Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 janvier 2019

Emission "L'Invité" sur Tebeo avec Hubert Coudurier

13:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 19 janvier 2019

Le grand débat national : ma position.

Le Télégramme de Brest a effectué un rapide aperçu des positions des différents Maires de la métropole concernant la tenue et l'organisation du Grand débat National voulu par le président de la République. Sans nous être concertés alors même que nos opinions politiques divergent, nous sommes arrivés à la même conclusion : ce n'est pas à nous d'organiser ce débat.

En effet, notre majorité municipale a travaillé sur ce sujet il n'y a pas plus tard que lundi dernier et a décidé à l'unanimité de ne pas se poser en "organisateur" de ce rendez-vous. Pour autant je suis républicain et j'ai décidé de mettre à disposition une salle pour la tenue de cette réunion. Cette information sera transmise auprès de Madame Anne Tagand, Sous-préfète des arrondissements de Châteaulin et de Morlaix afin qu'elle puisse organiser elle ou un/une délégué(e) le débat dans notre commune. En effet, par courrier en date du 16 Janvier dernier, Monsieur le Préfet a décidé de confier à Madame Tagand cette organisation et la concentration des informations. Il va de soi que ce sera à l'État, et au premier chef son représentant dans le département, d'organiser cette rencontre. Le Maire est le représentant de l'État dans un cadre bien limité : la sécurité, l'état-civil, les élections et les actes administratifs. Nous ne sommes pas les délégués du Gouvernement à qui l'on imposerait de faire : les lois de décentralisation sont passées par là!

Cependant quelques remarques sur ce débat dont les dés semblent déjà pipés (pour reprendre l'expression du président de la République) :

1. Lorsque l'on veut débattre on ne pose aucune exclusive et l'on débat de tout. Or, Emmanuel Macron, dans sa lettre, laisse penser que l'on ne reviendra pas sur la décision de l'ISF. 1ère erreur.

2. Benjamin Griveaux annonçait il y a peu que, peu importe les retours des "cahiers de doléances", le Gouvernement ne changerait pas de cap. 2ème erreur.

3. Dorénavant les Maires sont devenus les partenaires essentiels sur qui on compte et l'on découvre comment diriger de Paris sans nous est complexe. Réveil un peu tardif après les provocations de ce Gouvernement depuis près de 2 ans.

4. Dans sa lettre, la président demande de la "loyauté et de la transparence". Loyauté à qui? A quelqu'un en lui on ne croit pas? En une politique qui est mauvaise pour le pays? Soyons sérieux. 4ème erreur donc.

5. Dans sa lettre, il parle des institutions, des évolutions possibles mais le coeur du problème, à l'origine, est le pouvoir d'achat. Donc des décisions économiques et fiscales. Il n'en est pas question. 5ème erreur.

Assurément cette décision de grand débat est surtout un coup de communication en vue de tenter un rabibochage avec les français et par là même faire l'auto promotion des réformes voulues avec le regard fixé sur les Européennes de mai prochain. Compliqué enfin d'être objectif avec des marcheurs locaux qui ne cessent de critiquer l'action municipale avec des procédés parfois douteux, faisant d'ailleurs de la personne de certains élus, une motivation première. Donc que les choses soient claires : si débat il y a au Relecq-Kerhuon, il sera animé par une personne neutre, sans esprit partisan. Cela ne peut-être qu'un représentant de l'État et en l'occurence de la Préfecture. Sans cela il n'y aura pas de salles mises à disposition. 

NB : Le Relecq-Kerhuon n'a pas attendu les consignes : un cahier de doléances est ouvert depuis le mois de décembre.

NB 2 : Les Gilets Jaunes m'ont également contacté et ont souhaité avoir une salle pour tenir une réunion publique. Dans la mesure des disponibilités ce sera évidemment oui.

Capture d’écran 2019-01-19 à 13.42.57.png

13:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

samedi, 05 janvier 2019

2008-2020 : 12 années à votre service.

En ce début d'année 2019, le jour où je présente mes voeux à la population, il m'est apparu important de vous communiquer ce message.

Etre Maire est une expérience fantastique. Vous, habitants et électeurs du Relecq-Kerhuon, avez, contre toute attente, déjoué les pronostics, transformé le sens et la direction que devaient prendre ces élections en 2008. Vous avez osé. Et vous m'avez permis de devenir, à 29 ans, l'un des plus jeunes Maires de France et le 3ème d'une ville de plus de 10 000 habitants.

Nous avons fait tant de choses ensemble depuis cette date : la médiathèque, le transport adapté TrottiK, les classes bilingues à l'école Jules Ferry, la bibliothèque de rue, les Vélos à assistance électrique Veleks, la bourse au permis de conduire, Les Pique-Niques Kerhorres, la création de l'estacade Jean Kerneis, l'agenda 21 de la ville, les voyages seniors, le développement du parc locatif aidé, l'accession sociale à la propriété, les réunions de secteurs, le nouveau complexe sportif récemment inauguré, les aires de jeux pour enfants, la politique du handicap, la gare... et j'en passe, tellement nous avons collectivement travaillé avec l'équipe municipale avec comme seule motivation l'intérêt général.

Tant de réflexions, de réunions de travail, de rencontres, de débats. Je vis ma fonction au sein de cette équipe comme une chance exceptionnelle pour faire, pour rendre concrètes des promesses, pour améliorer votre quotidien et tâcher d'anticiper l'avenir sereinement mais avec audace. J'ai appris depuis 2008 comme rarement l'on peut apprendre, et je continue d'ailleurs à apprendre chaque jour. Urbanisme, ressources humaines, sécurité, social... et tant d'autres sujets encore! Je vis cette fonction comme un vraie passion et 10 ans après cette élection je ressens toujours la même envie, le même allant, la même volonté de faire et de vouloir mieux faire justement.

Il se dit que l'on me qualifie de "maire dynamique". C'est une réalité constante et, bien entendu, toujours d'actualité. Je tente d'ailleurs de conserver ce lien singulier avec vous via ce Blog et via mes réseaux sociaux sur lesquels vous êtes tellement nombreux à me suivre. J'espère y arriver et, en tous les cas, j'ai toujours animé des réseaux seul, sans personne autre que moi derrière l'écran; j'ai toujours été mon propre "community manager" avec mes forces et mes faiblesses. Mes atouts et sans doute mes limites. J'aime tant ma fonction mais, pourtant, cette dernière ne m'appartient pas. Elle n'est que la traduction de la volonté des habitants électeurs. Elle est une forme, assumée, de CDD qui se renouvelle ou non tous les 6 ans avec vous comme censeurs au bout d'un mandat. Elle ne m'appartient pas, elle vous appartient. Et vous avez décidé, majoritairement, de renouveler cette confiance en 2014 avec un score de plus de 7 points supérieur à celui de 2008.

En mars 2020, cela fera 12 ans que je suis votre Maire. 12 années à être fier de vous représenter et 12 années à oeuvrer pour notre ville. 12 années cela peut paraître long et court à la fois, chacun jugera. Ce que je peux vous en dire c'est que, la tête dans le guidon à vouloir sans cesse faire encore mieux et plus, l'on ne voit pas le temps qui passe. C'est aussi, ici, sur ce blog que le 11 Octobre 2007, j'annonçais que je serais candidat aux élections municipales de mars 2008.

En toute logique, en toute humilité, en toute honnêteté vis à vis de vous, je reviens sur ce même blog pour vous annoncer que je ne solliciterai pas de nouveau mandat de maire auprès de vous, chers habitantes et habitants du Relecq-Kerhuon, en Mars 2020. Même si mon énergie et ma volonté sont intacts, comme vous pouvez en juger, je pense qu'après 12 années, il est aussi venu le temps de faire émerger de nouveaux talents qu'ils soient déjà dans mon équipe ou qu'ils y entrent en 2020. De nouveaux talents, de nouveaux visages, en faire exister davantage que vous connaissez déjà, apporter de nouvelles méthodes, de nouvelles visions qui, je le souhaite, s'inscriront dans la ligne qui fait la force de L'Union pour Le Relecq-Kerhuon : la proximité, le travail, des valeurs, la cohésion d'un groupe pour une ville. J'ai bien conscience que cette annonce, cette décision, surprendront beaucoup d'entre vous. Certains diront que c'est dommage et la regretteront, d'autres que c'est normal, d'autres encore seront satisfaits : là est la vie démocratique avec les choix, libres, de chacun. Quoiqu'il arrive j'aurai toujours un regard attentif à l'évolution de cette belle cité qui m'a tant donné, tant permis d'apprendre et, encore une fois, de faire. Mais en Mars 2020 il appartiendra à une nouvelle équipe d'apporter un nouveau projet pour Le Relecq-Kerhuon. L'équipe actuelle regorge de pépites prêtes à poursuivre, d'autres souhaitent la rejoindre et sont aussi de futurs acteurs. Un mandat n'appartient pas à un élu, il est aussi bon que la démocratie ait ses périodes de respiration naturelle, tranquillement. Je vous en sais capables. Vous êtes une force inépuisable qui irrigue tout un territoire.

Je prends cette décision avec une sérénité totale. Avec le sentiment du travail accompli même s'il reste tant à faire encore. D'autres enjeux. D'autres paris. Ai-je tout réussi? Assurément non. Ai-je des regrets sur tel ou tel dossier? Oui. Je suis un être humain, comme vous avec ses doutes salvateurs et ses précieuses certitudes qui permettent de trancher lorsqu'il le faut. Vous seuls, comme tout le temps, serez juges de ces 12 années de municipalité NEDELEC comme il conviendra de les appeler l'année prochaine. Je n'ai aucune difficulté avec les bilans, surtout s'ils sont réalisés par d'autres et de manière objective, plutôt que par le principal intéressé.

En toute modestie et en guise de conclusion : à vous toutes, vous tous; soutiens, opposants, nouveaux arrivants, anciens Kerhorres, à ceux que je connais par coeur, à ceux dont je n'aurais fait que croiser le chemin; de Keroumen en passant par le Costour, de Kergleuz à Gambetta, du Bourg à Keriguel. De Camfrout à Coatmez : MERCI.

Je ne vous quitte pas, je ne serai jamais bien loin.

Capture d’écran 2018-10-26 à 10.40.30.png

19:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

lundi, 31 décembre 2018

Bonne année 2019!

Belle et heureuse année 2019 à toutes et à tous,

Vous trouverez, ci-dessous, ma vidéo sous-titrée pour cette occasion.

A très bientôt!

Yohann Nédélec

 

Capture d’écran 2018-12-23 à 09.59.07.png

14:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 18 novembre 2018

Téléphérique : déjà 2 ans.

Aujourd'hui, 18 novembre, cela fait deux ans que le téléphérique de Brest est en service. Entre moqueries et critiques gratuites à l'époque, l'équipement peut s'enorgueillir d'avoir plus que rempli sa mission.

En effet, à l'origine, en 2005 une étude lancée par la collectivité arrive à la conclusion qu'il faudra relier les deux rives de la Penfeld dans un futur proche afin de desservir dans les meilleures conditions le plateau des Capucins réhabilité. Cette étude aboutira très vite à l'idée, novatrice, de privilégier un transport résolument moderne et unique au monde en coeur de ville : un téléphérique urbain. Plutôt que de favoriser la voiture, il aura été décidé de favoriser les modes "actifs" (piétons) pour se déplacer. A cela s'ajoutant l'intérêt majeur de relier deux rives mais aussi de connecter les stations de tramway de part et d'autre car, entre temps, le nouveau TCSP avait vu le jour en 2012 : son petit frère arriverait quant à lui en 2016 après 1 an 1/2 de travaux.

Que faut-il en tirer comme bilan au bout de deux années d'exploitation?

Des râtés de démarrage, abondamment relayés par les médias, mais comme il s'agissait d'une première mondiale (téléphérique à cabines superposées) l'on pouvait légitimement s'attendre à des... imprévus! Reste que les chiffres parlent d'eux mêmes : là où nous prévoyions 750 000 voyageurs, nous dépassions le million en Juin dernier. Cet été c'était en moyenne 2000 passagers par jour, la fréquentation des autres transports en commun n'a fait que progresser. Mieux! Le Guide Michelin Vert a mis Brest et son téléphérique à l'honneur début 2018 : entre attraction touristique et moyen propre pour se déplacer (en phase descendante il permet de récupérer de l’énergie laquelle est redistribuée puis consommée au début du voyage suivant. Economies d’énergie : 30 %), le guide à la renommée nationale a bien aidé les professionnels du tourisme qui ont, également, vu les touristes venir visiter les Capucins avec l'intrigue positive de nos deux soucoupes volantes design et fluorescentes la nuit. L'évolution de l'image de Brest est, à présent, une réalité. A aujourd'hui ce sont un peu plus de 1 350 000 passagers qui ont pris notre outil de transport.

St Denis de la Réunion, Toulouse, Orléans; autant de villes Françaises qui veulent aussi se lancer et que nous accueillons bien volontiers pour expliquer, faire visiter et accompagner le cas échéant dans leur projet. 

Il est toujours aisé de lancer à la cantonade que tel ou tel projet est un "succès" surtout lorsque ce sont les élus qui le disent eux-mêmes (donc parfois sujet à caution) mais la réalité du téléphérique est celle-là : il a transformé le paysage des transports en commun de Brest métropole, il a participé au décollage des Capucins, il a été adopté par toute une population (étudiante, retraitée, active...) et s'ouvre comme un belvédère magnifique sur Recouvrance d'un côté, le Centre-Ville de l'autre et, à 70 m au point culminant, c'est toute la Rade de Brest jusqu'à Crozon qui se présente à vous. Et, surtout, les chiffres de fréquentation sont là!

Gageons que ce n'est qu'une première étape et que Brest continuera sa mutation dans des transports en commun efficaces, rapides et... propres.

Capture d’écran 2018-11-18 à 10.35.33.png

Capture d’écran 2018-11-15 à 17.21.08.png

10:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |