Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 octobre 2018

Complexe sportif : week-end inaugural!

Voilà deux ans que le chantier a débuté, entre basket, foot et rugby : ça y est, ce week-end nous allons inaugurer avec les associations sportives ce nouveau complexe totalement refait à neuf et lequel transforme définitivement la bulle sportive et culturelle que représente le site de Kerzincuff.

Projet phare du mandat nous n'avons pas voulu nous limiter à la seule pratique du football : nous voulions un complexe global qui viendrait clore une longue séquence de transformations, notamment depuis l'arrivée de la Médiathèque en 2013. Et le résultat est là : terrain synthétique, terrain Five, nouveau lieu de vie, agrandissement et rénovation de la salle de basket, création d'une structure neuve pour le Rugby. C'est un chantier à près de 4 Millions d'Euros qui sera inauguré ce week-end en présence de Bruno Grougi et Camille Lecointre. Il se dit même que si le Stade Brestois l'emporte face à Lorient samedi après midi, deux joueurs se "jetteront" dans une voiture pour venir nous rejoindre au Relecq-Kerhuon... Ne ratez donc rien au cas où!

Ce complexe a une histoire, une logique, une cohérence : la fusion entre le Stade Relecquois et l'Etoile St Roger ayant été actée le 1er Décembre 2013, j'avais promis que de nouvelles infrastructures devraient voir le jour. Mais plus généralement nous voulions penser à l'ensemble de la partie sportive. Réaffirmant ainsi notre souhait d'investir pour l'avenir, de rénover l'existant et de terminer la mutation du site. C'est pourquoi nous avons décidé d'aller sur les 3 pratiques sportives après avoir réalisé la piste d'athlétisme en 2010-2011.

C'est un complexe résolument neuf, pratique et central mêlant la culture en proximité avec le Centre Jacolot, l'Astrolabe et la Médiathèque et la pratique sportive pour tous. Toute la journée dès 11h00, se tiendra des animations, de nombreuses structures gonflables, du bubble foot, les associations sportives du complexe (Stade Relecquois basket et FCRK) assurent les buvettes dans leurs nouveaux locaux, lots à gagner (ballons dédicacés des joueurs du SB29 et des Filles de Landerneau...) Et cette inauguration est ouverte à toutes et à tous et j'espère vous y croiser à l'occasion d'une belle journée. Et également à gagner : deux places pour le match Brest-Lorient! (via le LRKi)

Enfin, élément d'importance : c'est la première fois qu'un projet municipal aura été co financé non pas par les aides publiques mais via le financement participatif avec les habitants et des mécènes du Pays de Brest. En cela le projet est juste unique! Le Relecq-Kerhuon trace sa voie, montre l'exemple. 

Le programme ICI

Capture d’écran 2018-10-18 à 13.06.42.png

13:14 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 12 octobre 2018

Imposition : la mascarade gouvernementale

Le président de la République avait promis de supprimer la taxe d'habitation pour 80% des français. Depuis, il a décidé de la supprimer pour tout le monde d'ici à 2020. Dont acte! Au delà de la bonne nouvelle que cela peut susciter dans les ménages français, la réalité est toute autre. Et l'instrumentalisation opérée par La République En Marche est sinon malveillante, au moins scandaleuse.

En effet, dans notre ville du Relecq-Kerhuon nous n'avons pas touché aux impôts depuis...2011! Autant vous dire qu'en politique cela remonte au siècle dernier!

Cependant, contraints et forcés, nous avons du voter en février dernier une évolution de + 1.9%. En effet, comme à l'accoutumée nous avons voulu réaliser des économies, appliquer la dématérialisation totale, décaler dans le temps le chauffage dans les bâtiments publics, ne pas remplacer un agent qui part à la retraite, réduire la toile des subventions aux associations, dire plus souvent "non" que... "oui"; à cela il a fallu tenir compte de  la baisse continue des dotations, l'explosion des coûts énergétiques, l'obligation légale de l'accessibilité (50 000€ par an au budget), de la disparition des aides habituelles que nous pouvions avoir avec l'Etat notamment. Tout cela afin d'éviter d'utiliser le levier fiscal.

Aujourd'hui le Ministre Darmanin (qui dans sa ville de Tourcoing a une T.H à 30%!) explique aux habitants des 11 000 communes concernées par une évolution de leurs taxes que c'est de la faute de leur Mairie : un vrai mensonge quand on connaît la gestion vertueuse que nous tentons de mettre en action. Avec une augmentation de +1.9% sur 8 années là où d'autres communes ont augmenté régulièrement depuis 3 ans leurs taux, c'est la double peine : la stigmatisation et la gifle aux bons élèves quand l'Etat se permet de vivre à découvert et à emprunter pour payer les dépenses de fonctionnement. Car vous l'ignorez pour la plupart probablement mais le conseilleur est souvent le mauvais payeur : imaginez donc que votre ville emprunte de l'argent pour payer les salaires des agents, cela équivaudrait dans les faits à ce que vous, citoyens, vous fassiez un emprunt pour payer les salaires des aides ménagères, des nounous... ou bien encore pour payer vos factures mensuelles. Or, l'Etat lui le fait. Mais vient donner des leçons aux villes, petites moyennes ou grandes.

En attendant nous devons offrir le service de restauration scolaire (nous sommes en déficit, classiquement), nous devons maintenir le service public de proximité, nous devons répondre à nos obligations légales, nous devons aussi financer l'entretien du patrimoine nécessaire pour traverser les années. Et investir afin de développer notre ville et notre territoire.

Ce jeu est un jeu mesquin qui n'honore pas celles et ceux qui en sont à l'initiative. Fier et heureux d'être Maire, je n'ai que peu de respect pour ceux qui jettent l'opprobre sur les milliers d'élus qui tentent de faire au mieux en respectant leurs engagements.  La sortie médiatique d'aujourd'hui m'amène à faire cette précision qui, à tout le moins, est un coup de gueule à l'endroit de nos Gouvernants.

12865465.jpg

16:41 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 05 octobre 2018

Hommage à Julien Querré

C'est une page importante de notre histoire municipale qui se tourne aujourd'hui avec le décès de notre ancien Maire, Julien Querré. Par ce modeste mot sur mon Blog, je tiens à adresser mes pensées, sincères, à toute sa famille et par lien logique à saluer l'engagement qui fut le sien pour notre ville.

En effet, il fut Maire de 1965 à 1977 puis de 1983 à 1995. A l'occasion du scrutin de Juin 1995, c'est Marcel Dantec qui deviendra son successeur.

On lui doit l'essentiel de la mutation urbanistique que nous connaissons aujourd'hui. Dans les années 70 la ville explose en terme d'habitants, des besoins se font jour et des lotissements sortent de terre très rapidement. En 2018, la ville telle que vous la connaissez est, dans sa globalité, celle qui a été décidée à cette période. Je ne passerai pas en revue toutes les réalisations mais on lui doit la Place de la Résistance et l'opération "Banlieue 89" avec le groupe Nino Pillin, le bourg juste en face de l'église, l'aménagement de l'Îlot de la Poste et des collectifs adjacents mais aussi l'Astrolabe, inaugurée en Janvier 1995, juste avant les élections.

Je ne peux oublier l'engagement qui fut le sien à la construction de notre métropole, jadis Communauté Urbaine de Brest (CUB) en 1974. Il est en effet, avec Georges Lombard, Maire de Brest, l'un de ceux qui osera la mutualisation et fera de notre territoire un lieu d'expériences qui n'a jamais vraiment cessé de grandir depuis plus de 40 ans. Moi-même, né après la construction de la CUB, j'ai toujours vécu avec "le fait" communautaire et à présent métropolitain, c'est une évidence sur laquelle personne ne reviendrait. Et il s'agit de saluer celles et ceux qui ont eu l'audace d'agir conjointement. Comme François Cuillandre à l'occasion du décès de Georges Lombard, je pourrais employer les mêmes termes à l'endroit de Julien Querré.

Avant d'être Maire en 1965, il fut Adjoint au Maire; ce qui porte à 30 le nombre d'années passées au service des habitants du Relecq-Kerhuon. Il fut également président de l'UBO et il en était actuellement président d'honneur tout comme il avait l'honorariat de 1er Magistrat de notre ville. Qu'il en soit remercié, au nom de tout le conseil municipal que j'ai l'honneur de présider.

Avec cette hommage, je pense également à son épouse, également disparue, et pour laquelle je garde une profonde affection lorsqu'elle était institutrice à l'Ecole Jean Moulin.

Ainsi va la vie. La vie et la mort sont les deux ailes du temps. Personne ne peut avancer en l'ignorant.

Merci pour ces 30 ans, merci pour cet engagement, merci d'avoir tant donné pour notre ville et notre métropole.

Yohann Nédélec,

Maire, 2ème vice-président de Brest métropole.

IMG_5094.jpg

Photo prise en décembre 2017. De gauche à droite, Julien Querré, Marcel Dantec (Maire de 1995 à 2008)

14:56 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

vendredi, 21 septembre 2018

Fête de la Gauche : retour en vidéo!

Chères lectrices, chers lecteurs, vous trouverez ci-dessous une courte video de la journée de la Fête de la Gauche organisée début septembre en Finistère.

Ainsi que je l'expliquais dans mon précédent post, il est peut-être temps de venir nous retrouver? De venir abonder la réflexion commune? En tous les cas, aux 4 coins du Finistère, des centaines de militants sont prêts à vous accueillir!

A très bientôt et bon "visionnage" 

Fête de la Gauche 2018 from PS Finistère on Vimeo.

Capture d’écran 2018-09-21 à 20.11.16.png

20:12 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |

dimanche, 09 septembre 2018

Fête de la Gauche : premier pas.

Il n'est jamais aisé de reprendre une association, une entreprise, une affaire ou bien un parti politique au mauvais moment, je dirais même au pire moment de son histoire. Il est, certes, plus attractif pour des tas de raisons de surfer sur la vague montante et d'en tirer tous les bénéfices en l'occurence, ici, politiques et médiatiques. Olivier Faure n'a jamais pensé que ce serait une tâche facile, moi non plus au niveau fédéral.

Et pourtant...

Hier s'est déroulée la "Fête de la Gauche" départementale à l'initiative du Parti Socialiste. Près de 300 personnes ont pu participer aux ateliers, nombreux et riches, mais aussi se rencontrer, échanger et retrouver un lien qui s'était largement distendu au fil des années. Voilà 4 années qu'il n'y avait plus eu de rentrée fédérale pour l'ensemble des adhérents du PS du Finistère : aucun lien, aucune ambition, aucune motivation. Fatalement, il est ainsi plus aisé de venir dire par la suite que l'on est "à la tête d'une parti exsangue" quand tout est fait pour aboutir à ce funeste constat. Alors il s'agissait de prendre le problème à l'envers et repartir du terrain, créer l'envie et travailler en conséquence. Depuis le mois de mars dernier c'est clairement l'objectif de l'équipe fédérale qui anime le PS.

Olivier Faure ne s'y est pas trompé et a accepté cette invitation en terres bretonnes. Il y avait là les responsables des autres fédérations bretonnes preuve s'il en est que nous travaillons, là aussi, main dans la main au niveau régional. A l'occasion de l'annonce de sa venue en Finistère beaucoup de médias m'ont dit "Olivier Faure n'est pas connu" ou "il souffre d'un déficit de notoriété". Ces deux remarques m'amènent à deux analyses :

  1. J'ai maintes fois entendu les citoyens et journalistes étriller les responsables politiques nationaux sur leur légendaire durée dans le temps. Et dans les médias également : "on les voit depuis 20 ans à la TV"... Cette fois nous avons un responsable qui émerge du terrain, qui a 50 ans à peine, qui n'a jamais exercé de responsabilités exécutives au sein d'un parti et a fortiori du PS. Bref, un "visage nouveau". Et bizarrement ce ne serait pas bien. Je me pose donc la question de ce qui est bien ou pas eu égard aux remarques précitées...
  2. Il s'agit de ne pas oublier que la loi française est très stricte dans les temps de paroles pendant les campagnes électorales et hors campagnes électorales. Le repère est le pourcentage obtenu au 1er tour de la présidentielle. A 6% l'on ne peut espérer guère mieux que ce que nous avons. Dès lors inutile de taper sur le 1er secrétaire du PS; la loi c'est la loi et les décomptes également. Les présences terrains sont essentielles par définition...

Hier était donc un premier pas, un premier essai, un mouvement d'ampleur qui prouve la vitalité des sections qui retrouvent de l'espoir et qui s'apprêtent à endosser les habits de (re)conquête en vue des futures échéances Européennes et Municipales. N'en déplaisent aux esprits critiques et commentateurs aigris qui n'ont de cesse que de vouloir, espérer, souhaiter la disparition pure et simple d'un parti qui a été celui de toutes les luttes sociales et, surtout, de toutes les conquêtes de progrès pour les françaises et français. La gauche c'est la 5ème de congés payés, l'abolition de la peine de mort, le PACS, la fin de la vignette automobile, les 35h, le mariage pour tous, le revenu minimum, la couverture médicale universelle, le prix unique du livre... et j'en passe.

Mais c'est aussi de la déception, notamment sur le plan économique. C'est pourquoi le bilan sera nécessaire pour avancer et repartir sur des idées neuves, des méthodes nouvelles. Déjà les prémices se font jour.

L'humilité mais la détermination : tel est ma ligne de conduite à la tête de la fédération du Finistère. Humble eu égard à la proximité de notre échec national de 2017 mais détermination car, c'est déjà mon caractère, mais c'est surtout un enjeu crucial pour nos territoires que d'aborder les futures échéances avec cet état d'esprit.

En 2012 le PS Finistère comptait quelques 1200 adhérents. En septembre 2018 nous sommes quelques 600 à jour. Nous atteindrons probablement les 1000 à 1100 d'ici au 31 décembre. Est-ce donc là l'hémorragie tant parfois écrite? Je n'en ai pas l'impression. Et puisque je n'ai aucun souci avec les chiffres (cela n'a pas de sens de masquer une réalité) j'ai beaucoup de plaisir d'apprendre que nous avons eu la visite hier de nombreux sympathisants pour lesquels adhérer était encore une chose lointaine. Mais que le mirage Macron devenu réalité, a terminé d'achever leur réflexion de "passer le cap" et je ne suis pas peu fier d'annoncer que 14 cartes ont été prises. Encore ce soir je reçois la confirmation d'une inscription en ligne. S'agit-il de se gausser de ces 14 citoyens qui franchissent le pas? S'agit-il d'ignorer que le vent tourne et que l'heure est à notre responsabilité d'offrir une alternative? S'agit-il, enfin, de condamner l'avenir d'un parti qui se relève et dont certains commentateurs voudraient qu'il soit en septembre 2018 réparé, reconstruit, régénéré et avec un programme et une ligne ficelés? Ceux qui vous vendront cela seront des bonimenteurs et cela ne ferait que frustrer encore plus le citoyen avec la politique.

Alors le message de conclusion c'est qu'une équipe au travail existe, aux 4 coins du département des responsables vous attendent et sont prêts à vous accueillir pour écrire un nouveau chapitre, que notre volonté est un rassemblement de la gauche qui veut gouverner (et la présence de nombreux partenaires hier en témoigne), que si vous êtes prêts à vous mettre autour d'une table et de vous dire "je décide de me retrousser les manches et je vais devenir acteur" nous sommes là.

Il y aura d'autres Fêtes de la Gauche, il y en aura une en 2019. Il y aura encore ces moments d'échanges et de co-conception. Il y aura des lieux de travail et de propositions. Mais cela peut se faire avec vous.

C'est peut-être le moment,

C'est sans doute le moment,

Ce doit être le moment.

Adhérer au PS

Article Ouest France 

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.53.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.31.59.png

Capture d’écran 2018-09-09 à 18.33.07.png

NB : Les débats et ateliers se sont déroulés autour des questions liées aux discriminations, à l'écologie et l'agriculture, à l'Europe, à l'engagement et aux migrants.

NB : un immense merci à l'équipe fédérale qui a travaillé longuement sur cette journée. Aux sections qui ont contribué. Un homme seul ne vaut rien; avec une équipe tout est possible... Merci x 300!

18:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | | | |