Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 mars 2018

Renaissance du PS : je m'engage.

Certains me souhaitent bon courage, d'autres plus cyniques me voient comme un notaire dépositaire de la fin du Parti Socialiste, la majorité enfin sont motivés et y croient vraiment. Je fais partie indéniablement de ce groupe là.

J'y crois et j'y crois tellement que j'ai décidé d'être candidat à la fonction de 1er Secrétaire Fédéral du PS du Finistère.

Alors bien entendu je n'arrive pas à la meilleure période; celle où tout est magique, où tout est beau et où nous additionnons les victoires au détriment de notre remise en cause, où l'on se réparti les postes et les places sur des listes en bons barons locaux. Car là est bien la réalité : les victoires successives nous ont rendu fainéants, inaudibles et paresseux sur le travail intellectuel avec certains signaux qui auraient du nous alerter sur notre santé politique. J'y crois car je ne pense pas que ayons vocation à rester "entre" le macronisme et le melanchonisme, j'y crois car je perçois une vraie envie de gauche de gouvernement qui ne déçoit plus et qui assume ses actes.

Le travail est immense et j'en ai bien conscience. Mais je préfère arriver à ce moment précis de l'histoire politique de notre fédération où tout est à reconstruire plutôt que de cueillir naïvement les pseudos fruits d'une illusoire victoire.

Je suis réaliste sur la situation mais ambitieux pour le développement de nos idées. Les élections législatives en Haute-Garonne, où le candidat PS bat le candidat LREM avec 70% des voix, sont là aussi un signal que notre parti n'est ni mort ni enterré. Si ce n'est qu'un signe, un frémissement, il nous appartient de faire vivre ces derniers pour porter une parole forte au niveau national, là est l'enjeu de ce congrès et l'objectif de ma candidature. Un homme ou une femme seul(e) ne vaut rien, c'est l'équipe qui compte, la dynamique. Et le fait que mes autres camarades des textes d'orientations de Stéphane Le Foll ou bien encore Emmanuel Maurel ne présentent aucun candidat au niveau fédéral est bien l'interprétation de ce large rassemblement et d'une position unitaire du Parti Socialiste. Et ceci dans la lignée de ce que souhaite notre futur patron, Olivier Faure.

François Mitterrand disait "Il y a tant à faire ensemble, et tant à dire aussi". Je fais mienne cette citation et c'est une équipe de la Renaissance que je m'apprête à animer aux 4 coins du Finistère.

Ce travail sera long mais riche, fastidieux mais passionnant. Nous sommes toujours en convalescence et il s'agit de méditer sérieusement le message des Français d'il y a 1 an. Mais nous saurons être prêts pour les futurs échéances. Avec les 1300 adhérents du Finistère nous sommes là, décidés, engagés et rassemblés pour le meilleur et vivre des printemPS qui chantent. Place à l'action, place à notre retour.

Article Ouest France ICI

Capture d’écran 2018-03-20 à 19.16.22.png

19:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 17 mars 2018

Le Relecq-Kerhuon la nuit : vivre une patrouille sur le terrain.

21h50, c'est un calme olympien qui entoure la Place de la Libération devant l'Hôtel de Ville.

Johan Richard, adjoint au Maire en charge de la proximité  et de la sécurité, et moi même sommes prêts à vivre une "expérience" avec le Lieutenant-Colonel Benoît Malbrancke, commandant la brigade de Guipavas-Le Relecq-Kerhuon entre autre. Coffre de la voiture ouvert, nous enfilons nos gilets pare-balles, les ajustons et sommes opérationnels pour aller sur le terrain au contact direct des incivilités, infractions et autres crimes potentiels. La soirée et la nuit vont êtres longues mais c'est avec un réel intérêt que Johan et moi vivons cette expérience de patrouille de nuit lorsque la plupart d'entre vous êtes endormis aux 4 coins de la ville. En tant que Premier Magistrat de la ville et Officier de Police Judiciaire c'était mon rôle d'y aller.

Plus globalement l'équipe de gendarmerie de Guipavas et Le Relecq-Kerhuon ce sont des femmes et des hommes qui peuvent être debout depuis 5h du matin la veille et qui continuent, par fraction le plus souvent, à sortir sur le terrain pour intervenir, pour protéger, pour contrôler. Sur un vaste secteur de 100 Km2 en ce qui nous concerne mais bien loin du secteur de Crozon-Carhaix avec ses 600 Km2. Chez nous nous regroupons nos deux grosses communes qui totalisent 26 000 habitants mais c'est sans compter La Forest-Landerneau, St Divy, St Thonan et Gouesnou : c'est sur tout ce territoire que la gendarmerie, nos gendarmes, intervient.

Nous voulions vivre ce moment car la nuit tout est transformé, tout est différent. Même pour moi qui connaît mon territoire sur le bout des doigts (et qui fera sourire le Lieutenant Colonel car je connais toutes les rues de la ville), la nuit l'on change de rythme, d'ambiance et tout est dans le détail, dans l'observation lente.

Bien entendu je ne livrerai pas ici tout ce que nous avons appris, tout ce que nous avons pu voir. Juste que, malgré des incidents qui arrivent ici et là, notre ville est une ville calme où l'insécurité n'est pas la problématique des gros territoires. Sauf que l'insécurité peut se décliner (et se décline) avec les incivilités et l'inconscience des automobilistes la plupart du temps : la vitesse. Même à 1h00 du matin. Mais la fourgonnette blanche ayant pris trop d'avance nous échappera... Un couple de jeune grillera joliment un STOP en toute impunité, une voiture suspecte qui semble abandonnée...

Bref, nous avons vécu un moment essentiel de notre cité avec celles et ceux qui nous protègent et qui, finalement, veillent 24h/24h. Je ne peux qu'inciter mes homologues qui liront cette petite note à prendre une partie de leur soirée et de leur nuit pour tenter cela. Enrichissant et terriblement impressionnant avec le côté "off" d'une telle action.

Je pense à eux, nos gendarmes, qui oeuvrent au maximum et le plus souvent dans la plus grande discrétion. Et ne peux que les féliciter et les encourager.

Capture d’écran 2018-03-17 à 15.03.18.png

Capture d’écran 2018-03-17 à 15.03.36.png

15:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

jeudi, 15 mars 2018

Verte, la ville

Connaissez-vous votre ville? Au delà de votre rue, de votre quartier, prenez-vous le temps de vous balader et de découvrir ce que cache vraiment votre ville de naissance ou d'adoption?

Si je vous pose la question c'est parce qu'un petit cadeau vous attend en Mairie si vous le désirez.

En effet, j'ai souvent constaté que certains habitants ne connaissaient pas leur lieu d'habitation et portaient un jugement critique sur ce que l'on appelle communément les "espaces verts" et "naturels". Critique abusive selon moi car la ville, pour peu que l'on prenne le temps de la traverser de part en part, sans la voiture cela va sans dire, regorge de petits endroits, de plus grands, tous plus verdoyants les uns que les autres avec de réels poumons verts.

L'idée m'est donc apparue nécessaire d'éditer un guide de 13 pages totalement axé sur la balade "verte" de votre ville. Du nord au sud, de l'est à l'ouest, 6 randonnées qui ont été faites par nous mêmes et qui sont retranscrites dans ce petit bouquin fort sympathique. Des endroits dont vous ignoriez l'existence, des sites un peu oubliés, du vert, des arbres, des fleurs, aucune habitation aux alentours, des écrins nichés à tel ou tel endroit. La réalité de votre ville est aussi celle-là.

Et aux grincheux qui considèrent qu'il n'y en a pas assez et que la ville est 100% construite, je veux bien leur adresser le guide dûment dédicacé! Ledit guide a été édité à 10 000 exemplaires et est disponible à l'accueil de l'Hôtel de Ville. Vous verrez : les photos aériennes prises par drône et terrestres sont magiques. Et datent toutes de fin 2017. Il y a les mots et il y a les photos : ce guide vise à prouver par A + B que notre ville est maritime, verte et urbanisée. Bonnes balades et belles découvertes!

Capture d’écran 2018-03-15 à 09.01.36.png

Capture d’écran 2018-03-15 à 09.02.04.png

Capture d’écran 2018-03-15 à 09.03.29.png

Quelques exemples extraits de notre guide municipal.

09:18 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 04 février 2018

Rapport Duron : une comédie de haut vol!

La presse a abondamment communiqué sur le rapport Duron qui n'est autre qu'un lourd et volumineux dossier de 215 pages lequel traite de la mobilité du quotidien avec la ferme intention de "répondre aux urgences et préparer l'avenir". Vaste sujet qui, au demeurant, sonne plutôt bien aux oreilles de celles et ceux qui souhaitent un désenclavement total et durable de notre région Bretagne. Or qu'en est-il réellement? Il apparaît que dans la page 94 du document que vous pourrez lire ICI , il est spécifié : "Le projet de liaisons nouvelles Ouest-Bretagne Pays-de-Loire, qui vise à diminuer les temps de parcours entre Paris et Brest ou Quimper a été classé en secondes priorités (engagement après 2030) par la Commission Mobilité 21. Au regard des éléments d’analyse qu’il a eus à disposition, le Conseil considère que la position de la Commission Mobilité21 sur le caractère non prioritaire de ce projet pour l’Etat renvoyant sa réalisation au-delà de 2030

La déception est immense et une pointe de colère peut naître lorsque l'on connaît la forte tentation du nouveau Gouvernement a tout "centraliser" à Paris mettant à mal les lois de décentralisations. Je croyais révolu le temps de l'opposition jacobine/girondine. Malheureusement cette annonce sonne le glas de toute avancée laquelle avait déjà été gelée par le président de la République en Juillet 2017, à Rennes, lorsqu'il avait spécifié qu'il n'y aurait plus aucun investissement au niveau ferroviaire. Pour autant suite à l'abandon de Notre Dame des Landes, le premier ministre avait pourtant annoncé des projets pour la Bretagne en citant notamment la Cité du Ponant. Il n'en est rien dans ce rapport.

Le désenclavement n'est pas qu'une idée, c'est une nécessité. Brest et Quimper à 3h de Paris ce n'est pas une chimère, c'est un gage sur l'avenir pour le développement de la pointe bretonne et du Finistère en particulier, nous avons tous à y gagner. Le sujet de l'aéroport n'est pas mon sujet mais la rapidité des connexions multimodales entre Brest et Paris est l'un de mes sujets dès lors je ne peux qu'être pantois lorsque je lis ce rapport. Notamment sur le fait que sur les dizaines de personnes auditionnées, sans doute de talent, aucune personnalité bretonne. Aucun élu de Brest ou de Quimper, aucun élu du département et au premier chef sa Présidente, Nathalie Sarrabezolles.

En 1966 les agriculteurs, avec à leur tête Alexis Gourvennec, pensaient déjà au désenclavement de la Bretagne. Cela passait à l'époque par les telecoms, les universités (à Brest) et le réseau routier qui ceinture actuellement notre région. En 2018 il s'agit d'aller plus vite car les frontières ont bougé, certaines sont tombées. L'instantanéité est une réalité et les kilomètres n'effraient plus les décideurs pour jouer un rôle dans notre territoire. Faut-il pour encore que l'on nous en donne les moyens.

Ce rapport est donc un pied de nez à la Bretagne et à sa pointe. Un dos tourné à ceux qui veulent participer à la vie économique de notre pays. 

Je me réjouis que les élus de toutes tendances puissent s'accorder sur ce point : au département hier et avant hier, au sein du Pays de Brest avec une lettre co-signée par l'ensemble des présidents et présidente des communautés de communes. Le TGV à 3h de Paris est une obligation. Et pas après 2030. Que Paris le sache et ne découvre pas à ses dépens que les bretons savent se mobiliser...

Capture d’écran 2018-02-04 à 12.13.07.png

12:18 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 26 janvier 2018

Brest métropole ouvre les candidatures pour la délégation Transports

La délégation de service public (DSP) de transports collectifs de la métropole - le réseau Bibus- arrive à échéance le 30 juin 2019, après la prolongation de 6 mois que nous avons décidé en décembre dernier. Il convient à présent de nous poser la question de la suite. D’un réseau classique de transport nous devons passer à une étape visant à avoir une mobilité durable sur notre territoire : c’est tout l’enjeu de l’ouverture du processus de renouvellement de la DSP. Autant dire que 15 jours après ma nomination je saute dans le grand bain ce vendredi avec une délibération essentielle pour Brest métropole.

En matière de transport, les années qui viennent seront marquées par 3 enjeux :

  • L’innovation et d’anticipation :
    • Le périmètre d’organisation des transports sur l’ensemble de la métropole et peut-être au-delà.
    • Les moyens de production : nous nous situons résolument dans une optique de véhicules bleus ou verts, c’est selon, mais des véhicules respectueux de l’environnement. Brest et sa métropole doivent accelérer leur « climate friendly » notamment avec des véhicules à faible émission et, c’est important, nous avons 2 échéances 2020 et 2025 en ligne de mire avec des obligations en termes d’équipements (électriques pour le centre de l’agglomération) Nous aurons d’ailleurs un nouveau test d’un BlueBus électrique neuf du 22 février au 7 mars, également la 3ème phase TCSP : tramway, Bus a Haut Niveau de Service ; tout reste à voir et à travailler.
    • Sur l’anticipation : les nouveaux outils offerts par la technologie (TIC, mais aussi à terme véhicules autonomes) afin de nous adapter durablement aux attentes de nos passagers et usagers. Toujours avoir un temps d’avance.
    • Les pratiques collaboratives (covoiturage, autopartage, …) sur lesquelles nous allons nous investir. Pour information, 1 seul passager supplémentaire dans une voiture qui rentre sur Brest le matin, diminuerait les congestions automobiles de 15% !

 L’efficacité

  • Etre efficace c’est répondre vite et bien aux attentes après une analyse fine de notre territoire. C’est ce à quoi les candidats s’emploiront.

 La qualité de service

  • Disponiblité, confort, entretien des installations fixes et des matériels roulants.

Par ailleurs en 2016 nous avions proposé à la région et aux intercommunalités du Pays de Brest de réfléchir ensemble à une coordination plus étroite en matière de mobilité. Pour les transports collectifs l’idée est de mettre en œuvre à terme un réseau unifié à l’échelle du bassin de vie : notre Pays de Brest. Unité de l’offre, unité et cohérence visuelle et unité tarifaire. Afin de démarrer cette expérience nous allons de manière d’abord limitée, mettre en œuvre l’amélioration de la desserte entre Brest et la Presqu’ile de Crozon par voie maritime. La Région Bretagne nous a donné son feu vert, notre métropole est fin prête, reste à finaliser les conditions de fonctionnement, la gouvernance et bien entendu le financement.

L’avenir s’écrit ici et nous sommes prêts à écrire une nouvelle page de notre histoire métropolitaine et j’insiste volontairement sur l’acte fort que nous sommes prêts à réaliser : ce nouveau service pourra être intégré par voie d’avenant à la DSP actuelle. Ensuite, dans le cahier des charges, nous intégrerons de manière précise, la création durable de cette ligne, baptisée ligne 34 à ce jour.

Et, enfin, c'est avec beaucoup de motivations que je sais m'investir dans cette nouvelle délégation : technique mais passionnante, humaine car en lien avec les usagers, audacieuse car nous travaillons sur le demain du monde des transports, visionnaire car nous voulons pleinement reconquérir celle qui nous entoure : la mer avec notre Rade et ses richesses à tous les niveaux...

Capture d’écran 2018-01-27 à 09.05.53.png

18:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |