Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 octobre 2019

Et si le câble était une réponse?

Très heureux de vous présenter une note travaillée en collaboration avec Tristan Foveau sur le sujet du téléphérique urbain. Très honoré aussi de son édition dans le cadre d'un cercle de réflexions d'un Think-Tank : L'Hétairie.

En effet, un Think-tank est un lieu d'échanges, de réflexions sur tout un tas de sujets (vous pourrez le découvrir par ailleurs) qui concernent notre vie quotidienne et politique nationale. Une association comme celle-là vise avant tout à irriguer les sphères de décisions et à éclairer sur des solutions possibles pour les futures politiques à mener. Bien qu'affiliée a aucun parti politique, L'Hétairie se situe, sans équivoque, à gauche de l'échiquier politique. Si vous aussi vous souhaitez vous investir : allez-y!

Aujourd'hui, L'Hétairie, dont le président est Floran Vadillo, traite du sujet des mobilités et en particulier d'un OVNI dans le mode des transports publics : le téléphérique urbain. Brest s'est doté de cet équipement voilà 3 ans à présent et le succès est au rendez-vous malgré les railleries gratuites du début d'exploitation. Avec près de 2 millions de passagers transportés, cette nouvelle offre vise à relier deux rives l'une à l'autre. Privilégiant les modes actifs plutôt que la voiture, la métropole s'est orientée vers un choix audacieux qui peut-être une réponse à nombre de métropoles qui souhaitent proposer un moyen alternatif à l'utilisation d'un véhicule à 4 roues.

Sans dévoiler ici l'analyse qui en faite, je vous invite à lire paisiblement cette note qui, je l'espère, saura rassasier votre esprit curieux sur le pourquoi, le comment et avec qui. Ses forces et ses faiblesses également. Loin d'être une tribune dédiée à sa gloire, le téléphérique urbain s'est durablement inscrit dans le quotidien des brestoises et des brestois, conduisant notamment Le Guide Vert Michelin à le référencer comme point d'attractivité du Pays de Brest. Alors si vous avez 10-15 minures, voire plus, prenez le temps de lire cette note!

Retrouvez l'intégralité de la note ICI

Bonne lecture.

tlphrique_de_brest_capucins_01-2017.jpg

15:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 06 octobre 2019

Bilan de mandat : notre action de 2014 à 2020.

Certes! Il reste encore 5 mois de mandat et la majorité travaille assidument à la réalisation de ses engagements pris devant vous il y a presque 6 ans maintenant. Cependant, la période électorale est enclenchée depuis le 1er septembre 2019 et dans quelques semaines la place ne sera plus au bilan mais bien aux propositions. Dès lors, l'équipe majoritaire est partie à la rencontre des habitants pour présenter la compilation de son action pendant tout ce mois d'octobre et une partie du mois de novembre.

Je me suis investi pleinement dans cette séquence pré électorale même si la suite s'écrira sans moi. Investissement car il s'agit du bilan d'une équipe eu du bilan du Maire en particulier : il me tardait de revenir vers vous pour échanger et croiser nos opinions sur ce que nous avons pu réussir et échanger sur ce qu'il y a à améliorer. Là est aussi la raison d'un bilan : avec ses + et ses -

Pour ce faire nous avons organisé une réunion publique cette semaine à l'Astrolabe et également une séquence inédite : celle de se balader à vélo dans la commune sur des points balisés qui mettent en avant les réalisations du mandat (belvédère Moulin Blanc, zones 30 Kerminy, Place de Camfrout, estacade à La Cale, projet Stéar, complexe sportif, Maison de l'Enfance...)

Prochainement l'équipe sortante accompagnée des nouveaux candidats vont venir à votre rencontre pour vous remettre le document que vous trouverez ici, en pièce-jointe, et que vous pourrez consulter à votre guise tranquillement chez vous. Il est toujours compliqué de résumer 6 années en quelques pages : crainte d'oublier des réalisations mais aussi la prudence de ne pas avoir un catalogue illisible pour les citoyens.

Je suis très heureux de porter ce bilan. La ville a su évoluer, son visage n'a cessé de se transformer et je ne doute pas qu'il y aura de nouveaux chapitres à écrire avec une nouvelle équipe. Comme de 2008 à 2014, j'aurais fait le maximum entre 2014 et 2020 avec l'intérêt général comme boussole pour avancer, sans compter mon temps, sans compter les heures; il vous appartiendra de juger sur les faits et sur les promesses tenues : vous seuls avez le pouvoir de décider.

La campagne qui s'ouvrira sous peu verra sans doute son lot de rumeurs (imaginez! Sous le terrain synthétique se trouve une dalle de béton aussi grande et large que ledit terrain!!!!!!), de bêtises et surtout de mensonges. Je le regrette car la proximité qu'une ville de la taille du Relecq-Kerhuon peut encore se prévaloir, ne justifie pas que l'on procède ainsi. Je sais que l'équipe de L'Union pour Le Relecq-Kerhuon conduite par Laurent Péron aura toujours cette attitude positive loin des attaques et c'est ce qui me fait être fier d'eux pour écrire une nouvelle histoire avec vous.

N'hésitez pas à les retrouver sur leur site internet L'UNION POUR LE RELECQ-KERHUON ou sur leur TWITTER, FACEBOOK et même INSTAGRAM

Et surtout bonne lecture!

Capture d’écran 2019-10-06 à 13.42.26.png

71954875_2718963204783597_4144018535783333888_n.jpg

14:21 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 16 septembre 2019

Candidature à Brest : ma décision.

Brestoises, brestois,

Jeudi 12 septembre, François Cuillandre annonçait qu'il serait candidat, devant les adhérents du Parti socialiste, pour porter de nouveau la responsabilité de premier des socialistes et briguer un 4ème mandat de maire de Brest et président de la métropole.

Pour ma part, j’ai affirmé, encouragé et entouré par de nombreux soutiens, être convaincu de pouvoir apporter un souffle nouveau à Brest et aux Brestois. C’était aussi le sens du rassemblement initié au Vauban en Juin dernier ; rassemblement qui avait vu près de 200 personnes s’engager à mes côtés pour écrire Brest ensemble.

Ce n'est pas un secret, cela fait plusieurs mois que nous réfléchissons collectivement à l'avenir de notre ville et de ses habitants. Voilà plus d’un an qu’un groupe, constitué de personnalités diverses et motivées, pas toutes engagées politiquement mais toutes engagées pour Brest et son avenir, travaille sur nombre de sujets qui concernent le quotidien des Brestois. Il y a des thèmes et des préoccupations qui se sont révélés comme des priorités, sur la qualité de vie à Brest, le vivre-ensemble, notamment dans les quartiers, sur la sécurité, sur la culture, sur les déplacements… Tout cela a été détaillé.

Brest et les Brestois méritent incontestablement que les forces de progrès qui entendent jouer un rôle dans son avenir se présentent unies devant les électeurs les 15 et 22 mars 2020.

J'entends, de mon côté, que ce rassemblement soit effectif le plus rapidement possible. Je veux faire vivre cet élan qui s’est créé depuis le mois de Janvier, cette envie de Brest, cet enthousiasme qui a émergé ici et là.

Me concernant, j’ai volontairement gardé le silence depuis jeudi. En effet, la démarche engagée ces derniers mois ne s’est pas construite sans aide et soutiens. Je me devais de consulter le groupe qui m’a accompagné dans la construction de cette démarche avant d’officiellement prendre quelque décision que ce soit. Attendre de la démocratie participative suppose d’abord que des candidats potentiels puissent se l’appliquer. Recul, travail et réflexion.

Ainsi, je viens vous dire que, fidèle à mes engagements pris au mois de janvier et, en tant que premier secrétaire fédéral garant de notre unité, j'ai fait le choix de soutenir la candidature de François Cuillandre. Conformément à nos accords, je porterai auprès de lui notre vision de Brest, fruit de la réflexion des derniers mois.

Depuis ce jeudi, une quantité incroyable de messages m'est parvenue. Je veux remercier tous ceux et toutes celles qui m'ont témoigné leur soutien et leur sympathie. Je leur demande, le moment venu, avec nous, de faire gagner la gauche rassemblée, de faire gagner Brest. A toutes celles et tous ceux qui croient en ma capacité à jouer un rôle pour notre Cité du Ponant, à toutes celles et tous ceux qui se sont manifestés depuis janvier, je demande de rester mobilisés. Je demande à chacun d’être convaincu que, si François Cuillandre est désigné dans le cadre de cette désignation interne, nous serons fin prêts à décliner collectivement nos thèmes de campagne. Je compte sur eux tous autant qu’ils comptent sur moi.

Cette décision est prise dans l’intérêt général et, surtout dans l’intérêt de la ville de Brest et de ses habitants.

L’énergie, l’enthousiasme, l’envie de faire, voilà ce qui guide l’élu que je suis. Je ferai bénéficier à l’équipe menée par François Cuillandre de cette même énergie, ce même dynamisme, cette envie de faire, intacte, pour Brest. Aux côtés de François Cuillandre, je resterai aussi déterminé et exigeant que je l’ai toujours été.

Je viens en renfort, j’arrive en allié et je suis prêt à apporter toutes mes forces pour faire avec vous « Encore + de Brest » à partir du mois de mars.

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.52.20.png

11:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 08 septembre 2019

Odyssea 2019 : record battu.

D'abord il y a des échanges par SMS samedi soir avec le patron d'Odyssea Brest : Gwena Vigot ne cache pas sa satisfaction de voir, déjà, des chiffres de participation meilleurs que l'année dernière. Année (dernière) qui était un record de fréquentation. 2019 semble donc être un bon cru et intérieurement je m'en félicite car, au final, ce sont les malades, les familles qui profitent de cet élan de générosité. Mieux, c'est la recherche qui avance grâce à nous tous.

Ce matin, 8h15, j'arrive sur site dans une ambiance post estivale : le fond de l'air est frais mais on devine que le soleil est là, tout proche, et qu'il ne demande qu'à déchirer rapidement cette fine couche de nuages qui tend plus à virer vers la brume qu'autre chose. Les t-shirts commencent à affluer de partout : de Plougastel via le Pont Albert Louppe, de Brest via la Plage du Moulin Blanc et du nord de la métropole via l'accès prévu à cet effet par le groupe Arkea. Le 10 Km course c'est pour moi et, surtout, pour 1200 inscrits! Et en cela ceci est déjà une prouesse car aux 4 coins de la Bretagne lorsqu'il y a un 10 Km chronométré, au mieux, l'on plafonne à 700-800 participants : ici, au Relecq-Kerhuon pour Odyssea Brest c'est 1200.

Avant l'échauffement je reste échanger avec le staff d'Odyssea : c'est bon, les 12 000 vont être atteints avec les dernières inscriptions qui arrivent. Gwena Vigot est heureux, tout le monde l'est. C'est un signe, le soleil commence à morceler le toit blanchâtre qui enveloppe le Moulin Blanc.

Chacun file s'échauffer, la sono puissante crache de l'Indochine mais également du Corona : de quoi se mettre en forme pour dévaler les rues du Relecq-Kerhuon : et l'on a pas été déçu car, 10 Km oblige, le parcours a été rallongé et l'aller/retour sur le Pont Albert Louppe est juste magique. Le brouillard ne permet pas de distinguer la mer, juste en dessous. Nous n'entendons que les cornes de brume des bateaux qui croisent à quelques centaines de mètres. Un coup d'oeil sur la gauche et les deux piliers du Pont de l'Iroise sortent de nulle part avec un ciel bleu clinquant : ça y est, le soleil va vraiment arriver.

La scène est hallucinante : tout ce monde en rose qui s'active pour ne pas être "trop à la ramasse", et puis ceux qui veulent faire un "temps"! Ceux là, je les croise au milieu du pont, eux sont déjà presque 1,5 Km en avance...

Après une belle virée dans la cité Kerhorre le long de l'Elorn, au Passage, au CIEL, à Kergleuz, la descente de la Rue Jules Ferry est spectaculaire : des yoles de mer sur la rade s'amusent à doubler des paddle venus encourager les coureurs. La foule est bien présente et après un petit peu plus de 47 minutes, je termine ce 10 Km. Peu importe le temps (si je le donne c'est que je sais que la question va venir!) chacun est heureux d'avoir contribué.

Déjà le 5 Km course se met en place, le 9 Km marche aussi.

Fugacement l'on m'informe que le chèque que Odyssea va remettre dépasse les 70 000€. Tout n'est que réussite. Y compris avec les nombreux bénévoles (en orange) que je tiens à saluer ici. Et puis le chiffre final : 12 063 participants!

Je n'ai raté qu'une seule date (en 2015) depuis que je suis Maire. Cette édition était la dernière pour moi en tant que 1er magistrat du Relecq-Kerhuon, mais cette "dernière" était sans doute la plus belle. Tout conjugué c'était magnifique. Quant à l'édition 2020 c'est une évidence. Je la ferai! Et peu importe la situation car fondamentalement, on s'en moque un peu, non?

Capture d’écran 2019-09-08 à 17.33.24.png

Capture d’écran 2019-09-08 à 17.35.57.png

Capture d’écran 2019-09-08 à 17.31.26.png

La Team du PS Finistère. Bravo à toutes et tous!

Capture d’écran 2019-09-08 à 17.34.22.png

IMG_8873.jpg

Crédit photo : Ouest France.


 

18:12 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 01 septembre 2019

Lettre à un jeune brestois

L'heure est à la rentrée dite "des classes" pour tous les âges ou presque. Des milliers d'étudiants vont s'arrimer à leurs classes, leurs amphis, certains découvriront le monde du travail par le biais de l'apprentissage. Ceux-ci s'apprêtent à vivre des années sous ce statut d'étudiant, même salarié/apprenti; tantôt plaint, tantôt envié, à Brest.

Pour certains d'entre vous, qui venez d'obtenir un Bac pro, un BTS, qui avez quitté les bancs de l'école "prématurément", c'est l'entrée ou le retour vers le monde du travail qui vous attend après un été, je l'espère radieux, sous le soleil (presque toujours!) de notre métropole.

Si j'ai la chance d'être lu par quelques dizaines de ces étudiants ou des ces jeunes travailleurs, je serais heureux! Parce que c'est à vous, à toi, que je souhaite m'adresser, à toi aussi qui me lirais en te disant que, bien entendu, ce post ne s'adresse pas à ceux qui sont "sur le carreau", diplômé ou non mais sans emploi, "en galère" comme on dit.

Ce que je voulais te dire, t'écrire, c'est que j'ai eu cette chance de vivre les premières années de l'âge adulte, de faire mes études à Brest justement. Beaucoup ont migré, ont bougé au rythme des choix qui se sont offerts à eux, au rythme des envies aussi d'aller voir ailleurs. J'avoue humblement ne pas avoir quitté mon "rocher" et ma ville natale : je suis resté scotché à Brest où j'ai eu la chance de ne pas connaître ces périodes de galère que j'évoque plus haut que nombre de mes proches ont néanmoins vécu. Ces années où l'on quitte l'adolescence sont probablement parmi mes plus belles pour des tas de raisons : une certaine émancipation, une autonomie plus large, une prise de conscience (en ce qui me concerne!) que les études, ce n'est pas pour faire plaisir à maman ou papa mais bien pour soi. Ces années, pour moi, ce sont celles des premières rencontres politiques, des premières manifs aussi! (ahhhhhhh la rentrée 1995 à Kerichen/La Croix Rouge...). 1995 justement : ce sont des affiches 4 x 3 de Pierre Maille sur les panneaux JCDecaux au Carrefour Blum/Kertatupage. Les municipales, déjà!

Si je veux livrer ces souvenirs, c'est qu'ils sont précieux pour comprendre que l'on a la chance de vivre à Brest et que cette ville est une ville accueillante. On peut y passer de bons moments, des bons plans existent un peu partout, mais la Cité du Ponant est aussi une ville solidaire.

Au Pacha Rue Robespierre (cherche pas, il a fermé depuis!), le midi, avec le steak frites pour 10 Francs, à l'Armen à Kérinou ou bien encore au Murphy's rue de la 2ème DB, mais encore au Dubliner's (attention la pente est raide) ce sont des rencontres, des moments fédérateurs aussi pour faciliter cette nouvelle vie qui, pour certains, peut durer un bon paquet d'années.

Brest regorge de ressources à tous les sens du terme. Les Capucins sont indéniablement un lieu magique pour montrer Brest. Mais à l'époque, pas de "Capu" mais quand même une excitation quand, le vendredi après-midi vers 14h, tu sais que le week-end approche (même si tu as à l'esprit le boulot qu'il y a à faire pour la semaine d'après), tu sais qu'il sera bon : cette ambiance festive, conviviale qui colle à la peau des brestois. Ce côté chaleureux où tu accueilles quelqu'un même si "tu ne le connais pas" (C'est qui çui-ci?)

A Brest, le tissu associatif s'adresse à tous et à chacun. Créées pour l'occasion, on y compte nombre d'assos d'étudiants bien sûr (et certaines qui existent encore! Pas peu fier d'avoir créée le Bureau des Etudiants au Lycée La Croix-Rouge en 2000, lequel fonctionne formidablement bien 19 ans après selon "mes sources"). On dénombre aussi des centaines d'assos qui oeuvrent dans le monde de la solidarité ou bien encore sportives. C'est à Brest que j'ai complètement plongé dans ce monde culturel également avec ses associations et surtout les potes qui en faisaient déjà partie (le Vauban, la salle des fêtes sous la mairie...). C'est là que tu rencontres celles et ceux qui deviendront pour beaucoup tes meilleurs amis. Les assos brestoises, ce sont aussi celles qui viennent en soutien aux jeunes en recherche d'emploi, la Mission locale notamment dont les 3 antennes brestoises travaillent au quotidien pour aider leurs bénéficiaires à surmonter les obstacles qui les éloignent de l'emploi. En matière de soutien aux jeunes adultes et de solidarité, comment ne pas évoquer En route pour l'Emploi, le BIJ, chacune des associations de quartier dont les différentes actions n'ont pour but que de créer de l'entraide, de la solidarité et du mieux vivre.

Fatalement, je ne suis pas objectif car je n'ai jamais quitté Brest. Du lycée aux bancs de la Fac, je n'ai pas non plus eu à vivre directement la problématique des loyers qui occupent une bonne place du budget mensuel. La moyenne mensuelle, selon l'UNEF, est de 400€ par mois pour un appartement. A Brest, ce loyer est en augmentation de 4,3% par rapport à 2018 (loyer moyen de 341€). Forcément, la baisse des APL n'aura contribué à alléger ce budget pour personne, étudiants bien sûr mais jeunes travailleurs ou chercheurs d'emploi vivent, en la matière, les mêmes problématiques pour "boucler leurs fins de mois". Ce n'est qu'une pierre à l'édifice, mais je souligne tout de même que ni l'année dernière, ni cette année, nous n'avons souhaité augmenter le coût transport pour les étudiants (250€ à Brest/an). Là encore, c'est une moyenne mais si tu lis cette note par hasard ou parce que l'on t'en aura parlé, tu le sauras!

Que tu sois de Brest même ou que tu y arrives, que tu poses tes valises pour quelques temps ou pour la vie, je ne peux que t'inciter à aller sur ce lien et qui résume en quelques minutes la vie ici. La BrestLife pour "brestoiniser" la Best Life que tout le monde revendique.

Pour autant, il y aura encore des choses à faire, des choses à améliorer, des choses à créer. Pour toutes et pour tous l'on peut toujours faire encore mieux, c'est le propre de l'ambition : pour les transports (nous allons proposer des choses sympa J.V.S), pour la santé, pour les fins de mois difficiles justement. Mais à toi, non pas jeune padawan, mais jeune brestois, bienvenue dans ta nouvelle vie! J'aspire à ce que chacun prenne autant de plaisir que moi à devenir un ambassadeur de Brest la Blanche...

8FE8193D-404E-4E8C-A875-96749BF3BEB7.jpg

11:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | | | |