Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juillet 2016

Soirée festive : ce sera le 26 août.

La semaine dernière suite au nouvel attentat perpétré à Nice j'ai été amené à suspendre la soirée festive qui avait été prévue de longue date; autrement dit reporter le feu d'artifice initialement programmé. Probablement y a t-il eu des incompréhensions, des mécontentements et je les comprends pleinement. Mais j'assume pleinement cette décision notamment parce que j'ai toujours précisé que ce n'était pas "annulé" mais que ce serait reporté à une date ultérieure. En effet, en pareille circonstance il était délicat voire inconvenant de poursuivre une fête à 24h d'un évènement qui choquait une nouvelle fois la France et plus largement toute l'Europe. La question de la sécurité n'a jamais été soulevée dans le sens où nous aurions su faire face, seul le principe, le symbole ont été retenus comme élément de décision. Le président de la République ayant décrété le deuil national pour 3 jours je trouvais déplacé de poursuivre "comme si". Jamais je n'ai eu à l'esprit que l'insécurité gagnerait en quelques heures le site du Relecq-Kerhuon. Parfois, simplement, faut-il respecter une période trouble, courte, en étant avec ceux qui souffrent et ceux qui continuent d'ailleurs de le faire...

Cela étant posé, c'est avec beaucoup de satisfaction que je vous informe aussi que la nouvelle date retenue sera le vendredi 26 août dès 18h00 sur l'Esplanade de la Médiathèque François Mitterrand pour se poursuivre jusqu'à 1h00 du matin. La municipalité travaille depuis ce début de semaine sur le programme définitif sachant que j'ai souhaité que soit créé un fil rouge sur la Fraternité avec un grand "F". Nos symboles, nos valeurs, nos forces et notre message pour l'avenir. Bal musette dans un premier temps dans une ambiance festive, repas BBQ sur place, feu d'artifice puis DJ en plein air pour les plus jeunes d'entre nous. Nous ne manquerons pas d'étoffer sous peu avec ces temps citoyens sur les valeurs précités.

Mais c'est résolument positifs et forts que nous abordons cette soirée de fin de vacances scolaires pour toucher un maximum d'entre vous. Notre journée sera alors notre journée de la Fraternité et de la République.

On lui doit bien cela...

Capture d’écran 2016-07-19 à 17.12.00.png

Une photo du feu du Relecq-Kerhuon en Juillet 2015

Capture d’écran 2016-07-19 à 17.11.40.png

14:32 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

mercredi, 06 juillet 2016

Notre nouvel EHPAD : enfin.

Se fera? Se fera pas? L'actualité récente tronquée et attisée par certains laissait imaginer une fin de non recevoir sur ce projet qui date à présent de 2009. La réponse est affirmative, notre nouvel EHPAD flambant neuf va voir le jour et le lieu de sa construction est également connu. Il se fera Rue du Rody au Relecq-Kerhuon sur un foncier actuellement utilisé en bail précaire par un agriculteur de Guipavas; près de 14 000m2 que la ville va pouvoir racheter après l'été une fois les actes signés.

Quelle excellente nouvelle laquelle devient la priorité absolue pour voir enfin le panneau du permis de construire affiché sur le terrain, excellente nouvelle pour les élus certes mais surtout et avant toute chose pour les résidents et les agents qui y travaillent.

Un petit flash back me semble cependant nécessaire car j'ai été en prise directe sur ce dossier depuis le début.

Tout d'abord un rappel factuel : le foncier nécessaire, environ 11 000 m2, est une denrée rare sur la ville. Très rare même! Plusieurs sites ont été approchés, imaginés et je souhaite tordre le coup aux idées reçues comme quoi j'aurais jeté mon dévolu sur un seul et unique terrain dans l'objectif de nuire aux propriétaires... Réactions gratuites et infondées. Explications :

1. La refonte sur site, à Kerlaouena. Le lieu est magnifique et l'EHPAD ne justifie plus que l'on soit obligatoirement sur un terrain plat. Coût totalement surréaliste et déménagement provisoire des résidents durant les travaux.

2. Les terrains Colin le long du Boulevard Gambetta : site frappé pour partie par la zone de prévention des risques (Polygone d'isolement lié à la Pyrotechnie) interdisant une trop forte densité.

3. A l'occasion de la vente Bricorama rue Danton vers le Leclerc Drive : surface plane et dimension suffisantes. Après échanges la ville n'a pu préempter ce foncier.

4. Les ex entrepôts Moryteam Rue Commandant Charcot : si l'espace est largement suffisant et mutualisable la ville ne pouvait acquérir le foncier seul notamment sur l'aspect lié au coût de dépollution du site (ex GMB depuis 40 ans) estimé à plus de 600 000 euros (sans le coût du foncier)

5. Le foncier situé derrière la Rue de la Somme non loin de la médiathèque, les ex serres démontées récemment. Le zonage de cette parcelle ne coïncide pas avec la construction d'un tel équipement; il aurait fallu attendre 10 ans pour obtenir ce changement légal (agricole à constructible).

6. Le foncier des consorts Caill situé derrière l'église et l'absence d'accord amiable qui nous conduisait à une expropriation pour un projet d'utilité publique.

6 possibilités qui vous prouvent chers lecteurs que la ville n'est pas restée inactive depuis tant d'années pour trouver un terrain d'accueil pour nos résidents et agents. Mais tout cela est derrière nous et il nous tarde, collectivement, de pouvoir poser ce panneau et de poser la 1ère pierre. Tout un symbole. Structure de plain pied, aérée et située plein sud, elle se voudra installée dans un écrin de verdure qui sera à créer, tels seront les éléments qui seront communiqués au futur architecte.

Je salue la métropole, Thierry Fayret pour son écoute attentive sur un tel dossier; mais également la Chambre d'Agriculture qui a été un élément moteur. Les services du SIVU de l'Elorn également qui vont se retrouver face à un chantier de taille. Et je souhaite écrire aussi aux agents qu'une promesse demeure une promesse et que sans en faire des tonnes nous avons toujours travaillé dans l'ombre pour aboutir à une telle proposition. Seul le résultat compte, non?

Capture d’écran 2016-07-06 à 14.16.05.png

14:28 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 04 juillet 2016

OFNI 2016 : finalement le temps fut beau!

... et pourtant lorsque vers 9h00 notre équipe s'affaire pour transporter notre bolide des mers c'est sous la pluie crachinante que nous abordons les rives de l'Elorn. Mais comme à "Le Relecq-Kerhuon ce n'est pas pareil", les trouées ont fini par s'imposer et c'est avec des couleurs que chacun est rentré chez soi pour le match France-Islande.

Et quelle belle journée!! 15 radeaux sur la ligne de départ et un public encore bien présent pour nous accompagner. Bah oui, "nous" car les élus avaient leur OFNI : le splendide KonKerhorre of The Seas qui, s'il a perdu, a au moins bien flotté, lui, et cette année tenait le bon cap en souvenir de la première édition de 2015. Fatalement, être fou c'est assumer jusqu'au bout de faire le clown et qu'en juillet nous sommes théoriquement convaincus qu'il fera beau et...chaud. Mauvaise pioche pour la température. C'est donc avec 14°c que les 4 vahinés se sont retrouvées quasiment dénudées sur et dans l'eau. C'était donc, encore, une brillante journée avec une mention spéciale au radeau des congés payés de 1936, celui du PharaOfnix (avec la chorégraphie de Astérix chez Cléopatre) et enfin le Desperadeau qui, quant a lui, a peine sur l'eau a cabané très très vite. Qu'à cela ne tienne : réconfort assuré par TVK qui avait monté ses stands pour la restauration et la vente de vêtements. Et et et... l'arrivée vers 16h00 de la nouvelle bière blanche, notre nouvelle "Kerhorriste".

Je dois saluer et remercier le service culture et les services techniques de la ville pour la parfaite organisation laquelle est longue et point évidente! Le Centre Nautique du Relecq-Kerhuon pour l'utilisation de la Maison de la mer Guy Liziar également. Dès septembre Isabelle Mazelin réunira les personnes concernées pour le bilan 2016 et discuter de 2017. Avec sans doute, déjà, des nouveautés à proposer.

Ne pas se prendre au sérieux, se lancer dans l'aventure, participer à la bonne humeur : c'est un peu l'idée que nous avons! Et en se couchant hier soir c'était avec une belle image d'une journée pleinement réussie dans notre contrée.

Capture d’écran 2016-07-04 à 10.33.10.png

Capture d’écran 2016-07-04 à 10.37.08.png

Capture d’écran 2016-07-04 à 12.37.20.png

Que Johan Richard, Laurent Péron et moi même? Certainement non! D'autres élus ont aussi cédé à la tentation : les Pingouins avec Ronan Kervrann et Les Congés Payés de 1936 avec Larry Réa et Claudie Bournot-Gallou. Notre radeau étant agrémenté de Léa Réa ma directrice de cabinet et Les Pingouins avaient Léo Kervrann comme membre d'équipage!

Capture d’écran 2016-07-04 à 10.33.57.png

L'équipe de TVK : belle ambiance grâce à l'association. Y compris celle de Mari Lizin, notre bateau Kerhorre.

10:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 01 juillet 2016

Ma madeleine de Proust

La roue tourne pour chacun, c'est un fait indéniable. Hier soir il y avait une cérémonie toute particulière avec un départ en retraite d'une agent de la collectivité. Et pas n'importe quel agent! Tout du moins à mes yeux! Il s'agissait de celui de Monique Cariou, ATSEM à l'Ecole Jean Moulin depuis...42 années tout de même.

Moment particulier donc car Monique est l'une de celles qui m'a accueilli en petite section à la rentrée de septembre 1981 et qui m'a suivi tout un long de mon parcours à la maternelle. Emotions donc car des souvenirs  ressurgissent et avec beaucoup de sincérité je peux dire que nos instituteurs et institutrices ainsi que le personnel municipal comptent dans l'évolution des petits : qui ne se souvient pas de toutes ces personnes, qui n'a pas cette nostalgie en repensant à ces périodes? Et bien hier soir c'est une page qui s'est tournée car "notre" Monique a fait valoir ses droits à la retraite. Lorsque je titre "ma madeleine de Proust" c'est bien pour symboliser ce que représentent ces agents, nos "dames de services" comme nous les appelions, celles qui aussi nous accueillaient à la garderie avec pain et compote, celles qui nous forçaient à mettre nos cagoules qui nous démangeaient, celles qui nous interdisaient d'apporter nos jouets à l'école; mais au final celles qui étaient toujours là au quotidien. A Monique et à toutes les ATSEM qui oeuvrent j'ai beaucoup de respect et d'admiration. Cela valait bien une petite note sur ce Blog pour rendre hommage à celle envers qui j'ai beaucoup d'estime et d'affection.

Car au final, entre le moment où elle m'empêchait d'apporter mes Shtroumpfs planqués dans une boîtes Quality Street sous mon pull (fallait être crétin pour pas se faire avoir!) et le moment où, 25 ans plus tard je devenais le Maire de la ville et donc son patron, rien n'avait changé. Elle demeurait Monique et je demeurais à ses yeux le Yohann de la maternelle. C'est cela une relation simple, sans prise de tête. Et moi j'adore ça. Bonne retraite Monique! Et vive la R12 bleue!

Capture d’écran 2016-07-01 à 10.07.07.png

10:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 20 juin 2016

Vive le fromage français!

Le Royaume Uni sortira t-il de l’Europe jeudi prochain à l’occasion d’un référendum promis par le premier ministre Cameron pour se faire réélire en 2015 ? Ne commentons pas les sondages, laissons les faire leur business habituel. Cependant, cette question m’a beaucoup intéressé ; plus globalement les pays anglo saxons m’intéressent. Et la politique chez eux aussi.

Venons en au fait : à l’occasion d’une de mes semaines de navigation en tant que salarié j’ai eu la chance au gré des échanges avec nos passagers de converser sur cette question. En effet, sur des traversées de 24h pour l’Espagne nous avons le temps d’échanger, de discuter avec nos voisins d’Outre Manche, et cela est toujours très riche d’un point de vue linguistique d’abord et culturel ensuite. Au détour d’une conversation je demande à ma cliente si elle est fin prête pour le vote de la semaine prochaine. Elle éclate d’un rire bien puissant et me dit sans gêne ni hésitation « Yes ! Out ! » (Oui ! Dehors !) l’une de ses voisines attentive à nos échanges et sans doute en confiance, me dit plus posément qu’elle aussi votera pour la sortie de la Grande Bretagne de l’Europe. Et autrement que par quelques lignes dans un quotidien qui livre simplement le % de pour et de contre, s’en est suivi un excellent échange sur le pourquoi de ce vote : une vraie crainte d’un afflux continue de ce qu’ils nomment « les étrangers » tout d’abord (pas dans le sens raciste du terme, à la Marine Le Pen et du Front National). Même s’ils reconnaissent que leur île et leur histoire sont intimement liés à l’immigration. Le fait que les politiques ne leur aient jamais dit qu’ils voulaient des Etats-Unis d’Europe et que, finalement, nous nous dirigerions vers cela. Que la plupart de ceux qui décident (technocrates) n’ont pas été élus et que le conseil européen l’est encore moins. Enfin qu’ils n’acceptent pas que d’autres pays viennent se mêler de la vie de leur royaume. Des arguments spontanés, bien pesés (que l’on soit pour ou contre). L’une d’elles me dira « Rassurez-vous, nous continuerons à acheter les bonnes voitures françaises, nous continuerons aussi à aller en vacances dans votre superbe pays et nous continuerons même à acheter votre Pont l’Evêque que nous adorons. Vous verrez, rien ne changera ! » Leur idée est tout de même d’ouvrir la porte à une alternative : si le Royaume Uni s’en va, pour sur que d’autres vont vouloir faire la même chose. Et de conclure : en 1975 nous avons voté oui pour la CEE, oui pour les échanges ; mais là, nous ne sommes plus en phase ». J’ignore bien entendu si ces deux passagères sont représentatives du peuple anglais. Deux autres sur une autre traversée, commentant la presse britannique donneront aussi leur point de vue : l’une veut rester, l’autre a déjà voté par procuration et ce sera non.

Et au final, s’ils s’en vont, que se passera t-il ? J’ai juste souvenir de 2005 et du référendum voulu par Jacques Chirac sur le traité européen justement. L’on nous disait droite et gauche confondues que si le non l’emportait ce serait l’apocalypse. On sait ce qu’il advint en mai 2005… De voir les Tories (conservateurs) et les travaillistes (PS anglais) main dans la main pour alerter du danger me rappelle donc une image : celle de Sarkozy et de Hollande appelant à voter oui. 

N’est-ce pas là les dernières cartouches dans une bataille qui prend l’eau de toute part ? Et puis il y a le drame de la semaine passée : Jo Cox... Quelles incidences? ces échanges ayant eu lieu avant le drame.

And God Save the Queen isn’t it ?

Capture d’écran 2016-06-20 à 15.24.09.png

15:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |