Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 janvier 2021

+ 26

Depuis quelque temps maintenant les partis politiques ne seraient plus dans l'air du temps et la pensée globale aurait pris le dessus. Je parle au conditionnel puisque je ne peux me baser que sur les éditos de journalistes bien informés et de politiques sachants.

Au PS, parti que je connais le mieux, forcément; nous fonctionnons avec des fédérations calquées sur nos départements : il y a autant de fédérations que de départements. A l'échelon national une direction, élue, fixe la ligne et il appartient aux 1ers et 1ères fédéraux/ales , en parallèle, de faire vivre les fédérations avec leurs adhérents.

Dans le Finistère le PS a longtemps été un terreau social-démocrate perméable aux idées de la "deuxième" gauche incarnée par Michel Rocard en son temps. Jean-Jacques Urvoas dans un article paru dans Le Télégramme l'expliquait parfaitement, lecture que je vous conseille. Cette inclination demeure encore et ceci explique, en partie, sa perméabilité aux idées progressistes modérées teintées d'une certaine tradition : la tradition de l'histoire, du catholicisme puissant en Bretagne mais aussi l'héritage de la tradition ouvrière qui a traversé les décennies depuis ce que certains ont appelé "l'exode rural".

Au meilleur des années qui ont porté la gauche et le PS au pouvoir, la fédération du Finistère a pu comptabiliser environ 1200 adhérents aux 4 coins du département avec des fiefs, chez Louis Le Pensec, à Brest avec la montée en puissance des années Le Blé puis Maille, du côté de Morlaix avec Marie Jacq et Marylise Lebranchu. Le centre Finistère et une frange littorale du côté de Douarnenez étant quant à eux plus "rouges" que "roses". 

Dans ce marasme social, sanitaire et économique et face à des hésitations voire des renoncements et autres contreordres, il est aussi important d'avoir une boussole, une base solide, quelques signes qui rassurent sur la structuration politique de notre pays, de notre territoire. J'ai été très heureux de constater que sur l'année 2020, sacrément amputée il faut le reconnaître, notre fédération a enregistré un + 26 primo adhérents. Qu'est-ce que ce terme? Cela signifie que ces 26 adhérents le sont pour la première fois et ne sont pas des adhérents qui se sont remis "à jour" depuis 2018 par exemple. Ce chiffre est intéressant car il peut témoigner (soyons prudents et humbles) d'une volonté d'accompagner un parti dont on a dit qu'il était mort et enterré en 2017 et qu'il a fallu relever ensuite : tâche qui se poursuit encore, il faut le souligner. Avec l'équipe fédérale, fidèle, motivée et claire dans sa tête, c'est le travail que nous nous astreignons à mener, y compris pendant cette période trouble.

+26 et ce chiffre concerne quasi exclusivement des jeunes adhérents allant de 20 à 35 ans. Là aussi c'est une nouveauté depuis 2017 où nous avions à ce moment, et depuis 2014-2015, perdu une quantité importante d'adhérents (loi travail, déchéance de nationalité, CICE). Ce + 26 peut paraître dérisoire. Ce n'est pas le cas.

Je pense également, mais une étude sera systématiquement faite de manière anonyme pour connaître les motivations des primo adhérents, que la clarté retrouvée depuis les atermoiements de 2017 y est pour quelque chose. Il s'agit de respecter les uns et les autres, les partis et autres structures politiques : les joutes électorales font partie de nos vies et il nous faut convaincre les électeurs avec un programme. Dans notre séquence 2016-2017 avec nombre de départs d'adhérents socialistes vers le parti devenu parti présidentiel, il aura fallu, là aussi, être clair. Ne pas nager dans l'ambiguïté dont le seul objectif serait de gagner une élection : on voit le résultat. A force de penser tout et son contraire on termine par s'effondrer à grand renfort de grands écarts trop fréquents et, finalement, dangereux. L'interview de Pascal Perrineau dans Ouest-France d'hier est assez éclairante à ce sujet. La clarté donc : je peux imaginer que c'est là l'une des clés de reconquête en y adjoignant la capacité de travail et de réflexion pour l'avenir : ce que nous faisons en Finistère mais également au niveau régional (Culture, jeunesse, santé, les services publics, hier sur le revenu universel avec Boris Vallaud et Nathalie sarrabezolles, prochainement sur l'aménagement du territoire). Un parti est là pour réfléchir et apporter des réponses lesquelles seront tranchées par les électeurs le moment venu, privilégiant le "nous" au "je". Parfois il arrive que des élus cherchent à avoir le vote militant, pour tenter de poursuivre, puis vouloir s'en affranchir par la suite en toute liberté ne pensant plus ne rien devoir à celles et ceux qui ont oeuvré. Fort heureusement cela est une exception et non pas la règle! Mais ces attitudes peuvent choquer voire faire fuir également des adhérents et militants qui, le moment venu, seraient de fidèles lieutenants pour battre la campagne avec des réseaux associatifs, culturels, sociaux, économiques non négligeables.

La clarification, le respect des engagements, le travail et les idées; c'est ce qui me semble nécessaire pour la pérennité des chiffres évoqués plus haut. Sans cela les partis, quels qu'ils soient, sont voués à végéter au gré des alternances démocratiques.

En Finistère nous sommes 812. Peut-être 813 ou 814 après la lecture de cette petite note sur ce Blog. Car l'idée est bien de vous accueillir et de faire un bout de chemin ensemble pour préparer les régionales, départementales puis évidemment la présidentielle de 2022 et les législatives à suivre! De bons et gros moments pour celui ou celle qui le souhaite! Et puis chez nous, en Finistère, avec la direction actuelle dont j'ai l'honneur d'être l'animateur, les choses sont précises et connues : pas de compromissions, pas de passage en force, pas de couleuvres mais bien avant toute chose l'expression militante. Et cela est une richesse qu'il faut savoir mesurer et que chaque élu issu de nos rangs doit mesurer. Depuis 2018 c'est un lourd et long travail qui est mené avec l'équipe fédérale : personne ne viendra casser cette dynamique. Nous en sommes les garants.

Peut-être hésitez vous, peut-être êtes vous prêts; dans les deux cas je suis et nous sommes à votre disposition pour échanger. Après tout, c'est peut-être le moment?

Capture d’écran 2021-01-23 à 20.25.48.png

09:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.