Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mars 2020

Rien ne se passe comme prévu

J+11 après le confinement imposé par le Gouvernement. La France, l'Europe, le Monde se trouvent entraînés dans une spirale qui ressemble furieusement à un scénario sorti tout droit des esprits les plus créatifs d'Hollywood. Sauf que nous sommes le 28 mars 2020 et que ce n'est pas une fiction : c'est la triste réalité d'une vague épidémique qui balaye tous nos continents.

Avec la vision qui est la mienne, qui est la notre, celle des élu(e)s locaux, nous abordons cette deuxième séquence de confinement dans le plus grand respect des règles édictées par le Gouvernement et par l'Etat.

J'ai, volontairement, choisi ce titre de post car, fondamentalement, tout s'est accéléré, précipité en quelques jours après la première annonce du Président de la République le jeudi 12 mars puis celle du Premier ministre le samedi 14 mars au soir. Aujourd'hui j'écris ces quelques lignes alors que, théoriquement, je ne devrais plus être Maire depuis hier soir. En effet, l'installation du conseil municipal au Relecq-Kerhuon était prévue hier. Avec à l'ordre du jour l'élection de son nouveau Maire. Je le serai donc (Maire) encore quelques semaines, quelques mois disent certains. Situation singulière puisque candidat à Brest mais encore en fonction au Relecq-Kerhuon et, au final, une situation figée comme la glace en attendant les meilleures nouvelles du conseil scientifique courant mai prochain.

Dès le 17 mars nous avons pleinement, à la ville, pris conscience de ce qui s'abattait sur nous et, surtout, le besoin nécessaire de jouer la carte toujours plus importante de la proximité. Très vite, la direction générale, le cabinet, les services et les élu(e)s se sont mis en ordre de bataille pour préparer un plan lié à cette crise. Le tout sous la houlette de la Préfecture et des services de l'Etat sans oublier, pour nous, les services de Gendarmerie. Il n'est pas aisé pour une ville de taille moyenne, 12 000 habitants, de répondre à tout et tout de suite. Pour autant, sans créer d'artifices numériques, nous avons mis en place une chaîne de solidarités sans précédent en lien avec le CCAS de la ville, les cabinets d'infirmiers, les médecins aussi. Très vite un plan d'action a été dessiné avec, comme "War Room" le bureau de la directrice des services pour coordonner les actions sur le terrain et avoir un relai, précieux, des autres villes de la métropole. Tous les matins se déroule une "réunion de crise" à l'Hôtel de Ville pour évaluer les besoins, les attentes et les actions de la journée. Plus de 50 personnes se sont "inscrites" ou faites recenser en Mairie comme étant seules, vulnérables et ayant besoin d'un suivi. Ce chiffre croît chaque jour. Dès lors les services et les élus se succèdent, un jour sur deux, pour téléphoner quotidiennement à ces personnes. De même, le cabinet coordonne les listes de courses à effectuer ainsi que les médicaments à récupérer à la pharmacie. C'est une "mini ruche" qui s'active pour faire vivre le lien social, les services publics (accueil, Etat civil, services techniques d'urgence) pour qu'il n'y ait pas de rupture dans la continuité du service aux habitants. La métropole joue pleinement son rôle sur les sujets de la collecte par exemple ou bien les transports en commun. Mais pas que.

Donc même "en partance" la priorité est là et ma priorité étant que la ville assure du mieux possible son rôle pour accompagner les personnes en difficultés et celles et ceux qui sont à rassurer. Via le compte twitter de la ville, son Facebook, les articles de la presse nous veillons à n'oublier personne et face à l'adversité, nous faisons bloc pour sortir au plus vite de cette terrible crise.

Aucun élu n'aurait imaginé une telle fin de mandat mais dans cette situation tout a fait exceptionnelle l'on apprend aussi à mieux mesurer les choses et à visualiser ses priorités, dans la vie, cela va sans dire. Mais dès à présent, en plein coeur de l'épidémie, il nous faut préparer "l'après" et cette sortie de crise; le jour où chacun pourra ressortir librement et repenser à une vie "normale". Ce qui est certain, chères lectrices, chers lecteurs, c'est qu'une fois le confinement terminé, n'imaginez pas sortir immédiatement comme si du jour au lendemain rien ne s'était passé récemment. Ce sera lent et progressif. A celles et ceux qui me sollicitent, déjà, pour faire une grande fête populaire (vous connaissez mon inclination pour cela) je pense que ce sera une très bonne idée mais je crains qu'elle ne puisse intervenir très vite au début de l'été, de plus, si je suis le calendrier, je ne serai plus Maire en juillet, donc il appartiendra à la nouvelle équipe de décider.

Permettez-moi cependant de vous saluer, vous toutes et vous tous, ce matin encore, qui vous manifestez pour aider, pour m'informer que vous avez une boîte de gants, quelques masques, du tissu, des combinaisons etc... Toutes vos actions sont remarquables et les professionnels de santé vous remercient chaleureusement et, le moment venu, vous aurez bien entendu le droit et même l'obligation de fêter "la vie" autour de vous.

Les élu(e)s que nous sommes et les services de votre ville ne comptent pas leurs heures pour bien faire dans cette situation d'urgence. Le moment de l'analyse, des bilans viendront le moment venu sur comment les uns et les autres ont géré au quotidien cette crise. Juste une remarque, déjà faite par vidéo, la France a besoin de ses services publics, a besoin de ses hôpitaux, de ses professionnels de santé; a besoin d'un service public de qualité et formé pour toutes crises qui peuvent survenir car, pour être au front tous les jours avec tant d'autres, c'est vers la Mairie que l'on se dirige pour les renseignements, les informations, être rassuré, c'est vers les hôpitaux que l'on va quand il faut être soigné. Il y aura un avant et un après Mars 2020. Il y aura aussi, je le souhaite une prise de conscience et un profond changement de logiciel.

Par ces quelques mots et au nom des élu(e)s de votre ville, de ses services mais aussi de toute la communauté des professionnels de santé : nous sommes là. A poste et veillons à ce que tout se déroule pour le mieux. Encore une fois, restez chez vous, respectez scrupuleusement les consignes. Et, promis, on trinquera tous ensemble, pour de vrai cette fois, pour fêter le jour d'après.

 

Ce que la ville a mis en place :

  • Un dispositif de contact quotidien avec les personnes seules et ou fragiles. Par téléphone.
  • Un dispositif de courses alimentaires et d'ordonnances médicales.
  • Un prêt de véhicule municipal aux infirmières et infirmiers de la ville.
  • Une mise à disposition d'une salle municipale pour ces derniers.
  • La mise à disposition d'attestations en libre service devant et derrière la Mairie.
  • La mise à disposition de barrières pour l'hypermarché de la ville afin d'organiser les venues.
  • La mise à jour des réseaux sociaux de la ville. Et du site Internet.
  • La mise en place de jeux, d'occupations via la médiathèque sur les réseaux sociaux.
  • Comment faire des masques (www.lerelecqkerhuon.bzh)
  • Une coordination des actions pour centraliser les dons de masques, de gants etc...
  • Une réunion de crise quotidienne avec les autres directions des villes de la métropole.
  • Un point quotidien avec le Sivu des Rives de l'Elorn (qui gère les 3 EHPAD) et sa présidente, Marie-Thérèse Creachcadec.

Sur un plan Ressources Humaines :

  • Tous les contrats ont été maintenus. Aucune précarité n'est mise en place.
  • Les agents sont en télétravail pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer.
  • Il n'a pas été décidé de ponctionner les congés classiques des agents en période de crise.
  • Le comité de direction est présent en Mairie tous les jours (DGS, DG adjoint, Responsable des Finances, direction des services techniques et cabinet)
  • Le CCAS et l'Etat Civil fonctionnent le matin en présentiel. 

Retrouvez toute l'actualité liée à la crise sur le site Internet de la ville : www.lerelecqkerhuon.bzh

IMG_3253.JPG

12:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 22 mars 2020

Organisons-nous!

A toutes et à tous, fidèles lectrices et lecteurs,

D'abord merci. Merci pour votre solidarité, merci pour elles et pour eux qui font le maximum : hôpitaux, cliniques, infirmiers, médecins généralistes et plus largement tous les professionnels de santé.

Ensuite organisons-nous : vous êtes des dizaines à m'avoir adressé via Messenger sur Facebook un message pour donner vos boîtes de gants, de masques, de combinaisons etc... et pour cela encore 1000 fois merci.

Ce que je vous propose comme vu avec certaines et certains d'entre vous :

Préparez un sac.
Mettez-y les masques, les gants etc...
Accrochez ce sac à votre porte (photo)
Communiquez moi votre adresse et je passerai/nous passerons demain matin ou début d'après-midi.

Ne sortez pas.
Ne venez pas à la Mairie.

⚠️ Ne communiquez avec moi/avec nous que par Messenger/ mail/ Twitter. Nous ferons le job.

Et enfin : désolé de ne pas pouvoir répondre à tous vos messages en temps voulu, mais promis je vais y répondre au fur et à mesure. J'avoue que confiné, je fais un peu standardiste mais c'est pour la bonne cause

17:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 21 mars 2020

Crise sanitaire du Coronavirus

18:10 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 06 mars 2020

Si La Cantine m'était contée

Le temps d'une publication je décale mon regard vers la campagne de Laurent Péron

D'abord pour les féliciter, lui et son équipe, pour cette belle dynamique collective qu'ils savent, actuellement, créer avec L'Union pour Le Relecq-Kerhuon

Ensuite pour partager cette publication de leur site de campagne qui remet l'église au milieu du village si je puis me permettre.

N'étant pas candidat au Relecq-Kerhuon je me suis astreint à un silence naturel et tout a fait logique. Pour autant, lire des mensonges, des postures et autres mesquineries des autres listes en course sur le sujet de La Cantine, m'a fréquemment fait bondir. Quelque part je me sens concerné par ce sujet et de l'instrumentalisation soudaine qui en est faite. Y compris par deux élus ou ex-élus de la majorité qui doivent être frappés d'amnésie quant à leurs votes et leurs soutiens plein et entier au projet proposé. Les vestes se tournent. Les esprits aussi, il n'y a pas qu'à Brest donc!

Je vous invite à lire cet article. Les plus anciens se rappelleront et rigoleront bien quand ils sauront que certaines listes ont décrété que des arbres étaient... centenaires. Toujours instructif quand on connaît un tant soit peu l'histoire de la ville. Juste un regard 30 années en arrière...

C'est là que l'on découvre que 80% de ces candidates et candidats ne connaissent pas leur territoire. Pire, réinventent l'histoire avec de piètres conteurs fussent-ils passés par d'honorables Scènes Nationales. On a pas toujours le talent que l'on croit...

A lire absolument

http://union-pour-le-relecq-kerhuon.fr/le-site-de-la-cantine-explications-en-texte-et-en-video

Capture d’écran 2020-03-06 à 18.05.46.png

18:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 02 mars 2020

Brest au Coeur ! : le programme

En 2020, encore plus qu'en 2014, le numérique prend une place toute particulière dans une campagne municipale. De plus en plus de citoyens s'informent sur les supports en ligne et sur les réseaux sociaux des candidats. Avant, un programme municipal se trouvait dans une boîte aux lettres, c'est encore le cas! mais maintenant il se trouve aussi sur le site internet du candidat. Ce qui est le cas aujourd'hui sur le site de Brest au Coeur!, liste menée par François Cuillandre.

Je vous invite à le lire et à le diffuser le cas échéant : il est disponible ici "BREST AU COEUR !" et également sur le compte Facebook de François Cuillandre ainsi que son compte Twitter.

Ce sont les 55 premières propositions de notre liste, document édité en support papier et diffusé aux habitants. L'ultime version, numérique uniquement, rentrera plus dans les détails de chaque politique menée. Un 20 pages mêlant propositions et soutiens de brestoises et brestois est largement suffisant pour une diffusion physique au plus proche des habitants.

Bonne lecture et  n'hésitez pas à passer nous voir au 111, rue Jean Jaurès, à notre permanence ouverte tous les jours de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 tous les jours sauf le samedi de 9h00 à 12h00 (fermée le dimanche).

J- 13 avant le premier tour, informez vous et à votre disposition!

BrestAUCoeur.jpeg.png

11:09 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |