toutes, vous tous; soutiens, opposants, nouveaux arrivants, anciens Kerhorres, à ceux que je connais par coeur, à ceux dont je n'aurais fait que croiser le chemin; de Keroumen en passant par le Costour, de Kergleuz à Gambetta, du Bourg à Keriguel. De Camfrout à Coatmez : MERCI.

Je ne vous quitte pas, je ne serai jamais bien loin.

Capture d’écran 2018-10-26 à 10.40.30.png

19:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

jeudi, 15 novembre 2018

Ma réponse à l'invitation du président de la République.

Monsieur le président de la République,

J'ai bien reçu votre invitation au Palais de l'Élysée , mercredi prochain, et vous en remercie.

L'année dernière, pour le premier congrès des Maires de votre mandat, pour la centième édition, vous aviez annoncé au président François Baroin, et devant nous, je cite : "Si vous l'acceptez, Monsieur le Président, cher François Baroin, je suis venu à ce centième anniversaire, il est peu probable que je vienne au cent-dixième, au cent-vingtième ou au cent-trentième, mais je m'engage à une chose si vous l'acceptez, c'est venir chaque année rendre compte des engagements que je viens de prendre parce que c'est cela l'esprit de responsabilité dans la République"

Cette année j'ai appris, comme tous les autres Maires de France, que vous ne seriez pas présent. Cependant, le carton que j'ai reçu m'indique que vous souhaitez tout de même rencontrer des Premiers magistrats mais au Palais de l'Élysée et non porte de Versailles comme le veut la tradition. 

Monsieur le président de la République, votre présence devant l'assemblée des Maires est importante : c'est le seul moment dans l'année où quelques milliers d'élus locaux peuvent échanger directement avec l'État, avec le Gouvernement. Pardonnez-moi et sauf votre respect, je ne saisis pas bien ce "double" congrès visant à effectuer une démarche parallèle avec les uns et pas les autres. Vous le savez fort bien, Monsieur le président de la République, les décisions que vous avez pu prendre vous et votre Gouvernement affaiblissent énormément les capacités des Maires à répondre aux attentes des administrés. Une enquête à paraître demain, du CEVIPOF, annonce même que un maire sur deux ne souhaite pas se représenter en 2020. De même, à l'heure où nous devons tous faire des économies, inviter 2000 maires au Palais de l'Elysée représente un coût qui pourrait être évité pour les dépenses de fonctionnement de la présidence.

Il y a un endroit, il s'agit de la porte de Versailles. Il y a une tradition, c'est que le président vienne s'exprimer devant les Maires. Il y a le respect de la parole donnée, celle qui a été la vôtre l'année dernière.

Je ne comprends donc pas cette "contre manifestation" visant très probablement à séduire individuellement les Maires plutôt que d'affronter une salle qui se pose légitimement des questions.

Je ne répondrai donc pas favorablement à votre invitation Monsieur le président de la République. Mais j'espère bien vous voir, l'année prochaine, Porte de Versailles, en 2019 et ainsi respecter l'intégralité des Maires, pas juste une poignée, triés sur le volet par les Préfectures et/ou par le Ministère de l'Intérieur.

Avec mes sincères salutations républicaines.

Yohann Nédélec.

Capture d’écran 2018-11-15 à 19.42.55.png

19:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 09 septembre 2018

Fête de la Gauche : premier pas.

Il n'est jamais aisé de reprendre une association, une entreprise, une affaire ou bien un parti politique au mauvais moment, je dirais même au pire moment de son histoire. Il est, certes, plus attractif pour des tas de raisons de surfer sur la vague montante et d'en tirer tous les bénéfices en l'occurence, ici, politiques et médiatiques. Olivier Faure n'a jamais pensé que ce serait une tâche facile, moi non plus au niveau fédéral.

Et pourtant...

Hier s'est déroulée la "Fête de la Gauche" départementale à l'initiative du Parti Socialiste. Près de 300 personnes ont pu participer aux ateliers, nombreux et riches, mais aussi se rencontrer, échanger et retrouver un lien qui s'était largement distendu au fil des années. Voilà 4 années qu'il n'y avait plus eu de rentrée fédérale pour l'ensemble des adhérents du PS du Finistère : aucun lien, aucune ambition, aucune motivation. Fatalement, il est ainsi plus aisé de venir dire par la suite que l'on est "à la tête d'une parti exsangue" quand tout est fait pour aboutir à ce funeste constat. Alors il s'agissait de prendre le problème à l'envers et repartir du terrain, créer l'envie et travailler en conséquence. Depuis le mois de mars dernier c'est clairement l'objectif de l'équipe fédérale qui anime le PS.

Olivier Faure ne s'y est pas trompé et a accepté cette invitation en terres bretonnes. Il y avait là les responsables des autres fédérations bretonnes preuve s'il en est que nous travaillons, là aussi, main dans la main au niveau régional. A l'occasion de l'annonce de sa venue en Finistère beaucoup de médias m'ont dit "Olivier Faure n'est pas connu" ou "il souffre d'un déficit de notoriété". Ces deux remarques m'amènent à deux analyses :

  1. J'ai maintes fois entendu les citoyens et journalistes étriller les responsables politiques nationaux sur leur légendaire durée dans le temps. Et dans les médias également : "on les voit depuis 20 ans à la TV"... Cette fois nous avons un responsable qui émerge du terrain, qui a 50 ans à peine, qui n'a jamais exercé de responsabilités exécutives au sein d'un parti et a fortiori du PS. Bref, un "visage nouveau". Et bizarrement ce ne serait pas bien. Je me pose donc la question de ce qui est bien ou pas eu égard aux remarques précitées...
  2. Il s'agit de ne pas oublier que la loi française est très stricte dans les temps de paroles pendant les campagnes électorales et hors campagnes électorales. Le repère est le pourcentage obtenu au 1er tour de la présidentielle. A 6% l'on ne peut espérer guère mieux que ce que nous avons. Dès lors inutile de taper sur le 1er secrétaire du PS; la loi c'est la loi et les décomptes également. Les présences terrains sont essentielles par définition...

Hier était donc un premier pas, un premier essai, un mouvement d'ampleur qui prouve la vitalité des sections qui retrouvent de l'espoir et qui s'apprêtent à endosser les habits de (re)conquête en vue des futures échéances Européennes et Municipales. N'en déplaisent aux esprits critiques et commentateurs aigris qui n'ont de cesse que de vouloir, espérer, souhaiter la disparition pure et simple d'un parti qui a été celui de toutes les luttes sociales et, surtout, de toutes les conquêtes de progrès pour les françaises et français. La gauche c'est la 5ème de congés payés, l'abolition de la peine de mort, le PACS, la fin de la vignette automobile, les 35h, le mariage pour tous, le revenu minimum, la couverture médicale universelle, le prix unique du livre... et j'en passe.

Mais c'est aussi de la déception, notamment sur le plan économique. C'est pourquoi le bilan sera nécessaire pour avancer et repartir sur des idées neuves, des méthodes nouvelles. Déjà les prémices se font jour.

L'humilité mais la détermination : tel est ma ligne de conduite à la tête de la fédération du Finistère. Humble eu égard à la proximité de notre échec national de 2017 mais détermination car, c'est déjà mon caractère, mais c'est surtout un enjeu crucial pour nos territoires que d'aborder les futures échéances avec cet état d'esprit.

En 2012 le PS Finistère comptait quelques 1200 adhérents. En septembre 2018 nous sommes quelques 600 à jour. Nous atteindrons probablement les 1000 à 1100 d'ici au 31 décembre. Est-ce donc là l'hémorragie tant parfois écrite? Je n'en ai pas l'impression. Et puisque je n'ai aucun souci avec les chiffres (cela n'a pas de sens de masquer une réalité) j'ai beaucoup de plaisir d'apprendre que nous avons eu la visite hier de nombreux sympathisants pour lesquels adhérer était encore une chose lointaine. Mais que le mirage Macron devenu réalité, a terminé d'achever leur réflexion de "passer le cap" et je ne suis pas peu fier d'annoncer que 14 cartes ont été prises. Encore ce soir je reçois la confirmation d'une inscription en ligne. S'agit-il de se gausser de ces 14 citoyens qui franchissent le pas? S'agit-il d'ignorer que le vent tourne et que l'heure est à notre responsabilité d'offrir une alternative? S'agit-il, enfin, de condamner l'avenir d'un parti qui se relève et dont certains commentateurs voudraient qu'il soit en septembre 2018 réparé, reconstruit, régénéré et avec un programme et une ligne ficelés? Ceux qui vous vendront cela seront des bonimenteurs et cela ne ferait que frustrer encore plus le citoyen avec la politique.

Alors le message de conclusion c'est qu'une équipe au travail existe, aux 4 coins du département des responsables vous attendent et sont prêts à vous accueillir pour écrire un nouveau chapitre, que notre volonté est un rassemblement de la gauche qui veut gouverner (et la présence de nombreux partenaires hier en témoigne), que si vous êtes prêts à vous mettre autour d'une table et de vous dire "je décide de me retrousser les manches et je vais devenir acteur" nous sommes là.

Il y aura d'autres Fêtes de la Gauche, il y en aura une en 2019. Il y aura encore ces moments d'échanges et de co-conception. Il y aura des lieux de travail et de propositions. Mais cela peut se faire avec vous.

C'est peut-être le moment,

C'est sans doute le moment,

Ce doit être le moment.

Adhérer au PS

Article Ouest France 

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.53.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.31.59.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.07.png

NB : Les débats et ateliers se sont déroulés autour des questions liées aux discriminations, à l'écologie et l'agriculture, à l'Europe, à l'engagement et aux migrants.

NB : un immense merci à l'équipe fédérale qui a travaillé longuement sur cette journée. Aux sections qui ont contribué. Un homme seul ne vaut rien; avec une équipe tout est possible... Merci x 300!

18:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |